Résistance catholique francophone Index du Forum Résistance catholique francophone
Ce forum est un espace de discussion pour défendre la Foi Catholique à la suite de Mgr Marcel Lefebvre. Il n'est donc ni pour le ralliement à l'église conciliaire ni pour le sédévacantisme.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

abbé Bouchacourt s'explique et veut nous faire pleurer

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Résistance catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikaël


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 124
Localisation: Genève

MessagePosté le: Lun 15 Mai - 16:36 (2017)    Sujet du message: abbé Bouchacourt s'explique et veut nous faire pleurer Répondre en citant

L'abbé Bouchacourt vient à peine d'écraser sept prêtres de sa congrégation sous un monceau d'injures et de calomnies qu'il tente maintenant de nous faire verser quelques larmes. Pourquoi pas ? Cela pourra peut être fonctionner auprès de ralliéristes invétérés mais sûrement pas auprès de ceux qui sont réellement attachés à l'oeuvre de salut de Mgr Lefebvre.

Nous avons souligné en rose ce qui nous paraît tout à fait contestable :

" se garder de venir à la source" : la source est l'abbé de la Rocque ! Pourquoi ne pas l'interroger en premier pour avoir sa version. Il a dû avoir l'ordre de partir et de ne rien dire. Menzingen ne donne que sa version. Facile.
"selon ses signataires, aurait l’intention de signer un accord de reconnaissance avec Rome" : comme tout le monde le sait, Mgr Fellay et le pape n'ont aucune intention de faire une prélature ...
"L’abbé de La Rocque est venu me voir vendredi 5 mai au soir avec ce texte" : et donc l'abbé Bouchacourt n'était pas au courant le dimanche !
"à régler" : oui à étouffer la vérité. Il s'attriste de ne pas y être parvenu.
"Absolument. C’est à lui de s’occuper de cela". Mgr fellay s'occupe de faire la prélature. Taisez vous, rentrez dans les rangs.
"Mgr Fellay est extrêmement peiné" : Mgr Fellay veut sa prélature et il est peiné de voir que 7 doyens intelligents n'en veulent pas .
"Je suis profondément meurtri de voir cette division" : mais d'où vient elle ? Des hommes ou des erreurs ?


Citation:
Les médias, hostiles dans leur grande majorité au monde catholique et à la Fraternité Saint-Pie X en particulier, s’en donnent à cœur joie à l’occasion des tensions de ces derniers jours en se gardant bien de venir à la source – ce que Présent tient à faire. C’est donc au Supérieur du district de France, M. l’abbé Christian Bouchacourt, que nous donnons la parole.
— Monsieur l’abbé, comment résumeriez-vous les faits qui se sont déroulés au sein de la Fraternité ces jours derniers ?
— Est parue tout d’abord une lettre du cardinal Müller attribuant aux évêques la possibilité de donner aux prêtres de la Fraternité la juridiction pour les mariages. En réaction, une « lettre ouverte » a été écrite par certains prêtres de la Fraternité, préparée dans le secret – et c’est cela qui est inadmissible – sans m’en montrer le contenu. Ce commentaire voulait alerter la Maison générale qui, selon ses signataires, aurait l’intention de signer un accord de reconnaissance avec Rome de manière imminente. Or rien ne justifie ce procédé.

L’abbé de La Rocque est venu me voir vendredi 5 mai au soir avec ce texte, mais Le Chardonnet était déjà imprimé et le texte répandu auprès de différents prêtres et communautés religieuses. J’ai espéré toute la journée de samedi que les prêtres en question ne donneraient pas lecture publique de ce texte. J’ai malheureusement échoué à régler cette affaire « en famille ». Dès dimanche matin, la nouvelle s’est répandue dans les paroisses et sur les réseaux sociaux, comme une traînée de poudre. Il m’a donc bien fallu réagir de manière publique. J’ai alors écrit dès dimanche soir une lettre condamnant ce qui s’était passé.

— Le 13 mai, 100e anniversaire de la première apparition de la Vierge à Fatima, avait été évoqué pour une éventuelle déclaration du pape au sujet d’une prélature accordée à la Fraternité. Cela n’a-t-il pas joué dans le bouillonnement des esprits ?
— Cette date était une pure chimère. Personne n’en avait reçu confirmation. Le pape d’ailleurs, lors de son voyage de retour samedi, a répondu à une question sur la Fraternité qu’il était toujours en contact avec Mgr Fellay et il a ajouté : « Cheminons, cheminons… »

— En ce qui concerne les accords, vous faites confiance à Mgr Fellay ?
Absolument. C’est à lui de s’occuper de cela. Chacun doit rester à sa place, prier et faire pénitence. La Providence continuera à nous protéger des dangers.

