Résistance catholique francophone Index du Forum Résistance catholique francophone
Ce forum est un espace de discussion pour défendre la Foi Catholique à la suite de Mgr Marcel Lefebvre. Il n'est donc ni pour le ralliement à l'église conciliaire ni pour le sédévacantisme.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Carence dogmatique sur le testament de Mgr Lefebvre

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Résistance catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
axel thienpont


Hors ligne

Inscrit le: 21 Jan 2017
Messages: 205
Localisation: France

MessagePosté le: Jeu 7 Sep - 03:01 (2017)    Sujet du message: Carence dogmatique sur le testament de Mgr Lefebvre Répondre en citant

Tout d'abord merci à ceux qui sur ce site pensent à juste titre que Mr Thienpont ne se contrôle plus...
C'est pourquoi on lui coupe la communication jugée "excessive", ou "intempestive", alors que Mgr de Castro Mayer vante tous les mérites de la polémique dans l'Eglise du Christ, pour autant qu'elle n'offense pas les personnes. 


Dont acte: je demande a priori pardon aux personnes offensées, en leur demandant leur plus grande charité versus un "caro infirma", qui va chercher souvent "in vino veritas" (merci Noé),  là où beaucoup la cherchent dans une science dont ils manquent d'intelligence... (toute référence au Père Calmel et à l'abbé Gleize étant pures coïncidences...)


Ayant fini de parcourir le document de Morgon, ce site me permettra-t-il une remarque religieusement "incorrecte"?


Tout est dans la conclusion de Morgon:

"Pas de reconnaissance canonique tant que le pape ne sera pas revenu à la Tradition".

Mais est-ce suffisant et "objectif", ainsi que conforme à tout l'héritage dogmatique de Mgr Lefebvre?

Nulle part n'est exposé le seul argument de Mgr Lefebvre susceptible d'un refus de principe dogmatique d'une reconnaissance canonique!

Certes Morgon (ou plutôt le Père de Fleurance) tente de distinguer principe et prudence. 

Mais les principes qu'il prétend sont ceux d'une simple prudence, et non dogmatiques!
En effet, le principe selon lequel on "risque" de mettre la Tradition en danger n'est qu'un principe de prudence, élevé certes par son objet (la foi catholique), mais n'est pas un principe "dogmatique", pour autant.

Le principe dogmatique que nous a légué Mgr Lefebvre est le suivant:

CE CODE 1983 est PIRE QUE LE NOVUS ORDO

Le refus de reconnaissance "canonique" découle donc de ce seul principe: il s'agira d'une reconnaissance de "conciliarité", et non de "catholicité".

Que Morgon décrive fort bien toutes les tentatives de Mgr Lefebvre d'obtenir des papes eux-mêmes (comme vicaires du Christ) une "reconnaissance catholique" est une chose incontestablement excellente.


Mais tous les Acta Sedis de la Rome néo-protestante et néo-moderniste l'ont aussi poussé à successivement:
- prouver dans ces acta sedis que cette Rome est un appareil de juridiction absolument destructeur du Corps mystique, 
- que cette "Rome" n'a rien à voir comme personne morale (abbé Coache canoniste) avec la papauté de toujours,
- que, si les papes sont toujours en charge (munus docendi, sanctificandi, governandi) de l'Eglise Corps mystique du Christ, ils ne "continuent pas" leurs prédécesseurs et sont - au moins - schismatiques materialiter de leurs prédécesseurs,
- que c'est leur "soumission" de Souverain pontifes à une autorité humaniste, celle du Concile, qui les réduit à n'être que vicaires de ce Concile "canonisé" 1983,
- mais aussi que cette Rome est la tête d'une contre-façon de l'Eglise,
- que cette "contre-façon" a un Codex canonicus absolument étranger à l'Eglise.


Morgon rappelle à juste titre le mot de St Pie X: "Leur système paraît hétéroclite, mais c'est un système cohérent!"
Morgon cite bien le Père Calmel, sauf sa prophétie la plus importante: "l'appareil des modernistes est le pandemonium de l'antéchrist", que l'on trouve précisément dans "Les mystères du Royaume de la Grâce".


