Fidélité catholique francophone Index du Forum Fidélité catholique francophone
Ce forum est un espace de discussion pour défendre la Foi Catholique à la suite de Mgr Marcel Lefebvre. Il n'est donc ni pour le ralliement à l'église conciliaire ni pour le sédévacantisme.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Persévérance et intelligence des temps

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fidélité catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Dies Irae


Hors ligne

Inscrit le: 05 Mai 2017
Messages: 40

MessagePosté le: Ven 8 Déc - 21:53 (2017)    Sujet du message: Persévérance et intelligence des temps Répondre en citant

Lettre de la très révérende mère Thérèse de Bavoz
A une religieuse après un compte-rendu de retraite.
30 septembre 1813.
« Souvenez-vous toujours, ma chère fille, quand vous serez affligée par des tentations de défiance, fussiez-vous même tout abattue sous le poids de vos peines, que si en cet état vous avez recours à Jésus, et que vous demeuriez en lui dans une ferme confiance en sa bonté, vous blesserez son cœur comme l'épouse des Cantiques, de telle sorte que si, par impossible, il ne pouvait vous secourir, il en serait affligé au point que les délices du ciel ne seraient pas capables de l'en consoler. Lui-même révéla à sainte Gertrude cette disposition de son cœur à l'égard de toute âme qui se confie pleinement en lui. Souvenez-vous d'autre part que la défiance lui fait injure; c'est un outrage à sa bonté, qui ne refuse jamais secours à la prière humble et fervente. Choisissez: de quel côté voulez-vous blesser votre Sauveur et votre Époux? N'oubliez jamais ce principe, que l'âme fidèle et soumise à la volonté de Dieu trouve tout son contentement dans l'accomplissement de cette adorable volonté, et s'y plaît plus qu'en toutes choses. Soit que le Seigneur lui accorde ce qu'elle désire, soit qu'il le lui refuse, cette âme est toujours satisfaite; parce qu'elle fait consister tout son bonheur dans sa dépendance. C'est avec toute raison qu'elle agit ainsi; car l'amour que Dieu lui porte est infiniment plus grand que celui qu'elle peut avoir pour elle-même. Cette vérité consolante fut révélée aussi à sainte Gertrude.
Cette sainte, suppliant un jour Notre-Seigneur de n'avoir point égard à sa propre volonté, mais au seul bon plaisir de Dieu, il lui dit: « Parce que vous avez renoncé à votre volonté propre pour l'amour de moi, je vous donne mon Cœur divin, et toute la douceur de ses influences. » Ce bon Sauveur vous fera les mêmes grâces, ma chère fille, toutes les fois que vous vous renoncerez pour son amour, et surtout dans les choses qui vous paraissent d'une plus grande perfection, parce qu'elles vous donnent l'occasion de sacrifier vos lumières. »
 
La très révérende mère Thérèse de Bavoz est entrée dans un monastère bénédictin de Lyon en 1786 et fit sa profession solennelle fin 1787, c’est elle qui a refondé la branche féminine de l’ordre bénédictin en France. En octobre 1792 les moniales ont 24 heures pour vider le monastère et pour quitter l’état religieux, la mère abbesse en meurt de chagrin avant l’expiration de l’ultimatum, les moniales sont laissées sans direction et chacune s’arrange comme elle peut. La très révérende mère Thérèse de Bavoz refuse de se réfugier dans sa famille, en Savoie, et rejoignant une tante bénédictine d’un autre monastère et une religieuse de son propre monastère elles s’installent dans un faubourg de Lyon comme ouvrières. Sa tante meurt rapidement des privations qu’elles endurent. Voici ce qu’elle écrit dans les constitutions de l’ordre nouvellement refondé :
« S'il arrivait que, par la force des événements, les Religieuses fussent obligées de sortir du monastère, elles se retireraient toutes ensemble dans un même lieu, où, autant qu'elles le pourraient, elles se mettraient en clôture, et aucune ne demeurerait chez ses parents, à moins qu'une extrême nécessité ne l'y contraignît, et que la révérende mère abbesse, de l'agrément du seigneur prélat, ne le jugeât à propos. Mais que toutes se gardent bien d'agir par un effet de l'inclination naturelle, et de solliciter elles-mêmes cette permission: rien n'étant plus capable de conserver une religieuse dans l'esprit de sa profession, même dans le monde, si elle était obligée d'y aller, que d'y être par obéissance et sans l'avoir recherché. Si elles avaient de quoi vivre, ne fût-ce même que par leur travail, elles n'auraient aucune raison de se séparer, et devraient se réjouir de pouvoir pratiquer la pauvreté qu'elles ont vouée, et de se trouver plus conformes à leur divin Maître, qui a bien voulu s'assujettir à gagner sa vie du travail de ses mains. Dans ce cas, elles mettraient plus que jamais leur confiance en Dieu, qui n'abandonne point ceux qui espèrent en lui, et ne les éprouve que pour les sanctifier. »
Cet article explique pourquoi elle-même ne s’est pas retirée dans sa famille.
Un an après l’expulsion du monastère le siège de Lyon prend fin. Les têtes des religieuses dispersées commencent à tomber. « Courage, disait la révérende mère à ses sœurs avec un épanouissement de joie céleste, courage, notre tour viendra. Oh! quel bonheur de donner sa vie pour Jésus-Christ! Nous serons vraiment martyres! »
Elle a effectivement été condamnée à mort le 27 juillet 1794, exécution prévue dans les trois jours, mais le 27 juillet 1794 c’était le 9 thermidor, le jour de l’arrestation de Robespierre. Elle est libérée.
 
