Fidélité catholique francophone Index du Forum Fidélité catholique francophone
Ce forum est un espace de discussion pour défendre la Foi Catholique à la suite de Mgr Marcel Lefebvre. Il n'est donc ni pour le ralliement à l'église conciliaire ni pour le sédévacantisme.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Mgr Williamson condamne le sédévacantisme

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Fidélité catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Faithful
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Sam 28 Jan - 19:51 (2017)    Sujet du message: Mgr Williamson condamne le sédévacantisme Répondre en citant

 Dans la première partie de son sermon à Cork, en Irlande Mgr Williamson a condamné le sédévacantisme.


https://www.youtube.com/watch?v=1VO2nV4RQyY


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 28 Jan - 19:51 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Viguerie


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 345

MessagePosté le: Sam 28 Jan - 20:44 (2017)    Sujet du message: Mgr Williamson condamne le sédévacantisme Répondre en citant

Deux Kyrie de Mgr ont traités le sujet
Sédévacantisme Encore – I
01 octobre, 2016
Numéro CDLXXXI (481)
 
L’Église ne peut jamais totalement défaillir,
Mais d’une grande partie l’erreur peut en jaillir.
Quelques lecteurs de ces « Commentaires » risquent de se vexer si on revient au thème des Papes récents qui ne seraient pas de vrais Papes, mais la traduction récente en français d’un article à ce sujet qui remonte à 1991 montre qu’il faut constamment démontrer que les arguments en faveur du « sédévacantisme » ne sont pas si forts qu’ils paraissent. Les libéraux n’ont pas besoin d’une telle démonstration, parce que le sédévacantisme ne les tente pas du tout. Par contre, pour une élite d’âmes que la grâce de Dieu fait sortir du libéralisme pour les attirer vers la Tradition, le sédévacantisme peut devenir positivement dangereux. Que nous perdions notre équilibre à droite ou à gauche, le Diable n’en a cure, pourvu seulement que nous tombions.
Car l’erreur du sédévacantisme peut bien être en théorie une erreur ni aussi grave ni aussi profonde que cette pourriture universelle de l’esprit qu’est le libéralisme, mais en pratique avec quelle fréquence n’observe-t-on pas comment le sédévacantisme ferme les esprits comme à clef, en sorte que ce qui a commencé comme une opinion acceptable (quel Catholique peut dire que les paroles et les actes du Pape François sont catholiques ?), a tendance à devenir une certitude dogmatique inacceptable (quel Catholique peut juger avec certitude d’une telle question ?), pour finir par s’imposer comme le dogme le plus important de tous, comme s’il faut juger si quelqu’un est catholique ou non selon qu’il estime ou non qu’on n’a eu aucun vrai Pape depuis, disons, Pie XII.
Comment expliquer cette dynamique interne du sédévacantisme que l’on observe si souvent ? Quelques « Commentaires » antécédents ont suggéré que c’est parce qu’il découpe aussi simplement que si c’était le Nœud Gordien le problème angoissant pour tout croyant des Papes Conciliaires. Par exemple : « Comment ces destructeurs de l’Église peuvent-ils être de vrais Papes ? » Réponse, ils n’ont pas été Papes du tout. « Oh merci, quel soulagement, vous mettez fin à mon agonie ! ». L’esprit se ferme sur cette solution si simple, le sédévacantisme remplace l’Évangile, et il sera prêché à temps et à contre-temps à qui veut écouter (et à qui ne le veut pas). Au pire, il peut s’étendre des Papes aux cardinaux, aux évêques et jusqu’aux prêtres en sorte qu’un Catholique autrefois croyant reste désormais à la maison et n’assiste plus à la Messe. Réussira-t-il à garder la foi ? Et ses enfants ? Voilà le danger.
Donc pour maintenir en équilibre notre Foi et pour éviter les pièges qui nous sont tendus à droite et à gauche, examinons les arguments de BpS dans l’article de 15 pages mentionné ci-dessus. (BpS est un acronyme facile à déchiffrer pour maint lecteur, mais pour identifier l’auteur qu’il suffise ici, parce que nous nous intéressons à ses arguments et pas à la personne.) Dans cet article il réfléchit, et il croit en la Papauté, sinon les Papes Conciliaires ne lui présenteraient aucun problème. Sa logique et sa foi sont ce qu’il y a de mieux chez les sédévacantistes en général, mais ni lui ni eux n’ont une vue suffisante de ce qui est en jeu. Le Bon Dieu ne peut pas lâcher son Église, mais il peut bien lâcher tel ou tel homme d’Église.
Voici en deux mots le grand argument – Majeure : L’Église est indéfectible. Mineure : A Vatican II l’Église s’est livrée au libéralisme, grande défection. Conclusion : l’Église Conciliaire n’est pas la vraie Église, et alors les Papes Conciliaires qui ont mené ou suivi Vatican II ne sont pas, n’ont jamais été, de vrais Papes.
L’argument paraît bon. Mais attention – des mêmes Prémisses exactement on peut tirer une Conclusion libérale ! – L’Église est indéfectible. L’Église est devenue libérale. Donc moi aussi, en Catholique fidèle, je dois me faire libéral. Que le sédévacantisme partage ainsi ses racines avec le libéralisme devrait faire réfléchir tout sédévacantiste. BpS remarque les racines communes des deux, et cette similitude il l’appelle « ironique », mais elle est beaucoup plus que cela. Elle indique que les sédévacantistes et les libéraux font la même erreur, qui doit se trouver dans la Majeure. En effet les uns comme les autres ils méprennent l’indéfectibilité de l’Église comme ils exagèrent l’infaillibilité des Papes. Voir ici la semaine prochaine une analyse plus en détail de l’argument de BpS.

