Résistance catholique francophone Index du Forum Résistance catholique francophone
Ce forum est un espace de discussion pour défendre la Foi Catholique à la suite de Mgr Marcel Lefebvre. Il n'est donc ni pour le ralliement à l'église conciliaire ni pour le sédévacantisme.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Rivarol : Existe-t-il encore une droite en France ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Résistance catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 10 Jan 2017
Messages: 177

MessagePosté le: Mer 7 Juin - 21:18 (2017)    Sujet du message: Rivarol : Existe-t-il encore une droite en France ? Répondre en citant

éditorial de Rivarol n°2685, du 1er juin 2017


EXISTE-T-IL ENCORE UNE DROITE EN FRANCE ?



Dans un entretien au Parisien, le 28 mai, François Baroin, chef de file des Républicains pour les législatives, a évoqué un possible « partage de responsabilités » avec Emmanuel Macron en cas de victoire de la “droite” parlementaire aux élections des 11 et 18 juin.

Une hypothèse fort improbable, les différents sondages accordant une majorité absolue en sièges à la République en marche. Toujours est-il que le sénateur-maire de Troyes a cru bon de préciser qu'en cas de victoire de son parti, le terme de “cohabitation” ne serait pas le plus adapté. « Ce serait différent » mais « cela n’aura rien de conflictuel ». « Certains parlent de covoiturage, ajoute le franc-maçon Baroin, mais c’est un terme impropre aux institutions. Il s’agit en tout cas d’un partage de responsabilités ». On a connu opposition plus franche à l'égard de l'exécutif. La vérité, c'est que rien sur l'essentiel ne peut indisposer les Républicains dans les orientations du nouveau chef de l'Etat. « Si nous avons la majorité absolue, c’est notre projet qui sera mis en œuvre » assure Baroin au Parisien. Mais en quoi le projet des Républicains est-il fondamentalement différent de celui de la République en marche ? La seule différence perceptible se situe sur le plan de la technique fiscale : là où le chef de l'Etat entend augmenter la CSG, les Républicains préfèrent relever le taux de TVA. Jamais il n'a été aussi patent qu'aujourd'hui que la droite et la gauche de gouvernement font exactement la même politique, servent les mêmes intérêts, obéissent aux mêmes cénacles, sortent des mêmes écoles, ont un cursus analogue et de semblables objectifs. L'on a fait croire depuis des décennies en l'existence de profondes divergences entre le centre gauche et le centre droit alors qu'il s'agit d'une complète imposture. Aujourd'hui en Macronie les choses ont-elles au moins le mérite d'être claires.

Mais allons plus loin. Existe-t-il encore dans notre pays une droite authentique ? Et sinon est-il possible de la reconstruire ?
L'hebdomadaire Valeurs actuelles consacre un long dossier dans son numéro du 25 mai à ce sujet (« comment sauver la droite », tel est le titre de couverture), exhorte « la droite conservatrice à se réinventer » après la victoire du macronisme et s'interroge sur une droite déstabilisée par le triomphe du nouveau président, « fragilisée par un gouvernement d’ouverture qui séduit jusque dans son camp » et qui n'a donc « jamais eu autant besoin de repenser ce qui la constitue et la distingue de ses adversaires ». C'est qu'en vérité tous les partis aujourd'hui ne font que de l'économisme, y compris ceux que les media qualifient de droite et d'extrême droite. La campagne de François Fillon a ainsi été centrée sur la nécessité de réduire les dépenses et les déficits tandis que celle de Marine Le Pen était principalement axée sur la sortie de l'euro et la lutte contre l'austérité imposée par Bruxelles. Or, la conduite d'un peuple et d'une nation ne saurait se limiter aux seules questions économiques, à des affaires d'intendance, aussi importantes soient-elles.

Le grand anthropologue Georges Dumézil a mis en évidence dans ses travaux érudits la tripartition au sein des sociétés indo-européennes. Ces sociétés traditionnelles distinguaient en effet l'activité en trois fonctions politiques correspondant aux domaines religieux, guerrier et économique. On distinguait dans l'organisation sociale les oratores (ceux qui prient), les bellatores (ceux qui combattent) et les laboratores (ceux qui travaillent). Or, explique Dumézil, dans ces sociétés, les fonctions de direction sont occupées par ceux qui prient et ceux qui combattent. Le troisième ordre, qui correspond aux forces de production, est certes nécessaire mais il est strictement soumis aux deux autres ordres, plus élevés, plus nobles. Tel n'est plus le cas dans nos sociétés modernes où Mammon a tout envahi, où domine sans frein le règne de l'argent et où tous les principes, valeurs et institutions traditionnels sont bafoués, détruits, ébranlés, subvertis, minés de l'intérieur. Aucune formation politique en France (mais cela vaut aussi pour les autres pays occidentaux) ne défend des principes intangibles, des valeurs objectives et transcendantes.

