Résistance catholique francophone Index du Forum Résistance catholique francophone
Ce forum est un espace de discussion pour défendre la Foi Catholique à la suite de Mgr Marcel Lefebvre. Il n'est donc ni pour le ralliement à l'église conciliaire ni pour le sédévacantisme.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

le cardinal Müller est remplacé

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Résistance catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikaël


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 200
Localisation: Genève

MessagePosté le: Dim 2 Juil - 14:43 (2017)    Sujet du message: le cardinal Müller est remplacé Répondre en citant

L'annonce du départ du cardinal est tombé comme une nouvelle douche froide pour la plupart des "conservateurs" de la ligne Benoît XVI. Le cardinal Müller était en effet un admirateur et un proche de Benoît XVI : il avait même été chargé par ce dernier de publier ses "opera omnia". Müller passait étonnement pour un conservateur malgré ses positions hérétiques sur Notre Dame, sur la présence réelle et sur le baptême. C'est sans doute le fait de sa proximité avec le pape émérite qui lui valut cet éloge absolument immérité. La mutation du préfet de la congrégation pour la Foi s'explique aussi par sa résistance à ne pas vouloir interpréter "Amoris laetitia " dans le sens hyperprogressiste du pape actuel.
Ce sera donc Mgr Ladaria Ferrer, jésuite espagnol de 73 ans . C est un homme du sérail doté d une forte formation juriste

Citation:
Le nouveau préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi bénéficie aussi de la confiance du pape actuel qui l’avait nommé dans la commission visant à simplifier les procédures de reconnaissance de nullités de mariage, et à la tête de la commission d’étude sur le rôle des femmes diacres au début du christianisme.



le journal la "croix" dit aussi de lui que :

Citation:
En 2008, au mensuel italien 30 Giorni – une de ses rares interviews – il confiait être un « conservateur modéré ». « Les positions extrêmes ne me plaisent pas, qu’elles soient progressistes ou traditionalistes, expliquait-il. Je crois qu’il y a une voie moyenne, qui est celle que prend la majorité des professeurs de théologie ici, à Rome, et dans l’Église en général. Cette voie moyenne est, selon moi, la voie à suivre, même si chacun de nous a ses particularités. »



et de souligner aussi sa discrétion (autre mot pour parler de servilisme) . La 'croix' souligne cet aspect important pour le pape actuel d'avoir des exécutants dociles :

Citation:
Il se refusait aussi à s’étendre sur le travail de la CDF. « Je ne peux pas entrer dans les détails, avançait-il. Notre Congrégation agit avec discrétion et parle exclusivement à travers ses actes. » Une attitude de discrétion qui plaira sans nul doute au pape François au moment où les difficultés semblent s’accumuler sur le chemin des réformes.



Conséquences probables pour l'actuelle fsspx :

Le cardinal Müller s'était distingué pour ses prises de positions au sujet de la fsspx : il estimait que celle ci ne pouvait  réintégrer "l'église" dans la mesure où elle reconnaissait les enseignements du concile vatican II - 24 mai 2016- (http://www.ncregister.com/blog/edward-pentin/cardinal-mller-expects-sspx-to-recognize-disputed-council-declarations) .

Cette ligne trop "doctrinale" ne correspond pas au modernisme pragmatique de François. L'éviction du cardinal Müller permettra donc de continuer le processus de rapprochement canonique entre la fsspx et Rome sans trop s'arrêter aux questions de doctrine.

Voilà pourquoi ceux qui se réjouissent du départ du Cardinal Müller - Christian Lassale - le 1er juillet 2017 - ( http://medias-catholique.info/le-cardinal-muller-comme-benoit-xvi-en-2012-m… s'illusionnent (veulent s'illusionner pour croire que la fsspx sera sauvée ?) en pensant que le processus de ralliement va s'arrêter.

Le salut est dans la fuite et non l'illusion cher M Lassale.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 2 Juil - 14:43 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Mikaël


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 200
Localisation: Genève

MessagePosté le: Dim 2 Juil - 16:39 (2017)    Sujet du message: le cardinal Müller est remplacé Répondre en citant

Quelques éléments supplémentaires tirés du journal 30 jours.