Je tiens donc à insister sur les carences dogmatiques y compris dans la "résistance":
- l'église dite conciliaire est encore autre chose que l'Eglise malade,
- l'Eglise malade est la société de ceux qui, pécheurs (Mystici corporis) professent - plutôt mal que bien - la foi de toujours,
- sa cause formelle est l'obéissance de la foi aux vérités révélées, et non aux erreurs conciliaires. Ici la soumission aux papes conciliaires est "passive", résignée, tout comme celle du Christ aux autorités de Caîphe, Hérode, et Pilate, dont l'Ecriture dit qu'ils devinrent "amis"! 
- mais tout catholique, fut-il "conciliaire" de corps, ne peut l'être d'âme: l'âme conciliaire est entièrement étrangère à la vérité du Christ. Le rallié s'incorpore à ce qu'il croit être l'Eglise, mais en fait (materialiter), à une contre-façon de l'Eglise. 
- beaucoup de fidèles "conciliaires" sont baptisés au moins de désir, mais leur baptême "conciliaire" est douteux: C'est bien l'Eglise qui supplée au défaut de validité sacramentelle éventuelle de "l'église conciliaire". Tel est le dogme de l'Eglise sur tous les baptisés de désir.

L'abbé de Cacqueray a-t-il reconnu son erreur dogmatique concernant Allam, le musulman baptisé par Benoit XVI? L'abbé a écrit publiquement que Allam a quitté l'Eglise. C'est bien une erreur dogmatique: Allam a quitté l'église conciliaire, because son manque "d'islamophobie officielle"! Qu'en pense Dieu et le Christ, et non pas "Rome"? Allam "baptisé" est "islamophobe", et donc "quitte une église qui ne l'est pas, alors qu'il le pensait au moment de son "baptême!". Si l'on n'est pas en pleine déréliction à Rome même, que manque-t-il?
Ce n'est plus une question de foi, mais de delirium, de maladie mentale.


L'église conciliaire ne doit donc pas s'entendre comme l'Eglise malade, mais bien comme une "contre-façon canonique" de l'Eglise:
- non seulement sa cause finale n'est pas celle de l'Eglise (théorie Mgr Tissier, mais sans les trois autres causes aristotéliciennes),
- mais aussi selon Mgr Lefebvre vrai thomiste réaliste:
- sa cause efficiente: première le Concile, seconde  des papes "conciliaires", id est vicaires du Concile Vatican 2,
- sa cause formelle: obéissance (aussi aveugle que possible) aux papes qui réduisent leurs trois "munus" à un vicariat du Concile, et ceci jusqu'à une "juridiction canonique" antéchristique,
- enfin une cause matérielle, des baptisés materialiter schismatiques de la Rome de toujours (= papauté de St Pierre à Pie XII), professant autant d'hérésies que l'égout collecteur des moderniste peut hélas en produire, apostats enfin car dressant face à Dieu un autre "dieu" que lui..., (l'Homme, avec un grand H aussi virtuel qu'imaginaire, présent dès Gaudium et spes, avant même Dignitatis Humanae)...


Materialiter signifie "substantiellement". Formaliter signifie "en apparence". C'est pourquoi Mgr Lefebvre s'oppose à Mgr Guérard des Lauriers. Un non-pape formaliter signifie un pape déposé formaliter. Pour cela une autorité humaine de droit divin est nécessaire. Tant qu'une autorité humaine de droit divin orbi et urbi n'a pas décrété François non pape, François est le chef (exécrable peut-être!) du Corps mystique de NSJC. Par contre, autant Mgr Lefebvre le reconnait comme "juridiction subjective" (= paternité naturelle) de l'Eglise, autant Mgr Lefebvre ne reconnait pas sa "juridiction objective", id est son "verbe" qui n'est pas la "voix du Christ", mais la "voix d'un Concile apostat, schismatique, hérétique", in solidum.


