Résistance catholique francophone Index du Forum Résistance catholique francophone
Ce forum est un espace de discussion pour défendre la Foi Catholique à la suite de Mgr Marcel Lefebvre. Il n'est donc ni pour le ralliement à l'église conciliaire ni pour le sédévacantisme.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Rage des libéraux contre les signataires

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Résistance catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikaël


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 124
Localisation: Genève

MessagePosté le: Lun 8 Mai - 19:18 (2017)    Sujet du message: Rage des libéraux contre les signataires Répondre en citant

La lettre des doyens est à nouveau sur le Forum Catholique (http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=826649 ).
 



 
Citation:
Voici la réponse de la voix de son maître Jacques-Régis du Cray (Alias Ennemond ou Côme de Prévigny) :


 
Un parfum de déjà vu par Ennemond 2017-05-08 17:09:56
 

 
En 1977, deux-tiers des professeurs d’Écône ainsi que le directeur se soulevaient contre Mgr Lefebvre.

En 1983, neuf prêtres des États-Unis écrivaient à Mgr Lefebvre pour lui intimer l'ordre de modifier ses décisions, rayant de la carte le district.

En 1989, le séminaire de La Reja organisait une mutinerie contre les supérieurs qui perdaient ainsi tout le séminaire.

En 2003, les principaux prieurs français se dressaient contre le supérieur de district, à la suite d'un traité rédigé sur les séminaires.

Ce sont toujours les mêmes méthodes : publication d’un texte dans le dos des supérieurs pour prendre à témoin les fidèles, pour faire croire que les rédacteurs sont les véritables continuateurs du fondateur, les défenseurs de la foi, etc. ; intimidation par l’effet escompté que pourrait produire le nombre et la qualité des signataires. Certains étaient assistants généraux, supérieurs de district ou de séminaire, curé de Saint-Nicolas, évêque. Qui s'en souvient aujourd'hui ?

Aucun fidèle, aucun prêtre ne fera croire que Mgr Fellay ou l'abbé Bouchacourt imaginent un instant que l'état de nécessité n'existerait plus sinon, en toute logique, ils fermeraient sur le champ tous leurs lieux de culte. Mais refuser par principe la juridiction offerte sans condition, sans même avoir contacté l'évêque du lieu, sans même avoir attendu les concertations des différents supérieurs, relève d'une étonnante vision de l'Eglise. Dans plusieurs endroits, les prieurs de la FSSPX commencent à recevoir des évêques le pouvoir de marier, sans aucune condition. Pourtant, il est bien évident que pas un seul n'imaginait marier invalidement auparavant. Pour eux, c'est une confirmation de leurs pouvoirs. C'est comme pour le Motu Proprio. Toutes les conséquences du texte ne nous satisfaisaient pas (celles relatives à la forme ordinaire). Il aurait pourtant été absurde de s'en tenir à ces aspects pour ne pas y voir une indéniable avancée.

On sent toute la rage de Menzingen derrière ce petit blanc bec . Ils ne voient plus qu'ils ont en principe rejeté l'état de nécessité.
Un fidèle avait demandé "naïvement" à Menzingen si les deux juridictions pouvaient se concilier. Menzingen avait logiquement répondu par la négative.

M Jacques Régis Du Cray est donc un gros menteur ...


Revenir en haut
axel thienpont


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2017
Messages: 184
Localisation: France

MessagePosté le: Lun 8 Mai - 20:02 (2017)    Sujet du message: Rage des libéraux contre les signataires Répondre en citant

JR du Cray-tin écrit:


relève d'une étonnante vision de l'Eglise."
Bien sûr, la vision catholique n'a rien à voir avec la vision conciliaire et même la vision d'une papauté ... soviétique.


"pour ne pas y voir une indéniable avancée"
on sait ce que vaut une "avancée" à gauche toute... vers le compromis perpértuel entre le vicaire du Christ et Bélial...


JR du Cray-tin disait que la France catholique ou la France maçonnique, c'est quand même toujours la même France...


Changer le mot France par le mot Eglise, et vous avez la substantifique moelle de la "vision" qu'a JR du Cray-tin de l'Eglise...y


Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 10 Jan 2017
Messages: 146

MessagePosté le: Mer 17 Mai - 17:26 (2017)    Sujet du message: Rage des libéraux contre les signataires Répondre en citant

et aussi, dans le genre du mépris :
http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=827483

complètement incohérent :
Il note que Rome a pris du temps pour condamner la constitution civile du clergé, dans le but de rendre le jugement le plus exact possible. Mais se rend-il compte que les nombreux prêtres qui ont critiqué et refusé cette constitution bien avant d'entendre l'avis de Rome (et ils l'ont peut-être fait en des termes très approximatifs), étaient néanmoins très méritants ?