Sédévacantisme Encore – II
08 octobre, 2016
Numéro CDLXXXII (482)
 
Le « Siège vacant » devrait sauver l’Église ?
Hélas, comme remède il fait pire – il l’enlise.
Pour toute âme catholique qui se rend compte de la gravité de la crise actuelle de l’Église et en est catastrophée, la simplicité du sédévacantisme qui renvoie carrément comme invalides l’Église et les Papes de Vatican II peut devenir une tentation sérieuse. Pire, la logique apparente des arguments des ecclésiavacantistes, comme des sédévacantistes, peut faire de cette tentation un piège mental, lequel tout au pire peut faire qu’un Catholique perd complètement la foi. Voilà pourquoi ce « Commentaire » revient plus en détail à l’argument au centre de la variété d’arguments exposés dans l’article de BpS de 1991, et dont on a fait mention ici la semaine dernière. Voici de nouveau cet argument :—
Majeure : l’Église catholique est absolument indéfectible (Dieu lui-même a promis qu’elle durera jusqu’à la fin du monde – Mt. XXVIII, 20). Mineure : Or, l’Église Conciliaire ou l’Église du Novus Ordo qui s’est livrée au néo-modernisme et au libéralisme, représente une défection absolue. Conclusion : l’Église du Novus Ordo n’est absolument pas catholique et ses Papes ne sont absolument pas de vrais Papes. Autrement dit, l’Église catholique est absolument blanche tandis que la Néo-Église est absolument noire, donc les deux Églises sont absolument différentes. Aux esprits qui conçoivent tout en noir et en blanc, sans rien entre les deux, cet argument plaît beaucoup. Mais pour les esprits qui reconnaissent que dans la vie réelle les choses sont souvent grises, c’est-à-dire se mêlent de blanc et de noir sans que le blanc ne cesse d’être blanc ni le noir ne cesse d’être noir, cet argument est trop absolu pour correspondre à la réalité. Aussi la Majeure exagère-t-elle l’indéfectibilité de l’Église tandis que la Mineure exagère la défection du Novus Ordo. La théorie peut être absolue, mais la réalité ne l’est que rarement. Voyons cette indéfectibilité et cette défection comme elles sont dans la réalité.
Quant à la Majeure, les sédévacantistes exagèrent souvent l’ indéfectibilité de l’Église, tout comme ils exagèrent l’infaillibilité des Papes, parce qu’ils ont besoin de ces exagérations pour justifier l’horreur émotionnelle que leur inspire ce qu’est devenue l’Église catholique depuis le Concile. Mais en réalité tout comme cette infaillibilité n’exclut pas de grandes erreurs commises par quelques Papes dans l’histoire de l’Église, et ne s’applique qu’aux cas où le Pape, Ordinairement, dit ce qu’a toujours dit l’Église, ou, Extraordinairement, engage toutes les quatre conditions de la Définition de 1870 ; de même l’indéfectibilité de l’Église n’exclut absolument pas de grandes défections à tel ou tel moment de l’histoire de l’Église, comme par exemple les triomphes de l’Islam ou du Protestantisme, ou de l’Antéchrist (Lc. XVIII, 8). L’indéfectibilité n’exclut que la défection ou faillite totale de l’Église (Mt. XXVIII, 20). Donc l’indéfectibilité est loin d’être aussi absolue que BpS le prétend.
Quant à la Mineure, il est vrai que la défection du Conciliarisme est bien plus grave que celle de l’Islam ou du Protestantisme pour autant que ceux-ci n’ont point frappé à la tête ni au cœur de Rome comme celui-là. Néanmoins même un demi-siècle de Conciliarisme (1965–2016) n’a pas fait encore totalement faillir ou défaillir l’Église. Par exemple de 1970 à 1991 Mgr. Lefebvre – et il n’était pas seul – a maintenu la Foi, et de 1991 à 2012 ses successeurs ont fait plus ou moins de même, et la « Résistance » éprouvée tient encore à sa ligne de conduite pour défendre la Foi. Et juste avant la totale destruction humaine de l’Église dans un avenir proche, incontestablement Dieu interviendra pour sauver son indéfectibilité, comme à la fin du monde (Mt. XXIV, 21–22). Donc la défection Conciliaire non plus n’est aussi absolue que BpS le prétend.
Et alors il faut refondre son syllogisme – Majeure : l’indéfectibilité de l’Église n’exclut pas d’énormes défections, mais seulement une défection totale. Mineure : la défection Conciliaire de l’Église a été énorme, mais pas encore totale (même si les Catholiques conscients doivent totalement la fuir de peur de se laisser contaminer). Conclusion : l’indéfectibilité de l’Église n’exclut pas Vatican II. Bref, l’Église de Dieu lui-même est plus grande que toute la méchanceté du Diable ou des hommes, même Vatican II, et la défection Conciliaire a beau être d’une gravité sans précédent dans toute l’histoire de l’Église, elle ne peut entamer ni son indéfectibilité ni l’infaillibilité des Papes, lesquelles viennent de Dieu et pas des hommes. Tout comme les libéraux, les sédévacantistes pensent en des termes humains, trop humains.
Kyrie eleison.