— N’y a-t-il pas dans la Fraternité un autre moyen de s’exprimer que par ces méthodes révolutionnaires (qui sont dans ce cas, soit dit en passant, utilisées par des chantres de la contre-révolution) ?
— Bien entendu ! Si le texte m’avait été remis personnellement, il aurait été communiqué à la Maison générale. Ses atouts et ses faiblesses (car il en a) auraient alors été étudiés. Mais le fait de l’avoir publié urbi et orbi contre la volonté des supérieurs fait que je n’ai pas pu considérer le texte en dehors des circonstances de sa publication.
— Quelles sont les réactions de Mgr Fellay à tous ces événements ?
Mgr Fellay est extrêmement peiné Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad . La France est le fer de lance de la Tradition, mais parfois se montre un peu un enfant terrible. La France catholique de nos milieux veut réellement conserver la Tradition, dans un esprit parfois un peu bagarreur. C’est notre richesse aussi, certes, mais qui doit être canalisée.
— Vous avez passé cette journée de dimanche à Saint-Nicolas, cœur de la crise. Quelle impression en gardez-vous ?
— Je suis profondément meurtri de voir cette division qui ne fait que servir les plans du prince de la division qu’est Satan. De bons prêtres sont troublés, et plus encore de fidèles, la division s’installe dans certains prieurés, les fruits manifestent que cette action n’est pas bonne.
Mais n’oublions pas : de la croix jaillissent toujours des grâces. Je souhaite vivement que cette lourde épreuve permette à la paroisse Saint-Nicolas et à notre Fraternité de resserrer les rangs, de raffermir les âmes dans le bon combat de la foi et dans la charité.

Propos recueillis par Anne Le Pape
anne-le-pape@present.fr

M. l’abbé Bouchacourt a annoncé en chaire le dimanche 14 mai, avant son sermon durant la messe de 10 h 30, que M. l’abbé Puga était nommé curé par intérim de Saint-Nicolas du Chardonnet.


Revenir en haut
axel thienpont


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2017
Messages: 184
Localisation: France

MessagePosté le: Lun 15 Mai - 21:21 (2017)    Sujet du message: abbé Bouchacourt s'explique et veut nous faire pleurer Répondre en citant

Venant de "Présent", fondé par un grand absent non lefebvriste mais fidèle au Barroux...


En plus de Anne Lepape, qui ne peut quand même pas renier son patronyme...


Quelle "pub" pour l'abbé Courtenbouche!


Revenir en haut
Suzanne


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2017
Messages: 30

MessagePosté le: Lun 15 Mai - 22:17 (2017)    Sujet du message: abbé Bouchacourt s'explique et veut nous faire pleurer Répondre en citant

Et l'Abbe Bouchacourt pense que d'accorder une interview a "Present", journal de rallies, va convaincre les fideles qu'un accord n'est pas desire? 
Ils refusent de vendre Rivarol mais donnent des interviews a Present? De qui se moquent-ils? Vraiment, ils ne cherchent meme plus a cacher leur jeu.


Revenir en haut
Suzanne


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2017
Messages: 30

MessagePosté le: Lun 15 Mai - 22:21 (2017)    Sujet du message: abbé Bouchacourt s'explique et veut nous faire pleurer Répondre en citant

Je note "personne n'en avait recu confirmation" (de la date pour l'annonce d'un accord). 
Ils n'avaient pas recu confirmation de la date de l'annonce d'un accord.... mais il n'y a pas d'accord en cours???????????????


Je n'ai pas de mots pour dire ce que je ressens a la lecture de cette interview. Il n'y a que la lettre de l'Abbe Pinaud qui fasse justice a mes sentiments. http://www.lasapiniere.info/archives/2742


Revenir en haut
Mikaël


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 124
Localisation: Genève

MessagePosté le: Mar 16 Mai - 08:33 (2017)    Sujet du message: abbé Bouchacourt s'explique et veut nous faire pleurer Répondre en citant

L'abbé de la Rocque avait peut être surtout besoin du soutien public et collectif de prêtres encore au sein de la spx. Ce silence des prêtres est très mauvais signe pour l'avenir et bon signe pour menzingen. Car ce gros avertissement du danger qui est en train d'achever l'oeuvre de Mgr lefebvre sera probablement le dernier en date. On voit mal une autre réaction aussi nombreuse et bien organisée.