Notons au passage qu Il a eu comme professeur Otto Semmelroth (l’Eglise-sacrement) et Grillmeier (Lumen Gentium, Dei Verbum, Gaudium et Spes, Dignitatis Humanae)..



« le périodique Sì sì No no a même écrit que son livre "Antropologia teológica" «est complètement en dehors de la tradition dogmatique catholique. »


http://www.30giorni.it/articoli_id_19081_l4.htm

VATICAN Tiré du n° 08 - 2008

RENCONTRES. Le nouveau secrétaire de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi - Un jésuite à l’ex-Saint-Office

Après deux salésiens, c’est à un fils de saint Ignace que revient la charge de numéro deux de la première Congrégation de la Curie romaine. Interview de l’archevêque Luis Francisco Ladaria Ferrer

Interview de Luis Francisco Ladaria Ferrer par Gianni Cardinale

Après deux salésiens, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi a un jésuite pour secrétaire. Le 9 juillet, en effet, Benoît XVI a nommé comme numéro deux du dicastère qu’il a présidé lui-même de 1981 à 2005, l’espagnol Luis Francisco Ladaria Ferrer, 64 ans, originaire de Manacor, la seconde ville, après Palma, de l’île de Majorque, aux Baléares.
Ladaria prend la place du salésien Angelo Amato, promu préfet de la Congrégation pour les Causes des Saints. Angelo Amato avait lui-même succédé à un autre fils de don Bosco, Tarcisio Bertone, alors archevêque, qui, en sa qualité de cardinal secrétaire d’État a consacré Ladaria évêque dans la basilique Saint-Jean-de-Latran, le 26 juillet dernier.
30Jours a rencontré le nouveau secrétaire dans le Palais du Saint-Office, au retour des vacances qu’il a passées, en grande partie, dans son pays d’origine. Comme nous lui faisons remarquer qu’il est peu bronzé, Mgr Ladaria nous dit en souriant: «Cela vient de ce que j’aime beaucoup la mer, beaucoup moins le soleil…». Avant de commencer l’entretien, Ladaria, parlant de ses origines, nous explique que, bien que sa famille soit implantée aux Baléares depuis des générations, ses ancêtres venaient peut-être de l’ancien Royaume de Naples et plus précisément du golfe de Policastro. Les politesses s’arrêtent là et les questions commencent.

Benoît XVI reçoit en audience Mgr Ladaria Ferrer à Castel Gandolfo, le 10 septembre 2008 [© Osservatore Romano] Benoît XVI reçoit en audience Mgr Ladaria Ferrer à Castel Gandolfo, le 10 septembre 2008 [© Osservatore Romano]



Excellence, comment est née votre vocation et pourquoi avez-vous choisi la Compagnie de Jésus?
LUIS FRANCISCO LADARIA FERRER: Le mot “choisi” n’est peut être pas celui qui convient. Ce n’est pas moi qui ai choisi, mais j’ai vu une route devant moi et je m’y suis engagé. Une route, celle de la vocation, que j’ai commencé à voir quand j’ai fréquenté le Collège des Jésuites à Palma de Majorque, puis pendant mes études de Droit, à Madrid. J’étudiais le Droit mais je me rendais compte que ce n’était pas cela que je désirais. Je voulais devenir prêtre et la Compagnie de Jésus que j’avais connue, me plaisait. Il y avait donc un chemin ouvert devant moi et je l’ai pris presque naturellement.
Votre famille était très religieuse?
LADARIA FERRER: Oui, assez.
Y a-t-il eu une figure de prêtre qui vous a particulièrement frappé?
LADARIA FERRER: Oui, j’ai devant moi les visages des père du Collège que j’ai fréquenté, le très ancien Collège du Mont Sion, fondé en 1561; mais c’est un peu tout le milieu, l’air qui se respirait qui m’a amené à me consacrer entièrement au Seigneur.
Vous avez prononcé vos vœux religieux en 1968. Quels souvenirs avez-vous de cette année si agitée, au moins hors d’Espagne?
LADARIA FERRER: Cette année-là a été agitée en Espagne aussi. Mais moi j’ai prononcé mes vœux tranquillement, sans trop faire attention à cette agitation. J’aimais l’étude et j’étudiais.
N’avez-vous jamais été fasciné par les événements de 68?
LADARIA FERRER: Nous sommes tous peut-être un peu conditionnés par les événements de 68, mais dans mon cas, pas particulièrement.