In solidum ici rappelle le "In solidum" du peuple juif: le jour des Rameaux, le peuple "in solidum" chantait Hosannah cum palmis, et répandait des tapis rouges sur la voie du Maître du Ciel et de la terre. 
Ce même "in solidum" fut subverti par ses chefs naturels, pour crier "in solidum" : "Crucifige eum". 
Comme quoi une même "matière", le peuple, peut former par "obéissance" deux substances formelles: un corps d'élus, un corps de damnés.




Conclusion? C'est toujours l'âme de la société qui, expression de sa tête, cause efficiente, est la "forme" du corps social.
A âme catholique, corps catholique. A âme non catholique, tout corps est corps social de perdition... 
Le choix de tout homme? A quelle paternité je me soumets ou je me démets... 
Ecclesia supplet, mais nécessairement par des paternités de suppléance si les paternités "ordinaires" sont.. adultères et fornicatrices des fausses religions. L'église conciliaire est une église recomposée par son père de famille naturelle, et son "code" est celui du mariage religieux pour tous! Amoris laetitia, alleluia pentecôtiste et charismatique, y a pas photo!


Je concède que le problème est moins celui de la foi, que de son support naturel, la droite raison!
J'ose espérer que Mgr Williamson me comprendra: les papes conciliaires n'ont pas forcément perdu la "foi"...
Mais une chose est certaine: ils ont perdu la raison, support naturel de la foi, et ce dès Gaudium et spes, utopie d'Erasme. 
Or il ne peut y avoir d'oxymore entre la foi et la droite raison: ce n'est pas là rationalisme, mais toutes les paraboles de l'Evangile s'adressent d'abord à la droite raison, pour justifier le publicain pécheur, mais "baptisé de désir" et justifié,  contre le pharisien dont la "juridiction" n'a cure de la vérité même naturelle du Christ...

La Rome conciliaire? Un nouveau Sanhédrin, avec en "prime" la divagation même naturelle... Les juifs sont inexcusables dit St Paul. Que dirait-il des catholiques naturalistes et libéraux? NSJC a dit si vous ne croyez pas en moi, croyez au moins en mes oeuvres. Mais les modernistes n'ont cure des oeuvres elles-mêmes. Quelle perversité "inimaginable" de l'intelligence, et donc quel châtiment de la volonté de cet orgueil de l'esprit? NSJC pardonne tout de l'infirmité de la chair. Caro infirma, et "là où je vais, tu ne peux aller", dit-il au premier pape.  


Lorsque l'abbé Gleize, cité par le Sel de la Terre, écrit: "Ce code 1983 est opposé au bien commun de l'Eglise", il tombe à côté du sujet dogmatique, et avec lui Avrillé hélas! Qui est autorisé à définir le bien commun de l'Eglise sinon le pape? Ce code n'est pas eulement opposé au bien commun de l'Eglise, mais étranger à l'Eglise!


Il faut affirmer:
- ce code ne peut être celui de l'Eglise, mais celui d'une contre-façon de l'Eglise, si selon Sainte Jeanne d'Arc, l'Eglise c'est le Christ. Ce code est celui d'un Concile, comme d'un évêque arien ou "Cauchon", fut-il évêque de "Rome". Mais de quelle Rome? Evêque Cauchon d'une Rome soumise au nouvel "anglais", le Novus Ordo ab chaos, issu comme pour "l'église anglicane", d'une volonté de domination césariste sur le Corps mystique du Christ,
- ce Codex, "traduction" et donc tradition (vivante?) d'un code maçonnique, et ce dès Caïn n'en déplaise à ceux qui démarrent la Contre-Eglise à 1717, est tout entier étranger à l'Eglise du Christ, et donc intrus dans le Corps mystique pour le détruire de l'intérieur, tel un cancer, un sida, mais aussi un Alzheimer, empêchant jusqu'à la conscience même des actes posés, et inhibant toute mémoire (mémoricide) du Verbe incarné et de Sa Tradition apostolique dans les intelligences...