Si donc les prêtres du district de France (qui sont majoritairement hostiles à l'accord) ne se lèvent pas ensemble, on ne peut plus rien espérer (de façon certaine cette fois) pour l'avenir de cette oeuvre.

Le silence actuel des prêtres est pire que cet interview de l'abbé Bouchacourt car, autant on doit reprocher la méchanceté de ce prêtre, autant on doit déplorer la lâcheté des prêtres du district.

Cette crise de la fsspx n'est elle donc pas permise par la Providence pour révéler les coeurs de chacun ?


Revenir en haut
Suzanne


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2017
Messages: 30

MessagePosté le: Mar 16 Mai - 10:56 (2017)    Sujet du message: abbé Bouchacourt s'explique et veut nous faire pleurer Répondre en citant

Je suis en accord total avec Mikael, la lachete des pretres du district est affligeante et a Menzingen on doit se frotter les mains, il n'y aura pas beaucoup de "casse" apres tout...

Revenir en haut
Viguerie


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 230

MessagePosté le: Lun 22 Mai - 20:01 (2017)    Sujet du message: Leçon d’un échec par l’abbé Christian Bouchacourt Répondre en citant

Petit rappel au supérieur du district

Leçon d’un échec
 
 
 
par l’abbé Christian Bouchacourt
 
 
 
Monsieur l’abbé Bouchacourt est supérieur du district d’Amérique du Sud de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X. Il a pu constater sur place l’expérience malheureuse de l’Institut du BonPasteur qui pensait pouvoir s’y implanter durablement. L’opposition de l’épiscopat à la Tradition a mis fin à cette tentative. Cet Leçon d’un échec
 
 
 
par l’abbé Christian Bouchacourt
 
 
 
Monsieur l’abbé Bouchacourt est supérieur du district d’Amérique du Sud de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X. Il a pu constater sur place l’expérience malheureuse de l’Institut du BonPasteur qui pensait pouvoir s’y implanter durablement. L’opposition de l’épiscopat à la Tradition a mis fin à cette tentative. Cet article est tiré de la revue du district d’Amérique du Sud, Jesus Christus, n° 118 de septembre 2008 1. Le Sel de la terre .
 
 
 
