Fidélité catholique francophone Index du Forum Fidélité catholique francophone
Ce forum est un espace de discussion pour défendre la Foi Catholique à la suite de Mgr Marcel Lefebvre. Il n'est donc ni pour le ralliement à l'église conciliaire ni pour le sédévacantisme.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

église conciliaire ou secte conciliaire ?
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fidélité catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikaël


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 236
Localisation: Genève

MessagePosté le: Sam 1 Avr - 07:33 (2017)    Sujet du message: église conciliaire ou secte conciliaire ? Répondre en citant

Certaines personnes ne parlent pas ou plus d'église conciliaire mais de secte conciliaire. Le changement de termes est il justifiable ? Il est vrai que l'église conciliaire nous manifeste de plus en plus clairement ses intentions perverses et ses origines sectaires judeo-talmudo- libérales.

Mais l'usage habituel du concept de secte est un peu glissant.

Déjà en 2013, M l'abbé Gleize avait voulu réfuter ou/et amoindrir ce concept d'église conciliaire en affirmant que le modernisme n'était qu'une tendance partielle au sein de l'église catholique officielle et qu'on ne devait pas trop affirmer que cette église officielle était un bloc moderniste. Cette pirouette sémantique permettait ainsi à Mgr Fellay de justifier ses approches avec des prélats "conservateurs" au sein de cette église officielle . Illusion car il est désormais certain que l'église officielle (à Rome) n'est pas seulement partiellement contaminée par le modernisme mais qu'elle en est atteinte du sommet (pape) à la base (fidèles "officiels") en raison du nouveau code qui unifie toutes les réformes conciliaires.

Peut on alors parler de "secte conciliaire" ? On devrait distinguer.
Pour dire qu'il y a eu infiltration par la secte moderniste : oui.
Pour dire qu'ils ont réussi à contaminer toute l'église officielle du sommet à la base : oui aussi.

Mais n'y a t il pas deux dangers dans l'usage exclusif de ce terme : celui de minimiser l'infiltration moderniste à quelques personnes dans l'église (petite secte infiltrée) et à accepter par conséquent une prélature qui nous protègerait de cette secte ?
Ou aussi (deuxième danger)  de rejeter totalement l'église officielle comme bonne à mettre dans la benne à ordure parce que c'est une secte qui n'a plus rien de catholique ? Cela paraît douteux et même dangereux.

Il est d'ailleurs étonnant de constater que les abbés Gleize et Mgr Tissier qui usaient assez facilement de ce terme de "secte conciliaire" en soient aujourd'hui à accepter l'idée d'une prélature (en trainant des pieds pour l'abbé Gleize ou ouvertement par Mgr Tissier) offerte par cette même secte !

Quand à nous, il est sûrement préférable de continuer à user du terme "d'église conciliaire" qui semble très bien résumer la position théologique et pastorale de Mgr Lefebvre. Car les mots résument la réalité de façon adéquat. 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 1 Avr - 07:33 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
axel thienpont


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2017
Messages: 205
Localisation: France

MessagePosté le: Sam 1 Avr - 13:47 (2017)    Sujet du message: église conciliaire ou secte conciliaire ? Répondre en citant

RElisez le Sel de la Terre N°85.


Mgr Tissier de Mallerais lui-même conclue à une secte dans l'Eglise et à une dissociété.


J'ai dès la parution relevé plusieurs erreurs "hors sol" du "dogmatique" de la FSSPX.


Causes efficientes: OK pour l'Eglise son vicaire soumis à la tête NSJC. 


Mais Mgr Tissier "ignore" la tête de l'église conciliaire, qu'il désigne sobrement par "la même hiérarchie, le pape et les évêques".


Omission gravissime que lui aurait certainement reproché Mgr Lefebvre!


Car tout pape "conciliaire" est par défintion vicaire du Concile Vatican 2, couronné à la place de NSJC découronné.


Mgr Tissier "ignore" donc que ce sont les supérieurs qui dans toute société font les inférieurs....


A condition que les inférieurs "acceptent la juridiction ordinaire" des supérieurs, pour faire avec eux "société"!


Idem pour les causes formelle et matérielle:
Mgr Tissier dit que la cause matérielle des deux "églises" sont les "baptisés". 


Il "ignore" que le dogme lui-même partage les baptisés en cinq: ceux qui appartiennent à l'Eglise par la profession publique, au for externe, de la foi catholique, et ceux qui n'y appartiennent plus, schismatiques, hérétiques, apostats, et excommuniés validement (et non invalidement comme les "lefebvristes").


Il y a donc bien deux causes matérielles distinctes, déterminées par leur cause formelle, l'obéissance à la juridiction:
- ceux qui obéissent à la juridiction conciliaire forment matériellemnt l'église conciliaire,
- ceux qui obéissent à la juridiction de suppléance (de l'ordinaire défaillant dans la profession publique de la foi), forment matériellement l'Eglise continuée malgré "Rome", et la hiérarchie ordinaire qui se soumet à cette "Rome", canonisée en 1983.