Il conclut de la manière suivante : "Il fallait donc trancher. Le supérieur de district l'a fait, cela lui a causé certainement une douleur bien vive, mais, comme il l'a dit, il l'a fait devant Dieu, pour le bien commun et le respect des principes de la discipline et de l'esprit ecclésiastiques. "

En résumé :
- donne beaucoup dans le registre du violon
- il considère que les doyens ont été trop rapides dans leur publication
- par contre il ne considère pas que l'abbé Bouchacourt a décidé de manière trop hâtive
- et bien sûr évite soigneusement d'effleurer la question doctrinale (à savoir : le texte romain place-t-il les mariages traditionnels sous le nouveau code de droit canon, oui ou non ? et quels en sont les inconvénients ?)


-------
addendum :
Ces réactions libérales ont néanmoins le mérite de montrer que la prompte décision de l'abbé Bouchacourt se justifie si l'on oublie l'idée qu'il y a une Eglise Conciliaire. Donc on retombe bien sur une question doctrinale et pas simplement disciplinaire.
En effet, s'il n'y a pas d’Église Conciliaire, la FSSPX est une congrégation comme une autre, mal reconnue certes mais qui ne présente pas de particularité majeure dans l’Église d'aujourd'hui. Par conséquent les décisions des supérieurs s'inscrivent dans la normalité, et il n'y a plus de sentiment qu'il y aurait des circonstances exceptionnelles à prendre en compte dans des sanctions.


Dernière édition par Gillou47 le Mer 17 Mai - 17:55 (2017); édité 1 fois
Revenir en haut
Sean Johnson


Hors ligne

Inscrit le: 06 Jan 2017
Messages: 30
Localisation: USA

MessagePosté le: Mer 17 Mai - 17:37 (2017)    Sujet du message: Rage des libéraux contre les signataires Répondre en citant

Les doyens ont-ils répondu à l'abbé Bouchacourt?
_________________
Tradidi quod et accepi


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 10 Jan 2017
Messages: 146

MessagePosté le: Mer 17 Mai - 17:48 (2017)    Sujet du message: Rage des libéraux contre les signataires Répondre en citant

Sean, je ne sais pas.

Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 10 Jan 2017
Messages: 146

MessagePosté le: Mer 17 Mai - 19:58 (2017)    Sujet du message: Rage des libéraux contre les signataires Répondre en citant

Générosité des libéraux, on ne demandait pas tant de prose :
http://www.leforumcatholique.org/message.php?num=827446

Ennemond ressort souvent les mêmes arguments, alors on lui fera souvent les mêmes réponses.

Pour répondre à sa glose :

1) "ne cherchent même plus à se projeter sérieusement et à s’imaginer une sortie de crise réaliste" : mais si, nous cherchons à ce que le pape mette un pied en dehors de la crise au lieu de nous y entraîner avec lui,

2) "les plus craintifs ont peu à peu relevé leurs exigences" : nos faiblesses de style n'enlèvent rien au fond de l'affaire, plein de choses sont concédées par la Rome conciliaire à la FSSPX, mais aucune concession n'est faite à la mémoire de Mgr Lefebvre et encore moins à la gloire du Concile de Trente,

3) "Il y a quelques années, nous sabrions le champagne avec nos prêtres à l’idée de voir Rome régulariser la Fraternité sans condition" : est-on réellement dans une démarche sans compromission ? Et d'ailleurs ce n'est pas le "sans condition" qui nous aurait plu, mais "dans des conditions catholiques".

4) "guerres fratricides inutiles" : c'est bien vrai ! mais qui donne les coups actuellement ?

5) "faire croire que le Motu Proprio était un piège ou un malheur (sous prétexte que le texte était imparfait)" : d'accord, ce n'est pas un piège, puisque Benoît XVI a parfaitement assumé son modernisme en le promulguant, et ce n'est pas un malheur pour les braves prêtres conciliaires qui ont adopté le "rite extraordinaire". Néanmoins il était suffisamment imparfait pour qu'on puisse dire qu'il ne correspondait pas du tout à des conditions catholiques. Benoît XVI a fait ce Motu Proprio d'une manière qui corresponde à l'évolution de son sentiment (la dignité du rite traditionnel lui plaisait semble-t-il) mais pas comme une première mesure pratique destinée à restaurer l'unité de la Foi.