Dans un entretien au Figaro, le 18 avril, soit cinq jours avant le premier tour, Marine Le Pen affirmait que « l’enjeu de cette présidentielle est un enjeu de civilisation ». Mais de quelle civilisation parlait-elle ? Et en quoi la candidate du Front national défend-elle plus que ses concurrents la civilisation, elle qui est pour le droit à l'avortement et son remboursement à 100 %, elle qui défend bec et ongle la laïcité républicaine dans sa version la plus rigoriste, elle qui s'est dite émue par le long hommage rendu au policier Xavier Jugelé par son concubin homosexuel lors de la cérémonie organisée à sa gloire par François Hollande ? Sur la question des valeurs morales et familiales il n'y avait notoirement aucune différence entre les deux finalistes qui ne divergeaient que sur les conséquences légales et quant à l'état civil des GPA (gestations pour autrui) faites à l'étranger ! Sur tout le reste ils sont d'accord : l'avortement et la pornographie de masse, les unions homosexuelles, le divorce par consentement mutuel, l'extension du Pacs, etc. Et l'on pourrait en dire de même de Fillon. On nous a présenté l'ex-député de la Sarthe comme un catholique conservateur attaché aux valeurs familiales et morales alors qu'en réalité Fillon est un tartuffe. Comme parlementaire, à l'occasion des 40 ans de la loi Veil dépénalisant l'avortement, il a voté, le 26 novembre 2014, une résolution pour « réaffirmer le droit fondamental à l’IVG en France et en Europe ». Et le débat de l'entre-deux-tours des primaires entre Fillon et Juppé a montré qu'ils étaient aussi décidés l'un que l'autre à maintenir en tous points le massacre industriel des enfants à naître dans notre pays et tous les droits accordés aux invertis, y compris le droit à l'adoption d'enfants. La seule nuance étant que Fillon était pour un droit à l'adoption simple et Juppé pour un droit à l'adoption plénière ! Quant à Sarkozy, il avait affirmé, dès la campagne présidentielle de 2002, que la droite parlementaire avait eu tort de s'opposer au Pacs, qu'il fallait vivre avec son temps et ne pas être ringard.

La vérité, c'est qu'il n'y a plus de droite en France, et cela déjà depuis de longues décennies. Et cela s'explique par l'effondrement sociologique du catholicisme, la perte générale de la foi, l'apostasie universelle depuis au moins demi-siècle désormais. Même si naguère les gens se réclamant de la droite n'étaient pas tous des catholiques pratiquants et fervents, la droite historiquement a toujours défendu la morale catholique, la loi naturelle, le Décalogue. Elle défendait l'institution du mariage (entre un seul et même homme avec une seule et même femme, cela va sans dire), les familles nombreuses, s'opposait donc résolument à la contraception et à l'avortement. Elle professait, avec le maréchal Pétain, que la nation est « une famille de familles » et qu'il est vain d'assurer la grandeur, la pérennité, la vitalité, la permanence d'un peuple et d'une nation sans familles solides, nombreuses et homogènes, sans l'apprentissage et la consolidation des vertus domestiques, sans une stricte moralité, sans une acceptation joyeuse de l'effort et du dévouement, sans le souci permanent de la transmission et du dépassement de soi, sans le sens de l'honneur et des responsabilités, sans le respect des engagements, de la parole donnée, sans lutte implacable contre les égoïsmes destructeurs et l'individualisme mortifère, sans stabilité des couples, des foyers, des familles, sans élévation de l'âme. Mais comment peut-on continuer à adhérer de tout son cœur, de toute son âme, de toutes ses forces à une morale exigeante, à des principes intangibles dans le cadre d'un athéisme et d'un agnosticisme de masse ? Dostoïevski le disait déjà : « Si Dieu n’existe pas, alors tout est permis. »

Autrefois, même les non-croyants étaient imprégnés, comme malgré eux, par des réflexes et une vision du monde catholiques. Même si l'on n'allait pas à l'église tous les dimanches, il y a des choses qu'on ne faisait pas, qu'on ne se permettait pas. On ne se séparait pas, on était pudique, on s'habillait décemment, on répugnait à la vulgarité et à la grossièreté, on attachait de l'importance à la politesse, on était fidèle à ses engagements, à ses promesses et on se serait senti déshonoré si l'on avait manqué à sa parole. Aujourd'hui même de nombreuses personnes qui se réclament du catholicisme se comportent et vivent dans les faits comme si elles ne l'étaient pas, n'hésitent pas à mentir, à tricher, à tromper leur prochain, à violer sans cesse dans leur vie privée ou professionnelle les principes qu'elles sont censées défendre. Certes l'homme est imparfait et l'on ne fait pas toujours le bien que l'on voudrait faire mais une chose est la faiblesse humaine, une autre est l'absence totale de convictions, de certitudes et de principes directeurs. Et cela ne concerne pas que les laïcs. Lorsque l'on prétend combattre le modernisme, cet égout collecteur de toutes les hérésies, comme le disait saint Pie X, on ne négocie pas avec les usurpateurs modernistes une place au soleil, on ne trahit pas le combat de la foi par soudaine lassitude, intérêt sordide, odieux chantage ou sotte naïveté.