- ce code 1983, fruit de l'imagination d'un pape venu de l'Est, du mouvement Pax polonais, et donc d'une "erreur" répandue par la Russie non de Poutine mais de Lénine, ne donne "droit" qu'à des "vérités" fabriquées, des "Pravda", dont d'ailleurs l'idée d'un  " Messie" à venir, mais qui ne serait pas encore "venu", ou s'il est "venu", ne serait pas encore "parfait" comme Dieu, même si pour "certains" il serait un "homme" au-dessus de la "moyenne", capable bientôt de "prodiges", et bien sûr d'une race élue... 

Publication donc de Morgon?
Il ne suffit pas d'appeler principe un principe de prudence.
Encore faut-il rappeler le dogme sur l'Eglise.
L'église conciliaire est celle de Lumen gentium, canonisée en 1986.
L'abbé Gleize ne le nie pas, mais considère que cette "église de Lumen gentium" est en continuité de l'Eglise, avec pour seule "rupture" celle d'une cause finale, théorie imposée par Mgr Fellay à ceux qui le suivent "dogmatiquement", y compris hélas les Tissier et de Galaretta, au moins dans la "praxis" et dans la "prudence".


Fausse prudence qui fait du pape le chef "infaillible" de l'Eglise et de son "droit canonique".
Or les papes n'ont aucun droit à changer la constitution de l'Eglise du Christ, pour la réduire à l'église d'un Concile...
Pour Mgr Lefebvre, "toutes leurs sanctions sont nulles", invalides dans les droits de dieu sur Son Eglise.
Le Codex canonicus 1983 est nul, materiaiter invalide dans l'Eglise du Christ.
Il n'est qu'une traduction des droits de l'homme sans Dieu dans le droit de l'Eglise.
Tant que les papes s'incrivent dans ce "droit"-là, ils sont hors juridiction ordinaire de l'Eglise, seulement dans une "juridiction ordinaire invalide" dans l'Eglise, seulement valide dans une contre-façon de l'Eglise...


D'où la conclusion dogmatique:
toute reconnaissance canonique de la Rome actuelle n'a aucune validité catholique, pas plus que la "juridiction ordinaire" conciliaire n'a aucune validité ordinaire catholique.
La juridiction ordinaire conciliaire acceptée par les prêtres de la FSSPX ne leur apporte qu'une fiction de juridiction ordinaire de l'Eglise: ils ont la juridiction de suppléance universelle, car c'est l'Eglise elle-même qui n'a de juridiction que pour suppléer au salut des âmes. 
La juridiction de suppléance inclut la juridiction ordinaire, et n'y supplée que lorsque l'ordinaire défaille "extra-ordinairement", comme du temps de St Athanase ou de la Rome conciliaire...


La défaillance de l'ordinaire peut être territoriale partielle: pays communistes, églises nationalistes (Chine).
A ce jour elle est temporaire mais universelle: c'est la défaillance de la "mère" des églises diocésaines, le diocèse de Rome, siège du gouvernement universel de l'Eglise, sous éclipse du Christ par une assemblée "constituante" à la mode 1789 française...


Cette Révolution qui voudrait se faire passer pour une "sainte réforme" n'est qu'un leurre permis par NSJC pour éprouver notre fidélité à la Vérité crucifiée, et que nous devons "élever de terre" pour être la lumière du monde.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 7 Sep - 03:01 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Dies Irae


Hors ligne

Inscrit le: 05 Mai 2017
Messages: 16

MessagePosté le: Jeu 7 Sep - 04:18 (2017)    Sujet du message: Carence dogmatique sur le testament de Mgr Lefebvre Répondre en citant

Merci monsieur Thienpont,


Ne vous méprenez pas, je trouve vos analyses particulièrement pertinentes et éclairantes. Leur ton est bien polémique, ce qui les rend bien plus vives. Pour ce qui concerne la polémique entre les fidèles je me réfère toujours aux échanges épistolaires entre saint Augustin et saint Jérôme : vigoureuse, vive enlevée mais toujours emprunte de la plus exquise charité!