Revenir en haut
axel thienpont


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2017
Messages: 205
Localisation: France

MessagePosté le: Sam 1 Avr - 14:02 (2017)    Sujet du message: église conciliaire ou secte conciliaire ? Répondre en citant

Michael,


En vous relisant, je constate que vous n'avez pas saisi toute l'importance du mot "Rome" dans la déclaration de novembre 1974.


L'abbé Coache dit de "Rome" qu'elle est canoniquement une "personne morale".


Pour Mgr Lefebvre, cette personne morale est la "mère" des églises diocésaines du monde entier, l'évêque de Rome, élu par le collège des cardinaux, ayant la primauté réelle et plénière (celle de Petrus et successeurs) sur toutes les Eglises "apostoliques".


Que le pape soit "selon les besoins" de la FM ne fait aucun doute, mais cela ne suffit pas pour déclarer la sédévacance: il suffit que demain le pape ne soit plus "selon les besoins de la secte". Ici la secte conciliaire n'est pas la FM, mais en a la "doxa", sans nécessairement être "encartée"... Les mots "tendance" et "esprit" dans l'Eglise ne sont donc pas faux, mais insuffisants.


Insuffisants, car comme l'utopie libérale ou marxiste léniniste, les "tendances" et "esprit" ont "pris corps", notamment législatif, exécutif, et judiciaire. C'est le fameux "codex 1983" , pire que le novus ordo (Mgr Lefebvre).


Revenir en haut
axel thienpont


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2017
Messages: 205
Localisation: France

MessagePosté le: Sam 1 Avr - 14:11 (2017)    Sujet du message: église conciliaire ou secte conciliaire ? Répondre en citant

En bref:
si tous les "tradis" , même "ralliés", se mettent à refuser non pas le pape, mais "le codex canonicus 1983 de la Rome refusée par Mgr Lefebvre", alors peut-être que la lumière d'une conversion réelle de la hiérarchie catholique précèdera le retour de Rome à la Tradition, SA Tradition.


Revenir en haut
Sursum Corda


Hors ligne

Inscrit le: 23 Fév 2017
Messages: 2

MessagePosté le: Sam 1 Avr - 17:54 (2017)    Sujet du message: église conciliaire ou secte conciliaire ? Répondre en citant

Les termes qui admettent seulement un sens s'appellent univoques. Le contraire succède avec les termes pas univoques, qui dans une philosophie s'appellent équivoques et analogues. Par exemple, le mot "banque" est équivoque parce qu'il peut signifier un type de siège, une table de travail, une entreprise qui réalise des opérations financières, l'édifice où cette entreprise fonctionne, un établissement médical de magasinage organique, un groupe de poissons; une élévation en sable ou une terre du fond de la mer, d'une rivière ou d'un lac, proche de la surface; etc.  
L'expression “l'église conciliaire” n'est pas univoque parce qu'il admet de divers sens :  
Selon un premier sens, "l'église conciliaire" est l'organisation de la religion conciliaire qui coexiste avec l'Église Catholique dans le même sujet (une explication des Dominicains d'Avrillé et de Mons. Tissier). “L'église conciliaire” est l'ivraie dans le domaine de blé. Dans cette acception, on a l'habitude de parler de la "secte conciliaire" comme expression synonyme de "l'eglise conciliaire".  
Conformément au deuxième sens, "l'Église conciliaire" est l'Église Catholique comme il est actuellement, c'est, en déclinant ou en se corrompant (dans ses aspects humains) par l'oeuvre des modernistes qui contrôlent l'Église depuis le Concile le Vatican II. “L'Église conciliaire” est la plantation de blé avec de l'ivraie. Dans cette acception, l'opposé à “l'Église conciliaire” ce n'est pas “l'Église Catholique” mais “l'Église preconciliar”. 
Ces deux premiers sens de l'expression "l'église conciliaire" ne sont pas réciproquement exclus, mais oui ils excluent les deux suivants.  
Dans un troisième sens, "l'église conciliaire" est cette société que le commun des gens identifie faussement avec l'Église Catholique. La société à dont la tête est actuellement François et qui est connu partout comme "l'Église Catholique", n'est pas déjà catholique. L'Hiérarchie ni les paroissiens qui, pour appartenir à cette organisation, se disent que des catholiques sont tels, mais ils sont des hérétiques conciliaires. La vraie Église Catholique existe réduite à des dimensions domestiques et individuelles, après être seulement composé par les groupes traditionalistes séparés de Rome, dispersés par le monde. “L'église conciliaire” est l'ivraie séparée du blé. Dans cette acception, on a l'habitude de parler de la "secte conciliaire" comme expression synonyme de "l'église conciliaire". Ce troisième sens exclut aux autres trois, est soutenu par beaucoup de sedevacantistas, et incline le sedevacantismo et le schisme.  
Selon un quatrième sens, "l'église conciliaire" est uniquement un mauvais esprit (libéral et moderniste) existant dans l'Église Catholique. “L'église conciliaire” est un défaut ou une maladie dans le blé. C'est ce que soutiennent Mgr. Fellay, le P. Gleize et les acuerdistas en général. Ce quatrième sens exclut aux autres trois.  
On peut remarquer que, dans les acceptions première et troisième, à l'organisation ou à la secte conciliaire on le nomme “église“ impropiamente, comme quand nous parlons de "l'église anglicane”, “l'église luthérienne”, etc. Dans la quatrième acception, le terme "église" est aussi appliqué d'une manière analogique. 


Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 248

MessagePosté le: Lun 3 Avr - 19:34 (2017)    Sujet du message: église conciliaire ou secte conciliaire ? Répondre en citant

Pour moi "secte conciliaire" constitue une radicalisation du jugement, et c'est à risque parce que ça peut se retourner contre nous. Je comprends qu'on puisse l'employer quelquefois, à cause de comportements sectaires dans l'Eglise conciliaire, et aussi pour faire assumer à la masse des catholiques le caractère quasi-schismatique de leur ignorance de 4 siècles d'enseignements pontificaux, et puis il y a un palpable effet d'embrigadement. Néanmoins la "secte conciliaire" ne sera jamais qu'un sous-produit de l' "Eglise conciliaire", et ce dernier terme est amplement préférable :
- à cause de toutes les nuances de couleur de l'Eglise conciliaire ;
- parce qu'un petit nombre (nous) qui qualifie un grand nombre (eux) de "secte", c'est tout de même dérisoire ;
- ou encore parce que les conciliaires s'imaginent qu'ils adoptent le comportement contraire d'une secte, en cherchant systématiquement à comprendre comment les hérétiques et les païens peuvent être sauvés malgré leur fausse religion, ils ne se reconnaîtront pas dans notre jugement ; par contre ils se reconnaissent très bien sur les idées de "tradition vivante" et de "dignité humaine en tant que bien terrestre légitime" ;
- que faisons-nous si ceux qui avaient une attitude dite sectaire hier adoptent demain une attitude moins "sectaire" tout en maintenant les idées du Concile ? par exemple un travail est fait actuellement pour remettre en usage une traduction correcte du Pater Noster (avec une expression conforme à la place du "ne nous soumets pas") ;
- et surtout parce que l'expression "Eglise conciliaire" reste très proche des causes du problème actuel.

Le terme "Eglise" inclut le caractère sociétal des présents errements doctrinaux. Matériellement, à la fois le pape et les évêques qui promeuvent une nouvelle façon de présenter la foi, plus proche des désirs du monde, ainsi qu'une très large base de prêtres et de fidèles qui les devancent, les suivent ou les excusent. Et un peu plus formellement, il y a des textes, des rituels et des règlements qui définissent ces vues. Accessoirement il y a entre eux encore une certaine amitié spirituelle pour ce qu'ils ont de catholique, mais aussi et surtout un jeu d'influence, exercé au travers de la pratique religieuse, pour adopter ces nouvelles façons de voir.
Le mot "secte" a aussi l'inconvénient de masquer que tout cela se constitue par évolutions.

"Eglise" : les gens veulent aller vers la vraie religion, ils perçoivent plus ou moins que le siège du christianisme est à Rome (ce qui n'est pas sectaire)
"conciliaire" : ils adoptent un produit dilué, et pas uniquement par ignorance


Dernière édition par Gillou47 le Lun 3 Avr - 21:08 (2017); édité 1 fois
Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 248

MessagePosté le: Lun 3 Avr - 19:42 (2017)    Sujet du message: église conciliaire ou secte conciliaire ? Répondre en citant

L'analyse proposée par 'sursum corda' est intéressante. Il semble que l'aspect organisé (légal et juridique) soit minimisé par nos ralliéristes. En effet le quatrième sens identifié vide le mot "Eglise" de la notion de "communauté" ; s'ils devaient complètement assumer leur position, ils excluraient l'expression "Eglise conciliaire" et parleraient seulement de "conciliarisme" dans l'Eglise (pourquoi distinguer ?).

Reste à savoir comment nous avons compris que des clercs de la FSSPX vidaient effectivement ce terme de sa substance en vue de faire évoluer nos positions ; formellement ce pourrait être en raison de l'avertissement des dominicains d'Avrillé à ce sujet, mais nous pouvons l'avoir pressenti à cause de plusieurs faits troublants, à cause d'une certaine façon de conduire la politique de la FSSPX (et le problème aurait pu également se traduire sur d'autres questions de principe) ? A quel titre la question de la prélature personnelle (qui fait son chemin au moins depuis 2001) sous-tend un problème doctrinal de cette importance ?


Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 248

MessagePosté le: Lun 3 Avr - 20:14 (2017)    Sujet du message: église conciliaire ou secte conciliaire ? Répondre en citant

Il y a deux textes d'Axel Tienpont que j'ai remarqués depuis fort longtemps :
http://christusvincit.clicforum.com/t880-Si-le-SEL-s-affadit.htm
http://christusvincit.clicforum.com/t765-La-Rome-conciliaire-vue-par-St-Jea…

Je ne suis pas tellement d'accord avec tout ce qu'écrit A. Thienpont, mais je trouve que c'est là qu'il a le mieux exprimé ses questionnements.

Pour résumer très (ou trop) brièvement : il soupçonne que l'Apocalypse - dûment éclairée par les enseignements de l'Eglise - a prévu l'Eglise conciliaire. Et dans la discussion sur ChristusVincit, j'ai fait part de mes réflexions sur le sujet.

Ce que je lui concède :
- Si Dieu a été clair sur la crise conciliaire, il nous faut une exégèse là-dessus.
- Quand on lit l'Apocalypse, il y a un mouvement dans l'histoire, et nous pouvons sentir que notre époque est concernée à plusieurs égards.

Toutefois, si c'est pour assurer l'idée qu'il y a une institution conciliaire :
- C'est un peu comme si on craignait d'être faillible en affirmant quelque chose que l'on voit pourtant de nos yeux (*). Mais ce n'est pas parce que c'est un jugement construit que c'est un jugement artificiel. De plus, sur l'existence d'une Eglise conciliaire, nous bénéficions des enseignements de Mgr Lefebvre : il n'était pas infaillible (par définition), néanmoins on admettra qu'il constitue une source autorisée du jugement de l'Eglise, sa condamnation par Rome étant irrégulière.
- Certes il se peut bien qu'il y ait dans l'Apocalypse un truc pour Vatican II, étant donné l'ampleur du phénomène. Néanmoins, paradoxalement, un jugement de la sorte qui trouverait appui sur l'Ecriture Sainte, que la prolongation des effets de Vatican II rendrait plausible, et qui apparaîtrait donc très solide et incontestable, même si l'autorité enseignante devait le confirmer, ce jugement demeurerait inférieur à un jugement vertueux qui lui serait antérieur.


(*) à savoir l'Eglise conciliaire issue de Vatican II, préparée avant 1962 par des opinions dissidentes, consolidée ensuite par le codex de 1983, et qui s'est signalée et continue de se signaler par de nombreux faits d'armes, et qui perdurera tant qu'elle n'aura pas été magistralement (**) dénoncée par Rome.

(**) on pourrait discuter d'à quel point il faut que ce soit magistral (je dirais : suffisant pour faire cesser la majorité des abus actuellement constatés), mais il semble que la néo-FSSPX se distingue en abandonnant toute exigence de ce côté-là. Elle se contente de : juste ce qu'il faut pour qu'elle ne se sente pas solidaire des abus.


Revenir en haut
axel thienpont


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2017
Messages: 205
Localisation: France

MessagePosté le: Mar 4 Avr - 21:14 (2017)    Sujet du message: église conciliaire ou secte conciliaire ? Répondre en citant

Résumé de ma"thèse":
1- cause efficiente: un Concile, au cours duquel le Souverain Pontife lui-même reconnaît comme "autorité suprême"... une "secte" (libéraux, modernistes et progressistes),  
2- les Souverains pontifes successifs "instituent" d'eux-mêmes un "gouvernement révolutionnaire": c'est la "Rome" dénoncée, refusée par Mgr Lefebvre et de Castro-Mayer. Dans cette "Rome", et de façon juridique (codex 1983 ultérieur à la révolution des années 1962-1969, novus ordo), le pape est de droit conciliaire "vicaire du Concile": l'autorité du "Concile" s'interpose entre NSJC et le Souverain Pontife.
3- Le "Concile" est donc bien autorité suprême dans l'église "conciliaire", père fondateur d'une religion nouvelle, d'un nouveau culte, d'un nouveau droit ecclésiastique, d'une nouvelle "tradition"... 


Il y a les hommes, et il y a les oeuvres.


Les hommes des deux "églises" sont les mêmes "materialiter" c'est-à-dire de "corps individuels".


Mais l'église conciliaire tout comme sa tête, le Rome nouvellement canonisée, instituée (codex 1983), est une oeuvre morte à la grâce: "cf Dieu à l'ange de l'église de Sardes.


Cette "oeuvre morte" n'a aucune des promesses d'indéfectibilité, alors que la continuation de la papauté dans la personnes des papes a les promesses de l'indéfectibilité.