Je fais le parallèle entre sa situation et la nôtre, nous souhaitons une vie chrétienne héroïque conforme à notre compréhension de la sainteté. Nous imaginons des solutions ou des moyens de nous sanctifier. Si cela nous est nécessaire pour ne pas désespérer, soit, mais soyons sur nos gardes, ne nous berçons pas d’illusions, ce qui nous sauvera c’est de faire la volonté de la Providence, c’est en substance ce qu’enseigne la très révérende mère Thérèse de Bavoz à cette religieuse.
_________________
J'ai fait toute chose nouvelle - Ap 21, 5


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 8 Déc - 21:53 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Viguerie


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 483

MessagePosté le: Sam 9 Déc - 19:50 (2017)    Sujet du message: Persévérance et intelligence des temps Répondre en citant Répondre en citant

Dies Irae a écrit:
Citation
Je fais le parallèle entre sa situation et la nôtre, nous souhaitons une vie chrétienne héroïque conforme à notre compréhension de la sainteté. Nous imaginons des solutions ou des moyens de nous sanctifier. Si cela nous est nécessaire pour ne pas désespérer, soit, mais soyons sur nos gardes, ne nous berçons pas d’illusions, ce qui nous sauvera c’est de faire la volonté de la Providence, c’est en substance ce qu’enseigne la très révérende mère Thérèse de Bavoz à cette religieuse.

Mgr Lefebvre écrivait le 15 août 1968:
Désormais le temps n'est plus aux compromissions, aux dialogues de sourds... Il faut choisir... A nous d'encourager toutes les initiatives saines et conformes à  la vraie tradition de l'Eglise. Il faudra de nouvelles sociétés religieuses, de nouveaux séminaires, qui naissent et se développent selon les normes séculaires de la sainteté...Déjà se dessine cette purification, sans doute douloureuse, mais nécessaire dans l'Eglise, dans les sociétés religieuses. Certains se divisent, d'autres se diviseront. celles-là auront des vocations qui demeureront fidèles aux enseignements de l'Eglise, à ses saintes traditions, les autres se dissoudront et disparaîtront.

Lettres pastorales "Nos raisons d'être optimistes" p. 324-325

Programme pour notre époque et pas sortit de nos imaginations mais  suivi à la lettre par la "Fidélité Catholique"


Revenir en haut
Dies Irae


Hors ligne

Inscrit le: 05 Mai 2017
Messages: 40

MessagePosté le: Sam 9 Déc - 20:07 (2017)    Sujet du message: Persévérance et intelligence des temps Répondre en citant

Viguerie,

Mon commentaire ne cherchait pas à décourager les efforts destinés à permettre la diffusion de la foi, de la liturgie ou des bonne mœurs, mais bien à rappeler qu'accomplir notre devoir (en cela comme en tout) est nécessaire mais pas suffisant. Si nous cherchons la sainteté, ce que je crois de chacun des membres du forum, ou de la plupart, il faut aussi sacrifier "ses lumières" c'est à dire l'idée que l'on a de ce qui nous permettra d'aller au ciel. Autrement dit ce dont je parle ne s'applique qu'à notre for interne.


Si j'ai pu, par ce fil, induire quelqu'un à penser que prier Dieu de nous donner la force de construire la chrétienté là où nous sommes, méditer les moyens à mettre en œuvre et agir n'était qu'illusion, que l'on me pardonne car ce n'est pas ce que j'ai écrit, et ce n'est certainement pas l'exemple donné par la très révérende mère Thérèse de Bavoz.
_________________
J'ai fait toute chose nouvelle - Ap 21, 5


Revenir en haut
Joseph


Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2017
Messages: 102

MessagePosté le: Mar 12 Déc - 21:32 (2017)    Sujet du message: Persévérance et intelligence des temps Répondre en citant

Dies : l'histoire est belle et édifiante mais je ne vois pas trop où se trouve l'analogie avec la situation actuelle. Parce qu'au temps de la révolution française, les congrégations étaient restées saines et édifiantes ( pauvres et persécutées) alors qu'aujourd'hui un autre esprit souffle en elles (y compris chez les tradis).

Revenir en haut
Dies Irae


Hors ligne

Inscrit le: 05 Mai 2017
Messages: 40

MessagePosté le: Mer 13 Déc - 17:36 (2017)    Sujet du message: Interrogations Répondre en citant

Je vous prie de m'excuser d'être aussi incompréhensible. L'objet de mon post initial n'est relatif qu'au for interne, et seulement des personnes du forum qui recherchent la sainteté (c'est à dire, me semble-t-il, toutes).