E 8 SEPTEMBRE 2006, à grand renfort de publicité, fut fondé l’Institut  du Bon-Pasteur (IBP). Déclaré de droit pontifical, relevant donc  directement du Saint-Siège et non des évêques locaux, l’IBP a ainsi reçu le pouvoir d’ouvrir des séminaires, de prendre en charge des paroisses personnelles, c’est-à-dire des lieux de culte regroupant des fidèles désireux de suivre la liturgie traditionnelle, et de profiter de la vie paroissiale qui en découle. Il peut aussi incardiner des prêtres et des diacres, appeler aux ordres mineurs et majeurs des candidats jugés aptes au sacerdoce. Ses statuts vont même jusqu’à spécifier que la liturgie traditionnelle est déclarée « rite propre de l’institut dans tous ses actes liturgiques » et que les membres habilités peuvent « émettre des critiques sérieuses et constructives de Vatican II pour permettre d’en donner une interprétation authentique ». Certes, l’IBP n’a obtenu aucun évêque issu de ses rangs, mais à quoi bon, dit-on, puisque, dans la pratique, conformément au droit canonique, tous les évêques du monde entier peuvent conférer les saints ordres aux membres de l’institut et administrer la confirmation chaque fois que l’IBP en fera la demande.  En présence de tels privilèges concédés, certains prophétisèrent l’inévitable déclin de la Fraternité Saint-Pie X, car toutes les revendications de cette dernière étaient satisfaites dans le nouvel institut, l’octroi d’un évêque excepté. Ces prophètes de malheur annoncèrent que les séminaires de la FSSPX verraient leurs effectifs chuter, que l’apostolat de ses prêtres allait devenir stérile, du fait de l’entêtement de ses supérieurs, et qu’une dérive sectaire et schismatique était quasiment inévitable. Le 1er février 2007, nouveau succès ! L’IBP obtient sa première paroisse personnelle à Bordeaux, un séminaire est ouvert en France, tandis que deux districts voient le jour : l’un en France et l’autre en… Amérique du Sud ! Tous les deux dirigés par des transfuges de la FSSPX. Les vocations affluent, un préséminaire est fondé à São-Paulo au Brésil, tandis qu’une messe d’ordination est célébrée en la basilique Saint-Jean-de-Latran à Rome. En Amérique du Sud, des maisons sont ouvertes à Santiago-du-Chili, à São-Paulo au Brésil et à Bogota en Colombie. Devant de telles réalisations, la méfiance de la FSSPX à l’égard des intentions de Rome paraît sans consistance. Quelques prêtres et séminaristes de la FSSPX se laissent séduire par l’œuvre nouvellement fondée et s’y agrègent. Tout semble aller pour le mieux, jusqu’à… […] août 2007 où l’enthousiasme commence à retomber. A Bogota, le cardinal faisait savoir que l’IBP était persona non grata et qu’il ne pourrait y exercer un apostolat officiel 1. Au mois de mars de l’année 2008, le cardinal de Santiago signifie à monsieur l’abbé Navas, supérieur de district de l’institut en Amérique Latine, que l’IBP a six mois pour faire ses valises et terminer tout apostolat dans la capitale chilienne. Au même moment, l’archevêque de São-Paulo au Brésil informe le prêtre de l’institut qu’il n’a pas besoin des services de l’IBP dans son diocèse. Pour finir, le 5 août dernier, l’IBP quitte le Brésil et termine tout apostolat dans le pays. Aujourd’hui, en Amérique du Sud, l’IBP n’a plus aucun apostolat reconnu par les évêques, tandis qu’au même moment, un prêtre argentin de l’institut demandait à rejoindre la FSSPX… De tels faits, loin de nous réjouir, ne peuvent que nous affliger, car des prêtres et des fidèles sont sortis meurtris de ce fiasco. Cependant, nous ne pouvons pas nous empêcher de penser que tout cela aurait pu être évité. Les craintes de la FSSPX étaient donc fondées ! Pourquoi Rome a-t-elle favorisé l’érection de l’Institut du Bon-Pasteur ? Est-elle convaincue que seul un retour à la Tradition peut guérir le mal qui ronge l’Église de l’intérieur ? Est-elle persuadée de la supériorité de la messe traditionnelle sur celle de Paul VI ? Veut-elle revenir peu à peu à l’usage de l’ancien rituel des sacrements pour le bien des âmes ? La réponse est négative. Depuis des années, Rome essaie d’établir un équilibre politique entre son aile traditionnelle et son aile progressiste et voudrait, avec le temps, en faire la synthèse. Un coup à droite, un coup à gauche ! Voilà pourquoi, hier, Rome a concédé l’érection de l’IBP et qu’elle approuve aujourd’hui les statuts du Chemin néocatéchuménal, société religieuse qui s’éloigne de façon impressionnante dans son enseignement, comme dans sa pratique, de la Tradition catholique. Force est de constater que Rome reste toujours fortement imprégnée d’esprit libéral. De fait, la marche forcée de l’œcuménisme continue. L’IBP, comme toutes les familles religieuses qui ont signé un accord pratique avec Rome, se tait. Personne n’a osé émettre des critiques sur la visite récente du pape à la synagogue ou confronter à la doctrine traditionnelle l’apologie du libéralisme américain que fit le pape Benoît XVI à son retour des États-Unis. Seule la FSSPX rappelle à temps et à contre temps que de tels événements sont en rupture avec la Tradition et l’enseignement des papes. Il nous faut malheureusement constater que la diffusion de la vérité, l’extension du règne du Christ-Roi et le salut des âmes ne sont plus les seuls critères qui guident les décisions romaines. L’érection de l’IBP a été une décision politique visant à favoriser une « légitime sensibilité traditionnelle » dans