Revenir en haut
Mikaël


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 235
Localisation: Genève

MessagePosté le: Sam 28 Jan - 20:52 (2017)    Sujet du message: Mgr Williamson condamne le sédévacantisme Répondre en citant

Je m étonne beaucoup d ailleurs que Mgr Fellay ne condamne quasiment jamais le sédévacantisme comme le fait intelligemment mgr Williamson ou alors d une façon simpliste. Soit manque de théologie ( c est probable) soit faiblesse ( encore plus probable). 
De toute façon avec ce prélat, on n est absolument plus dans la Foi ou la réflexion mais dans la diplomatie et la passion. 

 


Revenir en haut
paulus


Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2017
Messages: 4
Localisation: France

MessagePosté le: Lun 30 Jan - 10:42 (2017)    Sujet du message: Mgr Williamson condamne le sédévacantisme Répondre en citant

Les Tabous, condamnations, mises à l'index ne mènent nulle part. Si la "Résistance" s'enferme dans cette voie de garage, elle terminera comme la FSSPX.


Le Sédévacantisme n'est pas défini, c'est un fourre-tout et un attrape-nigauds. 


Il serait beaucoup plus sage de condamner le modernisme et le libéralisme ainsi qu'en premier la secte qui est en place au Vatican.


Le libéralisme est présent aussi bien chez les "sédévacantistes" que chez les "résistants". Si on arrête de chercher des poux chez les autres, on pourrait faire beaucoup de bien chez nous.


D'aucuns, pour se justifier auprès de la néo-fsspx s'empressent de crier qu'ils ne sont pas "sédévacantistes". Il faut arrêter d'avoir peur des insultes et d'assumer ce que nous sommes. La diabolisation est l'ultime recours de l'ennemi, plaçons nous au-dessus de ce débat stérile et inopportun. 


Dénonçons la Franc-Maçonnerie, la Secte conciliaire, l'occupation. Libre à chacun de penser qu'un tel ou tel autre est pape ou anti-pape.


D'ailleurs, qui sait encore ce qui fait la validité des Sacrements ? S'il y a encore des personnes qui croient qu'un drap blanc suffit pour jouer au chef, on ne va pas les retourner par un débat.


L'anniversaire de Luther à Rome est déjà oublié par la Résistance, les prêtres et les fidèles sont repartis dans la croisade contre le.... sédévacantisme !


Ne pouvons nous pas travailler sur des sujets plus constructifs et plus positifs ?


Ne pouvons nous pas revoir les méthodes d'éducation et travailler pour l'instruction catholique de demain ?