Si tout catholique ou conciliaire peut être d'accord sur "habemus papam", et dire avec Mgr Lefebvre que même abominable l'Eglise a toujours un pape élu validement sauf preuve irréfutable du contraire,


catholiques et conciliaires s'excommunient réciproquement de leurs deux églises respectives: l'une (pape compris) est au " Concile" et au culte de l'homme, ce que l'autre est au Christ et au culte de Dieu. 


Enfin, aux diverses perceptions de l'église conciliaire comme "esprit", "tendance", elles ne sont pas fausses mais insuffisantes et en retard d'une "apocalypse".


Dira-t-on de la révolution de 1789 ou de 1917 qu'elles ne furent que des "esprits", des "tendances" en France ou en Russie?


Le père Calmel avait très bien perçu le problème: plus qu'une tendance ou un esprit, c'est l'appareil des modernistes qu'il voyait arriver dans l'Eglise et jusqu'à sa tête, à Rome même. Il définissait cet appareil des modernistes comme le pandemonium de l'antéchrist.


Ce n'est pas du axel thienpont, c'est du Père Calmel...


Revenir en haut
axel thienpont


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2017
Messages: 205
Localisation: France

MessagePosté le: Mar 4 Avr - 21:23 (2017)    Sujet du message: église conciliaire ou secte conciliaire ? Répondre en citant

Arrêtons de parler d'abus!
Des abus il y en a partout même dans la "résistance": abusare humanum est!


Ce qui oppose les deux "églises" c'est le dogme et les principes. 
Dogme catholique ou dogme conciliaire?
Principes catholiques ou principes conciliaires?
NSJC? Ou son singe?
L'Agneau véritable, ou la seconde bête à tête d'Agneau?


Revenir en haut
axel thienpont


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2017
Messages: 205
Localisation: France

MessagePosté le: Mar 4 Avr - 21:39 (2017)    Sujet du message: église conciliaire ou secte conciliaire ? Répondre en citant

Giluo,
vous écrivez: "l'Eglise conciliaire issue de Vatican II, préparée avant 1962 par des opinions dissidentes"


S'il ne s'agissait que d'opinions dissidentes, on pourrait y ranger aussi celles de St Pie X, Pie XII, Mgr Lefebvre et de Castro-Mayer? 


Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 248

MessagePosté le: Mar 4 Avr - 21:50 (2017)    Sujet du message: église conciliaire ou secte conciliaire ? Répondre en citant

Pour la question des "abus", je ne l'entendais pas au sens populaire (abus de boisson ou de pouvoir) mais au sens des réformes effectuées au prétexte des idées conciliaires, ainsi qu'un certain nombre d'attitude des autorités ecclésiastiques qui promeuvent ces mêmes idées.

Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 248

MessagePosté le: Mar 4 Avr - 22:21 (2017)    Sujet du message: église conciliaire ou secte conciliaire ? Répondre en citant

axel thienpont a écrit:

Giluo,
vous écrivez: "l'Eglise conciliaire issue de Vatican II, préparée avant 1962 par des opinions dissidentes"


S'il ne s'agissait que d'opinions dissidentes, on pourrait y ranger aussi celles de St Pie X, Pie XII, Mgr Lefebvre et de Castro-Mayer? 


De mémoire, ces opinions dissidentes :
- Au sein du catholicisme : personnalisme, oecuménisme chrétien, libéralisme, sillonisme, nouvelle théologie, modernisme, historicisme,
- Nées hors catholicisme, mais qui ont pris chez les catholiques affaiblis : liberté religieuse, ésotérisme, évolutionnisme, lutte contre l'antisémitisme chrétien (soi disant), républicanisme, anti-intellectualisme, scientisme, quelques aspects du protestantisme, anti-colonialisme,
- Autres mouvements qui ont compris l'opportunité de Vatican II (bien que les conciliaires n'adoptent pas ces idées, du moins tant qu'ils restent "catholiques conciliaires") : communisme, laïcisme, libre-pensée, oecuménisme maçonnique, ainsi que le protestantisme, l'islam, le bouddhisme, ...


Je ne sais pas dans quelle mesure Pie XII a été complice de leur progression, il paraît qu'il les a quand même condamnées. La montée en puissance de l'Opus Dei s'est faite sous Pie XII, mais c'est grâce à la complicité de Mgr Montini à l'époque qui a dû dissimuler certaines choses au Saint-Père. On sait que Mgr de Castro-Mayer a eu une faiblesse pour TFP à un moment donné, mais dès qu'il fut mieux renseigné à leur sujet il s'en est éloigné, à moins que l'on ne veuille chercher la petite bête...


Revenir en haut
axel thienpont


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2017
Messages: 205
Localisation: France

MessagePosté le: Mer 5 Avr - 06:55 (2017)    Sujet du message: église conciliaire ou secte conciliaire ? Répondre en citant

Vous ne m'avez pas compris.