Quels ont été vos maîtres?
LADARIA FERRER: J’ai plaisir à rappeler certains d’entre eux. À Francfort, en Allemagne, où j’ai étudié la Théologie, j’ai eu comme professeurs le père Grillmeier, devenu ensuite cardinal, qui était un grand spécialiste de Dogmatique; le père Otto Semmelroth et le père Herman Josef Sieben qui était alors au début de sa carrière universitaire et allait devenir par la suite l’un des plus grands spécialistes mondiaux de l’idée de concile. À Rome, j’ai fait ma thèse de doctorat avec le père Antonio Orbe, grand patrologue, et j’ai eu comme professeurs les pères Juan Alfaro et Zoltan Alszeghy.
Vous avez aussi fait des études en Allemagne. N’avez-vous jamais croisé Joseph Ratzinger qui était alors professeur?
LADARIA FERRER: Pas personnellement. Mais je connaissais ses écrits. En particulier l’Introduction au christianisme qui était son œuvre la plus connue, mais aussi son livre sur le peuple de Dieu. Je me rappelle que dans notre faculté circulaient des polycopiés de certains de ses cours.
Et quand avez-vous connu personnellement l’actuel Souverain Pontife?
LADARIA FERRER: En 1992, quand je suis devenu membre de la Commission théologique internationale. Je me rappelle avec plaisir les discussions approfondies que nous avions sur le problème des rapports entre le christianisme et les autres religions. Les interventions du cardinal Ratzinger étaient toujours très précises et profondes et la discussion était toujours de haut niveau. Le travail de cette Commission est très intéressant aussi bien pour les thèmes traités, qui sont toujours très importants, que pour l’air international et catholique qui s’y respire.
Avez-vous eu un rôle dans la rédaction de la Dominus Iesus?
LADARIA FERRER: Non.
La thèse que vous avez soutenue à la Grégorienne porte sur saint Hilaire de Poitiers. Pourquoi ce choix et qu’est-ce qui vous a attiré chez ce saint?
LADARIA FERRER: Le sujet m’a été proposé par le père Orbe qui s’intéressait à ce Père de l’Église. J’ai eu de la chance car la bibliographie sur saint Hilaire n’était pas importante et j’ai ainsi pu consacrer mon temps à lire directement les textes originaux. Saint Hilaire était peu étudié à l’époque, puis, surtout en France, sont apparues beaucoup d’œuvres sur lui et beaucoup de traductions de ses écrits. C’est la preuve que l’ère patristique ne commence pas, dans l’Église latine, avec saint Augustin. Celui-ci connaissait d’ailleurs saint Hilaire et le citait souvent.
Quelle est l’actualité de saint Hilaire?
LADARIA FERRER: Il ne faut pas s’acharner à trouver l’actualité des Pères de l’Église. Nous devons les lire et les savourer pour mieux saisir la fraîcheur du message évangélique, pour mieux nous approcher de Jésus. C’est là une valeur permanente, plus qu’une valeur liée à l’actualité, laquelle est, par nature, changeante, différente d’un minute à l’autre. Les Pères de l’Église sont une source qui jaillit à une époque encore proche de l’époque apostolique. C’est cela qui les rend toujours actuels.
Le père Orbe était spécialiste de saint Irénée et du gnosticisme…
LADARIA FERRER: En effet, c’était l’un des plus grands spécialistes en ces domaines. Il a écrit de nombreux livres sur ces sujets, à vrai dire souvent compliqués, parce que la matière est difficile.