6) "Quand on regarde a posteriori les textes de Mgr Williamson, on constate qu’en 2001, il acceptait d’envisager une régularisation si les deux préalables étaient concédés. Peut-être imaginait-il que ces demandes étaient tellement inouïes qu’elles ne seraient jamais acceptées." : la sainte messe a été définitivement reléguée au second rang, on peut donc considérer que les demandes n'ont pas été réalisées. Et la levée de tout interdit à l'égard du clergé qui continue comme avant Vatican II n'a pas eu lieu ; et elle n'est pas réellement en voie de l'être puisqu'il est demandé à la FSSPX de se changer en prélature et de traiter les questions disciplinaires selon le nouveau code, ces deux choses sont postérieures au Concile et en portent largement l'esprit.

7) "La situation du monde et de l'Eglise est suffisamment difficile et l'état de la France grave pour qu'il n'y ait pas besoin de se réfugier dans [...]" : Ennemond est vraiment très fort Mr. Green


Revenir en haut
Faithful
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Jeu 18 Mai - 14:39 (2017)    Sujet du message: Le ralliement Répondre en citant

"Quand on regarde a posteriori les textes de Mgr Williamson, on constate qu’en 2001, il acceptait d’envisager une régularisation si les deux préalables étaient concédés."

Ceux qui veulent rejoindre Rome semblent très dérangés de voir que Mgr Williamson désapprouve le ralliement. Ils pourraient rester indifférents face aux avertissements de quelques prêtres ou d'un groupe de fidèles, mais ils ne peuvent ignorer les reproches du doyen des quatre évêques. Mgr Williamson affirmait au Brémien le 14 juillet 1994 : "Certainement, et j'espère que demain ou après-demain, tant qu'elle est la servante de la foi et de l'Église, je compterais bien donner ma vie pour la Fraternité! Mais à condition qu'elle reste fidèle! Et sage!?... " Près de 20 ans plus tard, il a accepté de sacrifier sa réputation pour tenter de sauver cette Fraternité du suicide.

Honneur et gloire à Mgr Williamson !


Revenir en haut
axel thienpont


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2017
Messages: 184
Localisation: France

MessagePosté le: Jeu 18 Mai - 23:32 (2017)    Sujet du message: Rage des libéraux contre les signataires Répondre en citant

Mais que pense Mgr Williamson dogmatiquement des mariages conciliaires?


Je ne parle pas de "validité"!
L'Eglise reconnait tous les mariages non catholiques "a priori"... comme "valides".


Mais bien de "catholicité"!
La "révolution" dont on parle est-elle celle du pape François? 
Non, elle est celle d'un Concile et des papes qui s'en font les "vicaires"...


Et qu'a fait cette "révolution"?
Selon Mgr Lefebvre: "tous leurs sacrements sont douteux"!


Y compris les pariages "conciliaires"?


Hé bien oui, puisque la première fin des mariages "conciliaires" est selon le catéchisme conciliaire : le "bonheur des époux".


Mais alors, allez faire comprendre aux paires homos que leur mariage n'en est pas un!
Ils vous répondront: "mais si, puisque même le pape affirme que , de droit quasi divin, notre mariage a pur fin notre bonheur!".


Si c'est de "droit divin", alors...


Kyrie eleison!


Y a-t-il des évêques autres que "supplétifs" pour rappeler le testament dogmatique et spirituel de Mgrs Lefebvre et de Castro-Mayer?


Un évêque n'est-il as d'abord "épi-scope" de la doctrine?


Les fidèles ont-ils seulement besoin de piétisme à Notre Dame fut-elle de Fatima ou d'Akita pour se sauver?


La Vierge n'attend-elle pas des évêques d'être d'abord des confesseurs du Verbe?
Et pas seulement des prêcheurs de "moulins à chapelet" ?


Mgr Lefebvre, AU SECOURS!


Revenir en haut
axel thienpont


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2017
Messages: 184
Localisation: France

MessagePosté le: Jeu 18 Mai - 23:37 (2017)    Sujet du message: Rage des libéraux contre les signataires Répondre en citant

addendum: et même, le pape précise que le mariage n'est pas fait pour "se reproduire comme des lapins"...
Sauf pour les musulmans?


Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 10 Jan 2017
Messages: 146

MessagePosté le: Mar 23 Mai - 16:57 (2017)    Sujet du message: Rage des libéraux contre les signataires Répondre en citant

Encore un cas, un article humaniste sur les "inrocqueptibles" :
https://gloria.tv/article/xWxenVfGwNXi1BRpBXuiFQXBB

J'avais fait un commentaire où je commençais par qualifier le rédacteur, Théodore, de libéral qui n'aborde pas les questions de fond. A mon grand étonnement Razz mon commentaire a disparu.


Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 10 Jan 2017
Messages: 146

MessagePosté le: Dim 28 Mai - 22:28 (2017)    Sujet du message: Rage des libéraux contre les signataires Répondre en citant

L'abbé Simoulin, il ne manquait plus que lui !
http://tradinews.blogspot.fr/2017/05/abbe-michel-simoulin-fsspx-le-seignado…

reste à en extraire la substance toxique, ce qui s'annonce être un gros boulot

Je préconise la lecture en entier, mais en voici quelques extraits :

il m’est arrivé de me tromper lorsque la crainte de me tromper (ou l’humilité) ne se mêlait pas à mes réflexions et à mes choix ! Je n’en suis pas spécialement fier mais cela m’a rendu peut-être plus prudent (à défaut d’humilité !)
[...]

Je me souviens par exemple que, dans les débuts, Monseigneur encourageait ses prêtres à chercher des curés de paroisse disposés à les accueillir pour les mariages et recevoir les consentements, afin d’éviter les risques de contestation. Il nous est arrivé à tous de procéder ainsi, et nul n’y a trouvé à redire.
[...]
Selon saint Thomas d’Aquin et ses meilleurs commentateurs, comme la nécessité n’a pas de loi, si le cas de nécessité se présente, la loi de l’Eglise n’empêche plus que le prêtre absolve même sacramentellement, dès lors qu’il a la puissance des clefs. C’est ce que l’on nomme la suppléance de l’Eglise : Ecclesia supplet. Mais quand nous parlons de l'Eglise, il s’agit de l’Eglise non séparée de sa tête visible. Cette suppléance de juridiction ne s’exerce que par la relation essentielle que tout ministre doit entretenir dans l'Eglise au moins avec le chef suprême.

Se dispenser du lien avec Pierre, vivre et agir comme s’il n’existait pas, reviendrait à se priver de ce pouvoir de suppléance.
[...]
[...]

Quant à François, ses arguments sont différents, et ses actes sont d’une tout autre nature. En fait, il n’a pas d’arguments, et bouscule tout à son gré : doctrine, morale, droit canon, etc.  La situation est vraiment inédite et théologiquement absurde : « malgré la persistance objective, pour le moment, de la situation d’illégitimité dans laquelle se trouve la Fraternité Saint Pie X », il est reconnu que nous avons le droit de faire ce que nous faisons depuis quarante ans sans rien changer dans nos positions ! Bref, cela sous-entend, sans le dire, que l’état de l’Eglise est tel que nous pouvons administrer les sacrements validement ; c’est ce qui s’appelle l’état de nécessité, qui fonde la juridiction de suppléance !
Car le plus anormal est bien dans le fait que le pape n’a rien changé à ce que nous sommes : il ne nous a rien concédé, mais il dit aux fidèles que nos confessions sont valides (ce qui revient à admettre l’état de nécessité) et il dit à présent aux évêques qu’ils peuvent nous « concéder des permissions pour la célébration de mariages de fidèles qui suivent l’activité pastorale de la Fraternité ».
Pour faire cela, il n’invoque que son désir « d’éviter les débats de conscience chez les fidèles qui adhèrent à la FSSPX et les doutes sur la validité du sacrement de mariage, tout en facilitant le chemin vers la pleine régularisation institutionnelle ». Il s’agit donc d’une disposition en faveur des fidèles, et non d’un droit nouveau accordé à nos prêtres ! Ces actes ne sont en rien le fruit d’un accord quelconque entre Rome et la Fraternité, mais sont des actes unilatéraux, non sollicités ni obtenus par quelque manœuvre secrète. La Fraternité en a été informée comme tout le monde, par la presse ! Et leur raison d’être est clairement affirmée : il s’agit du bien des âmes, et non de la situation de la Fraternité ! Il est clair, et, en cela François est logique, qu’il espère que cela nous conduira à une régularisation institutionnelle, mais cela n’est pas inscrit dans les actes eux-mêmes.
[...]
Ne soyons pas idiots à force de vouloir être plus intelligents que les autres, et admettons que la situation est simplement absurde sans nous être défavorable : alors que nous sommes « hors-la-loi » nos sacrements sont reconnus valides et conformes au droit de l’Eglise ! Nous sommes toujours dans une situation d’illégitimité, mais compétents ! L’état de nécessité perdure et Rome n’y change rien mais déclare que ce que nous faisons en raison de cette nécessité correspond au droit de l’Eglise ! Certes, Rome souhaite que nous nous adressions aux évêques, et reconnaissions ainsi qu’il n’y a plus de nécessité, mais cela ne trompera personne : l’état de l’Eglise est chaque jour plus désastreux !
[...]
Que tous se rassurent donc : nous conservons toujours la possibilité de confesser et de célébrer nos mariages comme toujours, sans rien demander à l’ordinaire ou au curé du lieu, en raison de cet état de nécessité. Le texte n’impose aucune obligation, et se limite à offrir une possibilité. Libre à nous d’en user ou non.