"opinions dissidentes" est faux.


Il s'est toujours agi de schisme, d'hérésies, d'apostasie, et non seulement d'opinions.


Toutes les "opinions" sont dissidentes, c'est la chair qui divise, et l'opinion est toujours celle d'une "chair". 


Mais le révolution n'est pas une opinion, c'est un "verbe" contre Le Verbe, le "concile" contre le Christ.


Vos jugements sont faux car votre "verbe" n'est pas rigoureux.
Mgr Tissier dit un jour à l'abbé Hewko: "Prions pour que Rome quitte ses erreurs". L'intention est excellente!


Mais la réponse de l'abbé Hewko est encore plus excellente: "Pas les erreurs, Mgr. Les hérésies!".
Il aurait pu ajouter: le schisme et l'apostasie...


Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 248

MessagePosté le: Mer 5 Avr - 17:23 (2017)    Sujet du message: église conciliaire ou secte conciliaire ? Répondre en citant

Les opinions sont utiles à la Foi.


-----
addendum :
Je comptais prendre le temps de mieux expliquer mon post du 'Lun 3 Avr - 21:14 (2017)', mais je n'en ai pas eu le temps ces deux derniers jours et j'ai seulement répondu sur le vif. Pour les "abus" je suis trop elliptique, et pour les dissidences préconciliaires les choses sont indiquées trop en vrac. A suivre.


Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 248

MessagePosté le: Sam 15 Avr - 19:13 (2017)    Sujet du message: église conciliaire ou secte conciliaire ? Répondre en citant

En tout cas, quoi qu'il en soit, je suis encore perplexe. Pour moi cette Église Conciliaire reste un mystère (il y a des mystères d'ordre naturel). D'un côté les sujets de cette église gardent à peu près le contenu des dogmes et la validité des sacrements (l'Eglise les a faits simples, de sorte que les sujets peuvent savoir si leurs sacrements sont valides et si les dogmes sont authentiques), mais d'un autre côté ils assoient leur religion sur un discours de communication entre les hommes, au lieu de communication avec Dieu. 


Bonne fête de Pâques quand même. 


Revenir en haut
axel thienpont


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2017
Messages: 205
Localisation: France

MessagePosté le: Dim 16 Avr - 19:54 (2017)    Sujet du message: église conciliaire ou secte conciliaire ? Répondre en citant

Pour Mgr Lefebvre et Mgr de Castro-Mayer, l'église conciliaire n'est pas un "mystère".


Ni un "esprit" ou une tendance seulement. Cela c'était "avant" le Concile.... Esprit et tendances condamnées par l'Eglise et les papes à condition .... qu'ils ne "quittent" pas l'Eglise pour une "autre".


Mais comme les papes "conciliaires" suivent le Concile pour s'y soumettre eux-mêmes, avec même consentement à l'aveuglement général (Rome dans les ténèbres), alors:


- la "Rome néo-protestante" est une oeuvre "papale", puique ce sont bien des papes qui l'instituent humainement, mais sans l'assistance de l'Esprit- Saint,
- et les "fidèles" qui les suivent "aveuglément" constituent avec eux un nouveau"corps social", animé de l'esprit du Concile, et dont la tête humaine est hélas la même personne physique que celle qui - dans l'Eglise et non dans l'église conciliaire - gouverne selon le Christ, mais pas selon le Concile couronné à sa place.


Le pape n'est pas forcément franc-maçon ou chef de secte.
Il y a la FM, il y a des sectes, mais tout cela n'est pas "l'église conciliaire".


L'église conciliaire est le corps social formé de tous ceux qui, aveugles ou pas, sont animés de l'esprit du "concile", lequel est le même que l'esprit de la FM et des sectes...


L'Eglise est le corps social animé de l'Esprit de vérité, celui de NSJC.
Car l'Esprit-saint ne peut que rappeler le Verbe, y compris dans Sa Tradition apostolique de tous les papes de St Pierre à Pie XII.


Etant l'âme de l'Eglise, c'est Lui qui lui donne Son corps social, qui EST le Corps mystique.


Les papes conciliaires et prélats appartiennent materialiter et  formaliter aux deux corps, l'Eglise et l'église conciliaire.
Mais ne pouvant servir deux maîtres, NSJC et Sa Vérité, et le Concile et "ses contre-vérités", ils appartiennent à l'âme de la seule église conciliaire, église romaine humaine non divine, car n'étant plus avec NSJC, ils sont contre Lui....


Par église conciliaire il faut donc bien entendre la définition de Mgr Lefebvre: une contre-façon de l'Eglise.
Une contre-façon a toujours l'apparence, l'emballage du "produit" à "vendre",  ici c'est une pseudo-papauté de droit canonique 1983, dans laquelle les successeurs de Petrus ne peuvent plus de droit pseudo-canonique exercer la "confirmation de leurs frères dans la foi".