Vous avez été pendant de nombreuses années professeur à la Grégorienne, université dont vous avez été aussi vice-recteur. Qu’avez-vous appris durant toutes ces années?
LADARIA FERRER: Le fait que j’aie été vice-recteur pendant huit ans n’a pas grande importance. Ce qui compte, c’est l’enseignement. La direction des thèses. La Grégorienne m’a appris à vivre dans un milieu international, avec des étudiants venant de plus de cent pays différents, des étudiants de langues, d’ethnies et de cultures différentes, mais unis par l’amour de l’étude et surtout par l’amour du Seigneur et de son Église. Dans une vraie université, les étudiants apprennent quelque chose de leurs professeurs, mais l’inverse est aussi vrai. Et moi j’ai beaucoup appris de mes étudiants.
Quand votre nomination a été rendue publique, John Allen jr du National Catholic Reporter a recueilli des jugements sur vous auprès de vos collègues. Certains ont dit que vous étiez gentil et affable…
LADARIA FERRER: Je dois dire que j’essaie de l’être, mais ce sont les autres qui doivent dire si j’y parviens…
Il y en a d’autres qui ont dit que vous étiez un conservateur modéré et, du point de vue théologique, un centriste. Vous reconnaissez-vous dans ces définitions?
LADARIA FERRER: Je dois dire que les positions extrêmes ne me plaisent pas, qu’elles soient progressistes ou traditionalistes. Je crois qu’il y a une voie moyenne, qui est celle que prend la majorité des professeurs de Théologie ici, à Rome, et dans l’Église en général. Cette voie moyenne est, selon moi, la voie à suivre, même si chacun de nous a ses particularités. Car, grâce à Dieu, nous ne nous répétons pas, nous ne sommes pas des clones.

Dans le monde traditionaliste, votre nomination n’a pas été bien accueillie. En Espagne, le théologien don José María Iraburu a accusé votre œuvre Teología del pecado original y de la gracia de ne pas être conforme à la doctrine de l’Église et le périodique Sì sì No no a même écrit que votre livre Antropologia teológica «est complètement en dehors de la tradition dogmatique catholique». Ces jugements vous préoccupent-ils?
LADARIA FERRER: Chacun est libre de critiquer et de porter les jugements qu’il veut. Si vous me demandez si je suis préoccupé, je suis obligé de vous répondre que je ne le suis pas plus que cela. Par ailleurs, si j’ai été nommé à cette charge, c’est, je pense, que mes œuvres ne méritent pas ce jugement.
Vous avez connu une certaine notoriété quand la Commission théologique a publié son document sur le salut des enfants morts avant le baptême. Les limbes ont-ils été dans ce texte définitivement mis à la porte du magistère?
LADARIA FERRER: La Commission théologique internationale n’a pas le pouvoir de mettre qui ou quoi que ce soit à la porte. Bien qu’elle soit formée de théologiens non pas privés mais nommés par le Pape, ses conclusions n’ont pas valeur magistérielle. Le document en question confirme que la doctrine des limbes qui, pendant des siècles a été majoritaire et dominante dans la réflexion théologique, n’a jamais été définie dogmatiquement et donc n’a jamais fait partie du magistère infaillible. De toutes façons, si quelqu’un veut continuer à parler des limbes, il ne se trouve pas pour autant en dehors de l’Église catholique. Cela dit, la Commission théologique, considérant l’ensemble des données relevées et la volonté salvifique universelle de Dieu ainsi que la médiation universelle du Christ, a écrit qu’il y a des voies plus adaptées pour affronter la question du destin des enfants morts sans avoir reçu le baptême et que l’on ne peut exclure pour eux un espoir de salut. Ces conclusions, à dire vrai, ne sont pas nouvelles, elles sont nées environ à l’époque du Concile, mais elles recueillent les fruits d’un consensus théologique aujourd’hui très vaste.
Quel effet cela vous fait-il d’être le premier jésuite à occuper cette charge?
LADARIA FERRER: Je dois dire que ce n’est pas un problème pour moi. Même s’il est vrai que, semble-t-il, aucun jésuite ne l’a jamais occupée. Je crois que le Saint Père m’a choisi non en tant que jésuite mais parce que, j’imagine, il pensait que j’étais la personne la plus appropriée.

Mgr Ladaria Ferrer [© Osservatore Romano]

Mgr Ladaria Ferrer [© Osservatore Romano]

