Fidélité catholique francophone Index du Forum Fidélité catholique francophone
Ce forum est un espace de discussion pour défendre la Foi Catholique à la suite de Mgr Marcel Lefebvre. Il n'est donc ni pour le ralliement à l'église conciliaire ni pour le sédévacantisme.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

M. l'abbé Christian Bouchacourt

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fidélité catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
St Jean Marie Vianney


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2017
Messages: 69

MessagePosté le: Mer 8 Nov - 14:54 (2017)    Sujet du message: M. l'abbé Christian Bouchacourt Répondre en citant

Mieux vaut tard que jamais.
Quand M. l'abbé Pivert écrivait dans "Nos rapports avec Rome" que l'objet de toute l'action sacerdotale et épiscopale de Mgr Lefebvre c'était : le Règne de Notre Seigneur, le Christ Roi, le BHL( J. R. du Cray) de la fraternité soutenu par Menzingen dans la recension du livre de l'abbé Pivert passait au second plan" l'élément central de la “spiritualité” de la Fraternité Saint-Pie X"



http://laportelatine.org/publications/editos/2017/17_11_royaute_du_christ_n…

 
Editorial - La royauté du Christ au coeur de
notre combat, par M. l'abbé Christian Bouchacourt


Au cours de la présentation de la Fraternité Saint-Pie X, dans le numéro précédent, était noté le point suivant : « Un autre élément central de la “spiritualité” de la Fraternité Saint-Pie X est signalé par les Statuts en deux phrases discrètes :
“Ils auront pour le Règne de Notre Seigneur Jésus-Christ une dévotion sans limite, à la mesure de l’infinité de son Règne : sur les personnes, les familles, les sociétés. S’ils doivent manifester une option politique, ce sera toujours dans le sens de ce Règne social de Notre Seigneur Jésus-Christ” ».
Il m’a paru utile de faire développer ce point à peine évoqué, pour deux raisons principales. La première est l’incroyable méconnaissance actuelle de la doctrine du règne du Christ, du Christ Roi, alors pourtant que le pape Pie XI, en particulier, a longuement et méthodiquement exposé cette doctrine, qui se situe au cœur de la foi catholique. Une sorte de chape de plomb s’est comme abattue sur cette partie si importance de la doctrine catholique, la transformant en un « trou noir » de la vie chrétienne. C’est pourquoi ce numéro est un peu plus long que d’habitude, afin de se donner le temps d’expliciter, même si c’est encore trop brièvement, cet élément du dogme catholique.
La deuxième raison est que Mgr Marcel Lefebvre, le Fondateur de notre Fraternité Saint-Pie X, fut comme « hanté » par la mise à l’écart de cette doctrine, où il voyait avec raison une sorte de synthèse de la vie chrétienne et de l’apostolat. Il avait lui-même bu cette doctrine à la source, à Rome même, sous les yeux du pape Pie XI, juste au moment de la parution (en 1925) de l’encyclique Quas primas et de l’institution de la fête du Christ Roi.
Rappelons, en effet, que le jeune Marcel Lefebvre fut élève du Séminaire français de Rome de 1923 à 1929, avec seulement l’interruption du service militaire (avril 1926-novembre 1927). Quelques citations, par ci par là, de Mgr Lefebvre ne pourront, hélas !, que donner une faible idée de son attachement au règne de Notre Seigneur Jésus-Christ.
A la suite de l’Église, à la suite en particulier du pape Pie XI, à la suite aussi de son Fondateur, la Fraternité Saint-Pie X est attachée « de tout son cœur, de toute son âme » à la royauté du Christ, à la doctrine du Christ Roi.
Pour exprimer cet attachement inconditionnel, nous pouvons reprendre, par exemple, les paroles que Mgr Lefebvre prononçait pour la fête du Christ Roi en 1988 :
« Cette fête du Christ Roi est au cœur de notre combat (…) Il nous a semblé indispensable, pour défendre notre foi, de mettre en pratique le règne de Notre Seigneur Jésus-Christ. N’est-ce pas l’objet même de notre foi, de faire régner Notre Seigneur Jésus-Christ sur nous ? »
Abbé Christian BOUCHACOURT, Supérieur du District de France de la de la FSSPX


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 8 Nov - 14:54 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 347

MessagePosté le: Jeu 9 Nov - 18:03 (2017)    Sujet du message: M. l'abbé Christian Bouchacourt Répondre en citant

Conformément à la ligne de la néo-FSSPX, cet éditorial :
- rappelle un enseignement traditionnel qui est oublié par Vatican II ;
- et ne dénonce pas que Vatican II détruit cet enseignement.