Pour que le pape retrouve son autorité de pontife suprême, il doit nécessairement quitter et abjurer la "ROME NEO-PROTESTANTE", et REVENIR DANS LA TRADITION APOSTOLIQUE.


En bref:
oui aux papes comme personnes physiques ayant les "pouvoirs" de gouverner l'Eglise lorsqu'ils se "situent" dans la Tradition apostolique,
non à la Rome conciliaire, appareil juridique (bête apocalyptique) qui inhibe en actes la primauté de l'évêque de Rome, prisonnier consentant ou pas à la destruction de l'Eglise de l'intérieur, par des "hommes d'Eglise"...


Le Nullam partem est donc bien ciblé: c'est nullam partem avec un systême de droit humain non divin, donc humaniste, dont le but évident est le pur naturalisme: empêcher tout moyen surnaturel et notamment tout pouvoir d'ordre de sanctifier les âmes, à fortiori en falsifaint la "doctrine" sur le péché d'une part, la grâce d'autre part, et les sacrements authentiques par des évêques authentiques et de doctrine infaillible.


Satan ne cherche pas à détruire la "juridiction" dans l'Eglise, mais à la détourner de son but: perpétuer le pouvoir d'ordre, le seul qui en fait détruit sa puissance sur les âmes.


Les sacres de 1988 l'ont prouvé: perpétuant le pouvoir d'ordre (sacramentel) hors juridiction "ordinaire" devenue globalement, mondialement car "romainement" conciliaire, la FSSPX a connu la fécondité de l'Eglise.


Maintenant Satan ne change pas une stratégie qui a réussi à merveille: remettre le "pouvoir d'ordre" des évêques de la Tradition sous juridiction "ordinaire" car "romaine" et "papale", par obéissance due "ordinairement" aux papes.


Passage plus ou moins obligé: faire croire que NSJC "ne peut pas laisserr Son Eglise" averc des papes "longtemps" hors d'Elle..., à la périphérie de l'Eglise, et toujours "vicaires d'un, Concile" au lieu d'être Son vicaire...


C'est la fausse théorie de Mgr Tissier, qui comparant notre époque à celle d'Athanase, ne tient nul compte d'une réalité tout autre: 
Sous Athanase et Hilaire, le vent de l'histoire soufflait dans le sens de l'Esprit-Saint.
Aujourd'hui, le sens de l'histoire est plutôt celui de la catastrophe finale, selonlaquelle l'Eglise indéfectible comme NSJC n'aura pas forcément ses derniers papes à Rome, mais en exil jusqu'à la conversion d'Israël sur son chemin de Damas, et le dernier pape se rapprochant par nécessité du Mont des Olives?


Il faudra bien laisser Rome la Ville aux derniers irréductibles "romains" ... incapables de distinguer en quoi la Rome éternelle des Pierre et Paul ne se réduit pas plus à leur saint sépulcre que celui de NSJC...


Revenir en haut
axel thienpont


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2017
Messages: 205
Localisation: France

MessagePosté le: Dim 16 Avr - 20:19 (2017)    Sujet du message: église conciliaire ou secte conciliaire ? Répondre en citant

Gilou a écrit:


"D'un côté les sujets de cette église gardent à peu près le contenu des dogmes et la validité des sacrements "


Je viens de l'église conciliaire et confirme à la fois les "sondages" et Mgr Lefebvre:


- les conciliaires "de gauche" ne croient plus à de nombreux dogmes, notamment la virginité de marie, mais aussi l'enfer, etc,
- les "conservateurs" et ralliés deviennent de plus en plus des catholiques libéraux, et pour Mgr Lefebvre à la suite de Dom Sarda, c'est un péché qui fait perdre la foi,
- enfin et surtout, tous les sacrements conciliaires sont avec le temps de plus en plus douteux!


Je ne sais quel âge a Gilou, mais je lui souhaite un "stage" chez les conciliaires pour vérifier ce qu'il en dit....


il est "hors sol", ou comme dirait l'abbé Chazal, il "excuse" les conciliaires et leur "église"?


Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 248

MessagePosté le: Dim 16 Avr - 23:24 (2017)    Sujet du message: église conciliaire ou secte conciliaire ? Répondre en citant

Etudier n'est pas excuser.

Pour ma part j'ai longtemps vécu la crise conciliaire comme une collusion entre les révolutionnaires laïcards et une nouvelle génération de révolutionnaires dans l'Eglise (ou ce qui lui ressemblait) ; la République a laissé d'un regard complice ces nouveaux catholiques tout chambouler. Ce n'est que récemment que j'ai compris qu'il fallait aller à la racine du problème, à cause de ce discours menzinguérien selon lequel Rome commencerait, un tout petit peu et de manière imperceptible pour le commun des mortels, à s'assagir.