Revenir en haut
Mikaël


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 235
Localisation: Genève

MessagePosté le: Lun 30 Jan - 10:59 (2017)    Sujet du message: Mgr Williamson condamne le sédévacantisme Répondre en citant

Mgr Williamson parle aussi d art (Bethoven), de politique ( Trump), d éducation , de finance .. et accessoirement du sédévacantisme. 
Un évêque complet quoi .. 


Revenir en haut
paulus


Hors ligne

Inscrit le: 23 Jan 2017
Messages: 4
Localisation: France

MessagePosté le: Lun 30 Jan - 11:29 (2017)    Sujet du message: Mgr Williamson condamne le sédévacantisme Répondre en citant

accessoirement c'est bien. ce n'est donc pas une idée fixe. 


Mgr ne doit pas dormir beaucoup, il est très positif et s'interresse à tout ce qui peut faire avancer l'apostolat catholique.


Revenir en haut
axel thienpont


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2017
Messages: 205
Localisation: France

MessagePosté le: Lun 30 Jan - 19:01 (2017)    Sujet du message: Mgr Williamson condamne le sédévacantisme Répondre en citant

Un immense merci pour ces clarifications republiées par Viguerie.


Je les avais lues, mais très certainement trop rapidement.


Reste que la Secte occupant Rome a le pape pour elle, et de façon "réfléchie, argumentée par les papes eux-mêmes"!
Mgr Williamson cite le libéralisme plus souvent que le modernisme qu'il semble ranger en "second". Normal dans le genèse: pas de modernisme sans libéralisme dans la pensée...


Mais aucun évêque successeur de Mgr Lefebvre ne reprend suffisamment à son compte le mot et la chose: ROME!


Or c'est bien ROME que Mgr Lefebvre distingue dans sa déclaration de 1974.


Que Mgr Williamson nous confirme contre les deux erreurs, sédévacance (le pape ne l'est pas) et ecclésiovacance (l'Eglise indéfectible subsiste dans et malgré l'église conciliaire qui est "réfectible"), ne m'éclaire guère sur la Rome à refuser, et celle à accepter!


J'attends toujours une réponse d'évêque catholique sur l'Eglise indéfectible malgré une Rome anti-catholique, sachant que par Rome, on est bien obligé de voir non le pape seul, ni l'Eglise seule, mais un "gouvernement ayant juridiction ordinaire" sur l'Eglise de NSJC...


Je reste persuadé que la solution autant théologique que philosophique et dogmatique est bien là, mettant définitivement sur la touche les sédévacantistes et les libéraux (et donc les modernos par voie de conséquence...).


Revenir en haut
Faithful
Invité

Hors ligne




MessagePosté le: Lun 30 Jan - 21:13 (2017)    Sujet du message: Mgr Williamson condamne le sédévacantisme Répondre en citant

Cela est un grand grâce pour les traditionnels catholiques d'avoir Mgr Williamson,  évêque courageux dans la défence de la Vérité (condamnant le sédévacantisme et le ralliement sans crainte)  et prêt à souffrir le martyr pour sa Foi.


Les paroles qu'il a prononcé lors d'un conférence en 2016 au Connecticut montre sa fermeté.
Mgr Williamson rappelait que même si un jour, les Catholiques étaient menacés d'horribles tortures, ils doivent être prêt à tout souffrir, à verser leur sang pour défendre la Foi. Mgr Williamson ajoutait avec un admirable simplicité : "Le jour où cela sera nécessaire, le bon Dieu donnera à vous et moi la grâce pour avoir la force de souffrir le martyr." 


Combien d'évêque aujourd'hui ont la force de dire cela ?
 
Rappellons nous aussi les paroles de Monseigneur dans un de ces "Eleison Comments" :
"Catholics must do whatever they have to do, go wherever they have to go, in order not to give away the rights of God or compromise his honour. If that means martyrdom, so be it !" ( Undignified dignity, by H. E. Bishop Williamson, Eleison Comments)


Monseigneur nous a toujours donné un exemple de fermeté. Il est touchant de voire que monseigneur serait prêt même à son âge à être martyrisé pour la Vraie Foi. Comment ne pas être frapper par  le "grandeur d'âme " - comme on dit en français - de cet évêque. Il suffit de voire avec quel piété il célèbre la Sainte Messe pour le réaliser...


God save our dear Bishop Williamson. " Fidelis inveniatur".

Veuillez pardonner les fautes de français.