Revenir en haut
Raphaël


Hors ligne

Inscrit le: 16 Sep 2017
Messages: 48

MessagePosté le: Jeu 16 Nov - 21:57 (2017)    Sujet du message: M. l'abbé Christian Bouchacourt Répondre en citant

Oui Gillou, il y a sur ce sujet des limites à ne pas franchir dans la néo-FSSPX. Sean Johnson les a bien décrites :
http://resistance.vraiforum.com/t440-La-Royaute-du-Christ-variable-d-ajuste…

Permis :
- examen historique des motifs pour lesquels Pie XI a institué une fête du Christ-Roi ; 
- rappel classique de la royauté du Christ sur tous les hommes et sur la société ;
- vague référence à certains membres mal-pensants du clergé, et/ou à une « crise » dans l'Eglise et dans le monde.

Interdit :
- établir un lien entre cette « crise » et Vatican II.
- Sean Johnson procède dans son article à un inventaire assez complet de ce qu'il est finalement interdit de dire. Conclusion : ce qu'il est permis de dire devient inefficace. On ne peut plus parler de combat.

L'édito de l'abbé Bouchacourt se situe entièrement dans les limites du permis.


Revenir en haut
Viguerie


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 470

MessagePosté le: Jeu 7 Déc - 20:23 (2017)    Sujet du message: abbé Christian Bouchacourt Répondre en citant

Malgré son large sourire l'abbé Bouchacourt n'a pas convaincu un lecteur du Forum catholique (commentaire à suivre)


C'est le rôle de nos prieurés de rebâtir des chrétientés miniatures , par M. l'abbé Christian Bouchacourt



Lors du discours inaugural de Monsieur Macron devant le Congrès réuni à Versailles le 3 juillet dernier, le président de la République prononça les paroles suivantes : (…) « Je crois à cet esprit des Lumières qui fait que notre objectif à la fin est bien l’autonomie de l’homme libre, conscient et critique ».

Ces paroles inspirées des officines maçonniques manifestent clairement les principes qui animent nos dirigeants et qui se trouvent être en opposition radicale avec la foi catholique qui nous anime, que nous voulons défendre et transmettre.

Le pape Pie XII avait mis en garde contre cette dérive mortifère :

« Il est une autre erreur non moins dangereuse pour le bien-être des nations et la prospérité de la grande société humaine (…), c’est l’erreur contenue dans les conceptions qui n’hésitent pas à délier l’autorité civile de toute espèce de dépendance à l’égard de l’Etre suprême, cause première et maître absolu, soit de l’homme soit de la société, et de tout lien avec la loi transcendante qui dérive de Dieu comme de sa première source. De telles conceptions accordent à l’autorité civile une faculté illimitée d’action, abandonnée aux ondes changeantes du libre arbitre ou aux seuls postulats d’exigences historiques contingentes et d’intérêts s’y rapportant.

L’autorité de Dieu et l’emprise de sa loi étant ainsi reniés, le pouvoir civil par une conséquence inéluctable, tend à s’attribuer cette autorité absolue qui n’appartient qu’au Créateur et Maître suprême et à se substituer au Tout-Puissant, en élevant l’État ou la collectivité à la dignité de la fin ultime de la vie, d’arbitre souverain de l’ordre moral et juridique, et en interdisant de ce fait tout appel aux principes de la raison naturelle et de la conscience chrétienne(1).