En effet, il faut un gros effort pour remonter des faits (quand je parlais d'abus !) à la cause. Ensuite j'ai besoin d'inclure les ralliés et les conservateurs "sérieux" dans l'Eglise conciliaire.
Et, pour ceux qui un peu plus progressistes, c'est difficile de savoir à quel point ils sont inquiets de la validité des sacrements et de la connaissance des dogmes. J'ai plus vu des évêques qui négligeaient la confirmation que d'évêques qui en faisaient d'invalides.

Je constate avec intérêt que vous ne m'avez pas contredit sur ce point important : "ils assoient leur religion sur un discours de communication entre les hommes, au lieu de communication avec Dieu".
Sans contenir toute la "conciliarité", cette collégialité (entendue dans un sens élargi) me paraît en fait un point essentiel de cette contrefaçon de l'Eglise. Et bien que j'arrive à la décrire, ce n'est pas une réalité facile à saisir.

La perplexité d'aujourd'hui s'exprime différemment de celle des années 70-80, mais il y a bien un fond commun qui se résume dans cette question : comment les successeurs des Apôtres font pour ne plus se comporter en successeurs des Apôtres ? (nonobstant tous les éléments de réponse que l'on a déjà et dont vous avez répété quelques-uns)


Revenir en haut
axel thienpont


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2017
Messages: 205
Localisation: France

MessagePosté le: Lun 17 Avr - 09:09 (2017)    Sujet du message: église conciliaire ou secte conciliaire ? Répondre en citant

Vous en restez toujours aux seuls "hommes", hommes d'Eglise ou non.


Mgr Lefebvre lui a bien vu non seulement les "hommes", d'Eglise ou non, mais surtout leurs "institutions"!


L'Eglise est une "institution", divine qui plus est. Sa tête n'est pas le pape, mais NSJC.


L'église conciliaire vue par Mgr Lefebvre n'est pas la société des "soumis au Souverain Pontife", et encore moins celle des "professants la foi de toujours": cf le catéchisme sur la définition de l'Eglise.


Pire: tous leurs sacrements étant douteux, cette "église" comporte nombre de non baptisés! La FSSPX a dès son origine eu le souci premier de "baptiser sub conditione" après examen du cas par cas.


Enfin, la définition dogmatique précise que seuls les baptisés non schismatiques, non hérétiques, non apostats, non excommuniés validement, appartiennent au corps de l'Eglise. 


Quant aux papes, seule prévaut la reconnaissance universelle "urbi et orbi" qui selon St Robert Bellarmin  "valide" leur élection même si cette dernière fut frauduleusement obtenue lors des Conclaves, à commencer par celui de Roncalli, fumées blanche, noire, blanche en 1959 pour Jean XXIII. Rien ne sert donc de pencher pour l'opinion d'un Dom Guérard des Lauriers versus Mgr Lefebvre. Ce dernier a pour lui toute la pratique et les diverses théories en la matière, collectées quasi magistralement par l'abbé O Rioult dans son maître livre l'Eglise et l'Apostasie. 


Mais pour en revenir à l'église conciliaire, elle est :
- une oeuvre d'hommes d'Eglise, 
- une oeuvre romaine,
- une oeuvre "papale",
- une institution humaine, ayant une "constitution", celle du droit canon 1983,
- une oeuvre "morte" selon Dieu à l'ange de l'Eglise de Sardes,
- un 'appareil es modernistes selon le Père Calmel,
- le pandemonium de l'antéchrist selon toujours le même pre Calmel,
- et donc la seconde bête de l'Apocalyse, qui est aux lévites ce que la première est aux politiques.


L'homme étant religieux autant que social, et selon le cardinal Pie, la question sociale étant d'abord une question de culte, 


alors Satan résout la question politique et sociale aussi par la question du culte: instituer une "église" qui n'a de l'Eglise que la forme apparente de la papauté et de l'Agneau, à Rome même, c'est vraiment attirer tous les catholiques à "oeuvrer"... pour l'adoration de l'homme de perdition à venir.


Encore une fois et semper idem, je ne condamne personne en particulier, surtout les "illusionnés", mais chaque homme en particulier doit savoir dans quelle "institution" il met les pieds!


Pour l'instant, la "ROME CONCILIAIRE" est le gouvernement d'une institution ecclésiastique de droit canonique antéchristique.


D'où il suit que la prélature personnelle sera aussi une institution de droit antéchristique, dans laquelle tous les membres risquent de perdre leur âme, évêques, prêtres, laics. 


Nullam partem!
Non possumus!
La nécessité de survie de la Tradition demeure plus que jamais, et il ne lui reste que la "juridiction de suppléance universelle", hors juridiction redevenue ordinaire mais conciliaire de la néo-FSSPX.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:42 (2017)    Sujet du message: église conciliaire ou secte conciliaire ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fidélité catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique Toutes les heures sont au format GMT
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template