Merci encore
_________________
J'ai fait toute chose nouvelle - Ap 21, 5


Revenir en haut
Mikaël


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 218
Localisation: Genève

MessagePosté le: Jeu 7 Sep - 07:11 (2017)    Sujet du message: Carence dogmatique sur le testament de Mgr Lefebvre Répondre en citant

"Pas de reconnaissance canonique tant que le pape ne sera pas revenu à la Tradition".

Les capucins ne font que reprendre très justement ce que Mgr Lefebvre exigeait des 4 évêques : "Vous remettrez votre épiscopat entre les mains d'un pape PARFAITEMENT catholique" .

La juridiction qui découlera alors de ce pape PARFAITEMENT catholique sera alors PARFAITEMENT catholique. Le code de 1983 n'aura plus de raison d'être. Tout reviendra au code de 1917.

La charité consiste aussi à ne pas prêter des intentions mauvaises ou fausses à ceux qui ont le mérite de dire la vérité !

Ce n'est pas sorcier à comprendre... même avec la charité d'un St Jérôme !


Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 225

MessagePosté le: Ven 8 Sep - 21:03 (2017)    Sujet du message: Carence dogmatique sur le testament de Mgr Lefebvre Répondre en citant

Cette critique sonne faux. Rien ne laisse penser que les capucins glisseraient en faveur du nouveau code de droit canon, ou qu'ils feraient semblant d'ignorer qu'il reproduit essentiellement des principes conciliaires, et encore moins qu'ils penseraient que le code de 1917 est caduc.

Dans l'un des fils de discussion qui ont été coupés par l'administrateur, vous avez écrit que le Concile Vatican II est la cause efficiente de l'Eglise Conciliaire. Ce jugement est pour le moins approximatif. Je vais essayer d'y répondre :
- la cause efficiente se compose des acteurs de la prétendue réforme de l'Eglise, Paul VI y a largement participé ainsi qu'un bon nombre de réformateurs, on dira plutôt que le concile ne fut qu'une cause instrumentale entre leurs mains, qui a servi à faire entrer les gens dans le nouveau moule ;
- pour la cause formelle, le concile y contribue aussi à cause de l'exposé des idées ;
- le nouveau code participe aussi de la cause instrumentale et de la cause formelle, pour les mêmes raisons que le concile.

Le débat qui nous agite depuis quelques années ne porte pas sur les grandes phrases (avec le "pantemonium de l'Antéchrist") mais plus modestement sur le mode d'existence de ladite Eglise Conciliaire. Mgr Fellay peut être très mystique lui aussi, et voir venir l'avènement de la grande Apostasie, tout en se prenant les pieds dans les tapis du Vatican pour des choses assez simples.

Autre remarque : la cause finale suffit largement à définir une société. On n'avait justement pas l'impression que l'abbé Gleize reconnaissait une société avec une cause finale bien cernée lorsqu'il s'agissait de l'Eglise conciliaire. Le fait que Mgr Tissier de Mallerais reste dans la FSSPX ne provient pas d'une défaillance doctrinale, c'est plutôt l'inverse qui pourrait se produire. Son attachement à la FSSPX est très grand, ce n'est pas juste sentimental, il pense qu'il faut vivre en société de prêtres, mais il y a à craindre qu'il ne molisse ensuite sur la doctrine (on a déjà signalé quelques signes avant-coureurs).


Bref votre long commentaire n'est nullement éclairant sur les possibles failles des capucins.

Par contre peut-être a-t-il réveillé en vous un débat qui se déroulait en dehors des problèmes liés au pape François ? je sens dans vos commentaires tout au long du forum que vous cherchez à asseoir l'existence de l'Eglise conciliaire un peu plus fortement que ne semblent l'exiger notre devoir - pourquoi pas.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 01:45 (2017)    Sujet du message: Carence dogmatique sur le testament de Mgr Lefebvre

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Résistance catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template