Ces lignes n’ont rien perdu de leur actualité. L’état s’affranchit de Dieu, et se fait dieu : Il décide de la vie et de la mort de chacun. Il tue l’enfant à naître avec l’avortement et décide de la mort de l’adulte en légalisant l’euthanasie. Il décide lui-même de la moralité des choses. Il veut s’affranchir de la loi naturelle et remplacer le Créateur en voulant imposer ces lois abjectes de la gestation pour autrui (GPA) et de la procréation médicalement assistée (PMA) qui mettent l’enfant au même niveau qu’un animal de compagnie que l’on voudrait reproduire ou acheter selon ses caprices. Qu’importe que l’enfant n’ait pas de père ou de mère. « Un enfant quand je veux et comme je veux » ? Seule l’économie prime et motive les grandes décisions des grands de ce monde.

[...]

Lire l'intégralité de cet éditorial sur LPL




Commentaire

comme dans la plupart des communiqués de la CEF.

Et s'il y a plus de citations des papes, le fond du message n'est pas spirituel :

"travailler à réconcilier avec leur Seigneur les âmes éloignées de lui ou ignorantes, et qu’ils s'efforcent de sauvegarder ses droits"

"rebâtir la civilisation chrétienne"

Rien sur la Connaissance intime et l'Amour de Dieu. Rien sur le Christ, la Vierge Marie et les Saints.

Je ne vois pas comment avec ça on peut espérer "rebâtir la civilisation chrétienne".

Et c'est bien triste, comme si l'unique Nécessaire était perdu de vue.



 


Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 347

MessagePosté le: Jeu 7 Déc - 20:43 (2017)    Sujet du message: M. l'abbé Christian Bouchacourt Répondre en citant

Si je peux me permette, le lien que Viguerie n'a pas su mettre Wink
https://www.leforumcatholique.org/message.php?num=839995


Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 347

MessagePosté le: Ven 8 Déc - 07:54 (2017)    Sujet du message: M. l'abbé Christian Bouchacourt Répondre en citant

Contredire Macron c'est bien, contredire François c'est mieux.
Voici ce que ce dernier a déclaré devant 260 élus français, voici 1 an :

« Mesdames et Messieurs,
Conduits par le Cardinal Philippe Barbarin et les Evêques de la Province de Lyon, vous accomplissez une démarche dans le prolongement du Jubilé de la Miséricorde. A cette occasion, je suis heureux de vous saluer cordialement et de pouvoir m’adresser brièvement à vous.
Dans un contexte international marqué par des frustrations et des peurs, intensifiées par les attentats et la violence aveugle qui ont si profondément meurtri votre pays, il est d’autant plus important de rechercher et de développer le sens du bien commun et de l’intérêt général. Aussi, je voudrais, avec les évêques de France, souligner la nécessité « dans un monde qui change, [de] retrouver le sens du politique ». Les évêques viennent de rédiger ce document et je me souviens de celui d’il y a vingt ans, « Réhabiliter la politique », qui a fait tant de bien. Et à présent celui-ci, qui, lui aussi, sera très utile. Indéniablement, la société française est riche de potentialités, de diversités qui sont appelées à devenir des chances, à la condition que les valeurs républicaines de liberté, égalité, fraternité ne soient pas seulement brandies de manière incantatoire, mais soient approfondies et comprises en référence à leur vrai fondement, qui est transcendant. C’est tout l’enjeu d’un véritable débat sur des valeurs et des orientations reconnues communes à tous. A ce débat, les chrétiens sont appelés à participer avec les croyants de toutes les religions et tous les hommes de bonne volonté, y compris non croyants, en vue de favoriser l’avènement d’un monde meilleur.
Dans ce sens, que la recherche du bien commun qui vous anime vous conduise à écouter plus particulièrement toutes les personnes en situation de précarité, sans oublier les migrants qui ont fui leurs pays à cause de la guerre, de la misère, de la violence. Ainsi, dans l’exercice de vos responsabilités, vous pourrez contribuer à l’édification d’une société plus juste et plus humaine, d’une société accueillante et fraternelle.
En confiant votre démarche au Christ, source de notre espérance et de notre engagement au service du bien commun, j’appelle sur vous, sur vos familles, sur votre pays, ainsi que sur les évêques qui vous accompagnent la bénédiction du Seigneur. »
https://www.la-croix.com/Religion/Pape/Le-discours-pape-260-elus-Rhone-Alpe…


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:02 (2018)    Sujet du message: M. l'abbé Christian Bouchacourt

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fidélité catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template