Les circonstances de la situation post-révolutionnaire qui donnent le "ton" des recommandations de la très révérende mère Thérèse de Bavoz n'ont pas pour objet d'être autre chose qu'un contexte. Elle conseille de se dépouiller de ses propres "lumières" au sujet de la sanctification, et de s'en remettre à la Providence à ce sujet comme en tous. Le contexte ne fait que souligner la profondeur de l'expérience de la très révérende mère Thérèse de Bavoz dans ce domaine. Le parallèle porte sur l'aspect exceptionnel de ces circonstances : intenses incertitudes sans l'aide du clergé pour aider à y voir plus clair dans la volonté du Père (en l'occurrence la défaillance du clergé n'avait pas la même cause, comme vous le soulignez, mais elle était, sur ce point il y a similitude).


Donc :
  • nous sommes dépourvus du soutien "habituel" du clergé, tel était le cas de la très révérende mère Thérèse de Bavoz,
  • nous cherchons la sainteté, tel était le cas de la très révérende mère Thérèse de Bavoz
  • nous devons cependant nous dépouiller de nos "lumières" personnelles, tel était le cas de la très révérende mère Thérèse de Bavoz, et telle est sa recommandation même en "temps normal"



Merci à "St Jean Marie Vianney" pour son post sur les recommandations du RP Démaris, qui remet en perspective le même contexte sous une forme plus détaillée.
_________________
J'ai fait toute chose nouvelle - Ap 21, 5


Revenir en haut
Viguerie


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 483

MessagePosté le: Mer 13 Déc - 19:37 (2017)    Sujet du message: Les armes de lumière Répondre en citant

Si nous devons nous dépouiller de nos lumières personnelles, rien nous défend dans la crise actuelle de suivre les conseils du Père Calmel qui au plus fort du combat pour la défense de la vérité, voyait bien le danger de se tromper de stratégie et de tomber dans les pièges que lui tendait l'ennemi. Il expliquait à une de ses filles spirituelles:

Citation:

"La Tradition: la garder, mais ne pas se contenter de la garder, s'en nourrir. Elle a fait les Saints. Etre assez près de Dieu pour que même s'il faut combattre, lutter, de défendre, se séparer, ce soit avec un coeur uni à Dieu-sans durcissement.- C'est un danger, c'est notre danger de nous durcir, de nous dresser, en face d'organismes qui laïcisent la religion, qui détruisent la foi, qui laissent se corrompre les moeurs. Il faut combattre, mais avec des armes de lumière. Il faut beaucoup prier pour que Notre-Dame empêche nos coeurs de se durcir."
(Entretien de mai 1973 cité dans le Père Roger-Thomas Calmel du père Jean-Dominique)


Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 366

MessagePosté le: Mer 13 Déc - 23:28 (2017)    Sujet du message: Persévérance et intelligence des temps Répondre en citant

Dans la célèbre histoire des Carmélites de Compiègne, entre le moment où elles ont été expulsées et le moment de leur arrestation, soit presque 2 ans, c'était tout-à-fait ça : à la fois un certain maintien de discipline (pour rester contemplatives), d'abandon à la Providence, de soutien entre soeurs, une certaine prudence pour ne pas s'exposer en groupe aux révolutionnaires, etc.

Revenir en haut
Joseph


Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2017
Messages: 102

MessagePosté le: Jeu 14 Déc - 09:09 (2017)    Sujet du message: Persévérance et intelligence des temps Répondre en citant

La fidélité catholique a pour cela des atouts majeurs : non seulement il y a une tête morale (les évêques) qui unifie spirituellement (pas plus) ceux qui veulent rester fidèles mais il y a désormais des groupes répartis un peu partout en France et dans le monde qui pratiquent cette charité mutuelle (entraide matérielle, spirituelle etc..). Les "multinationales" spirituelles ne peuvent désormais plus répondre aux nécessités locales des âmes : il faut revenir à la famille ou à un groupe qui ne soit pas trop éloigné. L'abbé Bouchacourt prétend que ce sont les prieurés qui remplissent ce rôle mais plus personne n'est dupe de ce discours "commercial" : les prieurés ne sont plus que des succursales d'une grande multinationale spirituelle avec des prêtres qui vivent dans la terreur d'être muté et de dire un mot qui pourrait déplaire à ses messieurs de suisse (ou mesdames mal habillées).

Tout cela pour dire que la chrétienté se reconfigure et même si le Saint Esprit utilisera toujours les mêmes méthodes pour nous sanctifier (prière, sacrements, commandements etc..) les lieux et les personnes (et les institutions) ne seront plus les mêmes. C'est ce que les catholiques avaient compris dans les années 70 et c'est ce qu'ils comprennent aujourd’hui encore.

Abbé Bouchacourd et les prieurés : http://laportelatine.org/publications/editos/2017/17_12_prieures_pour_rebatir_des_chretientes_miniatures_bouchacourt.php


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:07 (2018)    Sujet du message: Persévérance et intelligence des temps

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fidélité catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template