Compte tenu du degré de corruption inouïe, de prévarications tous azimuts de notre époque où toutes les digues, tous les verrous, tous les tabous, même les plus immémoriaux et les plus justifiés, ont sauté, on peut se demander dans quelle mesure il existe encore des chefs que l'on peut suivre et des structures saines auxquelles l'on peut se rattacher. A qui peut-on encore faire confiance ? N'est-on pas sans cesse trahi, trompé, manipulé ? On l'oublie souvent mais un chef ne se décrète pas, il se sécrète. Notre société décomposée, putréfiée, atomisée, est-elle encore en état d'en sécréter, tant d'ailleurs sur un plan politique que religieux, temporel que spirituel ? Ne nous propose-t-on pas aujourd'hui que des solutions qui n'en sont pas, des chefs autoproclamés parfaitement indignes, des hommes faisandés, des marchandises avariées, des dirigeants corrompus, sans principe, sans colonne vertébrale, sans conviction, sans idéal ? Faut-il d'ailleurs que l'extrême droite elle-même (ou ce qui en tient lieu) soit tombée bien bas pour que la plupart de ses militants, de ses publications, de ses mouvements aient placé leurs espérances en une Marine Le Pen parée de toutes les vertus, [censure], quand d'autres (ou parfois les mêmes), aussi aveugles et imbéciles, voient en Mgr Fellay, le [censure] de Menzingen, un nouveau saint Pie X !

Oui, la question reste entière. Comment reconstruire un pays, redonner sens à la vie, développer un projet collectif mobilisateur si l'on ne croit plus en rien, si tout se vend et tout s'achète, si seules les valeurs qu'on défend sont mobilières, si le matérialisme et l'hédonisme sont l'horizon indépassable de la vie sur terre, si l'on est coupé de ses racines, de sa foi, de son terroir, si plus rien n'a de sens, si un homme et une femme c'est pareil, si un homosexuel, un transsexuel ou un hétérosexuel sont parfaitement interchangeables ? Et comment faire de ses enfants de bons et vrais fils de France si soi-même l'on est vide, si l'on change de partenaire comme de chemises, si l'on a divorcé trois ou quatre fois, si l'on vit dans la débauche et le mensonge, si l'on est sans foi ni loi, si l'on se gave de télévision et de vidéos ? Comment faire pour qu'ils ne soient pas un jour dépendants de la drogue ou de la pornographie ? Comment faire pour qu'ils construisent un foyer stable et aimant ? Comment conserver et transmettre un héritage, ce qui est le fondement du nationalisme, si soi-même l'on est vide, si l'on est tout sauf un exemple, sauf une référence ? On n'aime et on n'imite que ceux que l'on estime, que ceux que l'on admire. Et l'enfant qui grandit doit pouvoir trouver chez son père et chez sa mère des modèles à imiter, fussent-ils imparfaits. Or l'expérience prouve qu'il ne suffit pas de se dire de droite ou d'extrême droite, même la plus radicale, même apparemment la plus intransigeante, pour être quelqu'un de moralement estimable et recommandable. Nous avons ainsi connu des gens décorés de la flamme d'honneur du Front national et qui, dans leur vie professionnelle et familiale, se comportaient comme les pires des ordures et n'avaient nul souci du bien commun. Comme quoi l'habit ne fait pas le moine.

De même, l'on s'aperçoit que ceux qui sont souvent les plus en pointe contre l'immigration de masse, qui n'ont aux lèvres que la défense acharnée de la race blanche sont tout à coup beaucoup moins enthousiastes quand il s'agit de se marier et de fonder une famille nombreuse, l'un des remèdes pourtant au Grand Remplacement. Car eux aussi veulent profiter de la vie, pouvoir s'éclater en boîte de nuit, ce qui, il est vrai, est assez peu compatible avec une vie de famille ! De même qu'il est difficile de reprocher aux mahométans d'avoir des convictions religieuses lorsque l'on n'en a soi-même aucune, de même est-il audacieux de reprocher à d'autres peuples et d'autres races d'être prolifiques et d'avoir une grande vitalité lorsque soi-même l'on a fait sciemment le choix de la stérilité. Qu'il faille inverser le courant de l'immigration est certes une impérieuse nécessité (et à cet égard il serait bon de réfléchir à des solutions réalistes et crédibles, ce qui manque cruellement, car ce n'est pas là une mince affaire), mais il est vain de croire que l'on peut redresser une nation sans une profonde remise en question de modes de vie et de pensée parfaitement suicidaires.

Jérôme Bourbon


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 7 Juin - 21:18 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Résistance catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template