Comment avez-vous appris votre nomination?
LADARIA FERRER: Cela a été une grande surprise. Je n’aurais jamais pensé avoir ce destin. Et je ne suis pas le seul car mon nom n’avait jamais été avancé dans les journaux… Le soir du 24 juin, on m’a fait savoir que le Saint-Siège pensait à me donner cette charge. De mon côté, j’ai fais connaître mon sentiment sur ce projet et j’ai dit que, de toutes façons, je m’en remettais à la décision du Saint Père.
Avez-vous dû, en tant que jésuite, demander la permission à votre préposé général?
LADARIA FERRER: Oui, nous, jésuites, nous avons fait le vœu de ne recevoir de charges épiscopales que par obéissance. Et le préposé général m’a dit que je devais accepter la volonté du Pape.
Adolfo Nicolás, préposé général depuis janvier, est espagnol comme vous. Le connaissez-vous bien?
LADARIA FERRER: J’avais entendu parler de lui, je le connaissais de nom, mais pas personnellement. Je l’ai rencontré pour le première fois le lendemain de son élection, le 20 janvier. Puis je lui ai rendu visite pour la question de ma nomination.
Il y a un autre jésuite espagnol connu, Antonio Martínez Camino qui, en tant qu’auxiliaire de Madrid, est le premier disciple de saint Ignace à avoir été fait évêque en terre espagnole. Le connaissez-vous?
LADARIA FERRER: Certainement. Il a été mon élève et je le connais donc bien. Et nous sommes de bons amis.
Vous vivez à Rome pratiquement depuis 1979. Que pensez-vous de l’Espagne d’aujourd’hui? Vous y reconnaissez-vous?
LADARIA FERRER: L’Espagne a indubitablement beaucoup changé: dans les domaines politique, religieux, culturel, économique. Mais je dois dire que, quand je reviens dans mon pays pour me reposer, je ne m’occupe pas de grandes questions doctrinales ou politiques. Je retrouve ma famille, mes amis, je retrouve mon milieu, et mon milieu de toujours, je ne le trouve pas très changé.
Récemment, votre supérieur, le cardinal Levada, a élevé, en Espagne où il se trouvait pour une conférence, un cri de douleur face aux mesures annoncées par le gouvernement Zapatero concernant l’extension du droit d’avortement…
LADARIA FERRER: Nous assistons en effet en Espagne à une dérive inquiétante dans le domaine de l’éthique.

En dehors des livres de Théologie, avez-vous des hobby?
LADARIA FERRER: J’aime écouter de la musique. Classique de préférence. Jean Sébastien Bach en particulier, mais sans mépriser les autres.
Des passions dans le domaine du sport?
LADARIA FERRER: Non, je suis un peu les grands événements, mais de loin.
Vous avez été reçu en audience à Castel Gandolfo avec le cardinal Levada, le 10 septembre. Cela a été votre première audience en tant que secrétaire de la Congrégation. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet?
LADARIA FERRER: Cela a été une belle expérience. Le Saint Père, comme toujours, a été très gentil et accueillant.
Quelles sont les questions principales que la Congrégation a à affronter?
LADARIA FERRER: Je peux dire que notre Congrégation s’occupe de promouvoir et de sauvegarder la foi catholique. D’abord promouvoir et puis, si c’est nécessaire, sauvegarder. Mais je ne peux pas entrer dans les détails. Notre Congrégation agit avec discrétion et parle exclusivement à travers ses actes.


Revenir en haut
Mikaël


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 200
Localisation: Genève

MessagePosté le: Mer 5 Juil - 21:49 (2017)    Sujet du message: le cardinal Müller est remplacé Répondre en citant

Il y a peu j avais posté cette information qui se confirme donc : 


Un site italien très intéressant (les anonymes de la Croix) révèle une nouvelle étape dans la révolution bergoglienne (qui n'est que la révolution conciliaire en un peu plus forte) : 

https://anonimidellacroce.wordpress.com/2017/02/12/melassa-bergogliana-se-g…

 
Citation:

Il s'agirait en fait d'arriver à une "nouvelle messe" qui permettrait réellement l'intercommunion entre les catholiques et les protestants. 

Ma source est une source sûre. Et ce que je vous écris est  ce qui se passe réelleement. La «commission privée» est à l'œuvre. Et comme je l'ai dit, l'intention est de cette commission de créer une liturgie, "un saint mémorial" , auquel tous peuvent accéder et «communier». Anglicans, luthériens, pentecôtistes etc ...

 Ma "source" me confirme même que le Muller Cardinal Müller serait prêt à la démission.
Moralité : il y a toujours un montagnard après ( ou à côté d un girondin. 


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:18 (2017)    Sujet du message: le cardinal Müller est remplacé

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Résistance catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template