=> En attendant de mieux décortiquer son article, à première vue on est dans une herméneutique du changement qui ne modifie rien !


Revenir en haut
Rita


Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2017
Messages: 27

MessagePosté le: Lun 29 Mai - 15:43 (2017)    Sujet du message: Rage des libéraux contre les signataires Répondre en citant

Une petite question pour lever une doute : qui ment ?

Abbé Simoulin

Citation:
Il s’agit donc d’une disposition en faveur des fidèles, et non d’un droit nouveau accordé à nos prêtres ! Ces actes ne sont en rien le fruit d’un accord quelconque entre Rome et la Fraternité, mais sont des actes unilatéraux, non sollicités ni obtenus par quelque manœuvre secrète.


Mgr Fellay

Citation:
Depuis des années, j’ai essayé de voir avec Rome ce qui pouvait être fait pour mettre fin à cette situation injuste et fausse. Finalement, après avoir échangé différentes idées au cours des années – il y a presque 10 ans que je discute de cela –, est venue l’idée – et c’est certainement une initiative du Saint-Père – de dire aux évêques : pourquoi ne pas reconnaître cette situation comme catholique et donc donner la délégation ? Voilà le contexte.


http://laportelatine.org/publications/entret/2017/170421_fellay_mariages_angelus_press/170421_fellay_mariages_angelus_press_texte.php


Revenir en haut
Viguerie


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 228

MessagePosté le: Lun 12 Juin - 20:22 (2017)    Sujet du message: Dom Thomas d'Aquin : L'illusion libérale Répondre en citant

Dom Thomas d'Aquin
combattant courageux de la première heure explique l'erreur des libéraux

Dom Thomas d'Aquin : L'illusion libérale
 
Voix de Fatima, voix de Dieu n°17
28 mai 2017
« Vox turturis audita est in terra nostra »
(Cant. II, 12)
Quel est la mal qui s’est emparé de Menzingen et a provoqué une suite de réactions à l’intérieur de la Fraternité ? L’illusion. L’illusion libérale. C’est une illusion de penser que nos ennemis sont nos amis. C’est une illusion de penser que les ennemis du Règne de Notre Seigneur Jésus-Christ vont permettre que soit défendu ce Règne de Notre Seigneur Jésus-Christ.
L’illusion est le grand mal des Catholiques libéraux. Dom Gérard avait cette illusion. Le monde de Campos avait cette illusion. Campos n’était pas libéral, mais les libéraux se sont organisés pour tromper Campos et sa défaite a été totale. Maintenant, ils vivent dans une totale illusion.
La Fraternité se précipite dans l’abîme. Sept doyens se sont levés pour l’avertir du danger. Tous furent punis. Trois supérieurs de Communautés religieuses se sont joints aux sept doyens. Vont-ils être sanctionnés aussi ?
Menzingen n’est pas heureux parce qu’ils sont trompés. C’est l’illusion libérale. Une illusion qui a coûté la vie de tant de communautés.
 
Résistons fermement dans la Foi, suivant les exemples des deux champions que furent Mgr Lefebvre et Mgr Antonio de Castro Mayer. Ils n’étaient pas libéraux. Ils connaissaient les libéraux. C’est pour cette raison que quatre évêques furent sacrés en 1988 et cela continue d’éclairer les pas de ceux qui furent sacrés en 2015, 2016 et 2017.
Dom Thomas d’Aquin, OSB


Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Résistance catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template