Revenir en haut
axel thienpont


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2017
Messages: 205
Localisation: France

MessagePosté le: Mar 31 Jan - 07:28 (2017)    Sujet du message: Mgr Williamson condamne le sédévacantisme Répondre en citant

Oui, comme Mgr Lefebvre, Mgr Williamson a le pragmatisme de la doctrine.


Mgr Tissier a la doctrine, mais ramollie par son manque total de pragmatisme: thomisme légèrement déconnecté du réel, ce qui n'est pas très thomiste... 


Mais les sédévacantistes ont à mes yeux plus de "circonstances atténuantes" que les libéraux.


Sans tomber dans le désordre dénoncé par St Augustin: "à force de tout excuser on finit par tout justifier", aucun des deux n'est justifiable, mais les sédévacs sont excusables.


Ils posent les bonnes questions, là où les libéraux se gardent bien de les poser!


 Ex: "Où est l'Eglise?" demande Sbn (Mgr Sanborn en 1991).


Mgr Williamson répond-il à la question?


Non, il répond "comment" la logique de Sbn est un sophisme, mais pas à la question première.


Or Mgr Lefebvre a répondu non de façon synthétique, mais analytique, en plusieurs "temps":
-"Ils ont quitté l'Eglise!", donc l'Eglise n'est plus là où se situe "materialiter" le pape.  Mais l'Eglise a toujours formaliter unpape, reconnu publiquement par tous, urbi et orbi, même si des doutes sont permis soit sur la validité de son élection, soit sur sa "légitimité" de pasteur suprême,


-"Ce qui nous oppose n'est pas la messe, mais le dogme!"


Donc l'Eglise est là où il y a d'abord le DOGME!


L'Eglise n'est ni "Rome", ni "le pape", c'est le Christ, le Verbe, le Dogme, la Vérité, le tout crucifiés, voire "recrucifiés" par Rome elle-même..., une "Rome" passée du côté de Caïphe, Ponce Pilate, et Hérode, devenus "amis" face au Golgotha...


On aimerait quand même que le pragmatisme de Mgr Williamson soit moins "subjectif", et plus dogmatique: lespéchés de la Rome actuelle ne sont pas des péchés qui ne sortent pas la catholique de l'Eglise, mais si nul ne peut excommunier un pape, les papes conciliaires sont tous au moins favens heresim versus le DOGME sur la définition de l'Eglise elle-même!!!


Revenir en haut
axel thienpont


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2017
Messages: 205
Localisation: France

MessagePosté le: Mar 31 Jan - 07:55 (2017)    Sujet du message: Mgr Williamson condamne le sédévacantisme Répondre en citant

Les péchés de la Rome actuelle s'appellent "materialiter" apostasie, schisme, hérésie.


Le dogme dit que ce sont les trois péchés qui mettent "hors de l'Eglise".


Les papes conciliaires sont donc materialiter hors de l'Eglise, qui a toujours "formaliter" un pape, mais qui est "materialiter" hors d'Elle... 


Par contre, la Rome conciliaire est une personne morale "formaliter" hors de l'Eglise.
C'est une institution pontificale, oeuvre de papes, romaine hélas, une "anti-papauté" qui gouverne l'Eglise...


Le Nullam partem s'adresse à cette Rome, pas à la personne formelle du pape, si celui-ci oeuvre selon l'Eglise, NSJC, et non selon le Concile couronné à la place du Christ.


Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 245

MessagePosté le: Mar 31 Jan - 07:57 (2017)    Sujet du message: Mgr Williamson condamne le sédévacantisme Répondre en citant

à Axel Thienpont : la différence entre la "Rome de toujours" et la "Rome conciliaire" est le motif de l'autorité. En gros,
la "Rome de toujours" : prendre les décisions propres à maintenir l'unité de la Foi, quel que soit le contexte ;
la "Rome conciliaire" : intégrer la Foi des gens dans leur contexte (par exemple).


Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 245

MessagePosté le: Mar 31 Jan - 08:20 (2017)    Sujet du message: Mgr Williamson condamne le sédévacantisme Répondre en citant

Quoi qu'il en soit ce fil de discussion est mauvais. Un forum comme le nôtre est fragile, aborder ce sujet sans motif est source de division, 'Faithful' a ramené cette question de manière gratuite sans qu'il n'y ait de question par derrière. Je réfléchis à un autre fil de discussion pour reprendre les questions posées par Axel Thienpont. 

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:52 (2017)    Sujet du message: Mgr Williamson condamne le sédévacantisme

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Fidélité catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template