l’Église, mais sans remise en cause de l’esprit de Vatican II. Les évêques d’Amérique du Sud y ont vu un péril pour les acquis du concile Vatican II, ils ont refusé son implantation et Rome a cédé ! Malgré quelques signes positifs, les autorités romaines ne veulent pas encore d’un retour à la Tradition. L’IBP n’est donc qu’en liberté surveillée ! Cet échec montre aussi qu’aujourd’hui, Rome n’a plus l’autorité suffisante pour faire respecter ses décisions. Nous le constatons chaque jour dans l’application du motu proprio relatif à la messe tridentine. Le « lâchage » de l’IBP n’est que la confirmation de cette impuissance. Animés par de faux principes, Rome et les évêques ne veulent plus exercer leur autorité, sauf pour condamner la FSSPX. Nous l’avons vu récemment à Corrientes, lors de l’inauguration de notre chapelle 2. Mais une relecture des textes du concile Vatican II à la lumière de la Tradition est-elle possible ? L’IBP, qui s’était donné la possibilité, de par ses statuts, de faire « des critiques sérieuses et constructives » sur les textes les plus controversés, est restée bien silencieux sur ce sujet jusqu’à ce jour. Le révérend père Calmel OP répond avec beaucoup de clarté à cette question :
 On sait depuis longtemps que ce sont des textes [conciliaires] de compromis. On sait encore qu’une fraction modernisante voulait imposer une doctrine hérétique. Empêchée d’aboutir, elle est quand même parvenue à faire adopter des textes non formels ; ces textes présentent le double avantage pour le modernisme de ne pouvoir être taxés de propositions carrément hérétiques, mais cependant de pouvoir être tirés dans un sens opposé à la foi. Nous attarderons-nous à les combattre directement ? Un moment, nous y avons pensé. La difficulté, c’est qu’ils ne donnent pas prise à l’argumentation ; ils sont trop mous. Lorsque vous essayez de presser une formule qui vous paraît inquiétante, voici que, dans la même page, vous en trouvez une autre entièrement irréprochable. Lorsque vous cherchez à étayer votre prédication ou votre enseignement sur un texte solide, impossible à tourner, propre à transmettre à votre auditoire le contenu traditionnel de la foi et de la morale, vous vous apercevez bientôt que le texte que vous avez choisi au sujet, par exemple, de la liturgie ou du devoir des sociétés à l’égard de la vraie religion, ce texte est insidieusement affaibli par un second texte qui, en réalité, exténue le premier, alors qu’il avait l’air de le compléter. Les décrets succèdent aux constitutions, et les messages aux déclarations sans donner à l’esprit, sauf exception rarissime, une prise suffisante 1.
 Jean Madiran confirme aussi cette analyse :
 Les textes conciliaires ont été complétés (dans le cas de la Nota prævia) ou même rédigés d’une manière suffisamment traditionnelle pour pouvoir être votés par une quasi-unanimité, et cependant d’une manière suffisamment astucieuse pour permettre, comme la suite l’a montré, des développements ultérieurs qu’à l’époque les pères conciliaires auraient refusés
 Au milieu de cette tempête qui semble se prolonger, se dresse la noble figure du pape Pie XII, décédé il y a tout juste cinquante ans, le 9 octobre 1958. Il fut le dernier pape à proposer avec force une solution totalement catholique à la crise qui, déjà, secouait le monde et commençait à miner l’Église. Il faut relire sa première encyclique. Elle constitue tout un programme qui se fait l’écho de saint Pie X qu’il canonisa :
 Peut-il y avoir un devoir plus grand et plus urgent que « d’annoncer les insondables richesses du Christ » [Ep 3, 8] aux hommes de notre temps ? Et peut-il y avoir une chose plus noble que de déployer « les étendards du ChristRoi » – vexilla Regis – devant ceux qui ont suivi et suivent des emblèmes trompeurs, et de regagner au drapeau victorieux de la croix, ceux qui l’ont abandonné ? […] La reconnaissance des droits royaux du Christ et le retour des individus et de la société à la loi de sa vérité et de son amour sont la seule voie de salut. […] La rééducation de l’humanité, si elle veut avoir quelque effet, doit être avant tout spirituelle et religieuse : elle doit, par conséquent, partir du Christ comme de son fondement indispensable, être réalisée par la justice et couronnée par la charité. […] Quand fut affaiblie la foi en Dieu et en JésusChrist, quand fut obscurcie dans les âmes la lumière des principes moraux, du même coup se trouva sapé le fondement unique, et impossible à remplacer, de cette stabilité, de cette tranquillité, de cet ordre extérieur, privé et public, qui seul peut engendrer et sauvegarder la prospérité des États .
 Nous espérons qu’un jour de telles paroles retentiront à nouveau depuis la chaire de Pierre ! Cela demandera peut-être du temps, mais ce jour viendra car nous croyons en la promesse du Christ de ne pas abandonner son Église et son vicaire. En attendant, il nous faut demander la grâce de la fidélité, tenir, prier, agir, faire pénitence et supplier Notre-Dame de nous accorder cette restauration de la Tradition qui ne pourra venir que de Rome. Comme nous l’a recommandé Mgr Fellay, faisons monter notre supplication vers le ciel lors de notre rosaire quotidien récité à cette intention. L’avenir de l’Église et du monde en dépend ! Dieu vous bénisse !
 
 


Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Résistance catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template