Fidélité catholique francophone Index du Forum Fidélité catholique francophone
Ce forum est un espace de discussion pour défendre la Foi Catholique à la suite de Mgr Marcel Lefebvre. Il n'est donc ni pour le ralliement à l'église conciliaire ni pour le sédévacantisme.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

état social de la FSSPX

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fidélité catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Joseph


Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2017
Messages: 41

MessagePosté le: Mer 20 Déc - 09:46 (2017)    Sujet du message: état social de la FSSPX Répondre en citant

Etat social de la FSSPX :

Une bonne fidèle de la FSSPX avouait être surprise d'entendre un prieur annoncer que dorénavant le chapelet serait récité à la chapelle à 18h50 et non 19h00 à la demande des supérieurs (Paris). Était-ce excès de zèle du prieur (en vue d'une promotion) ou reflet d'une situation globale de la FSSPX ? Peut être un peu des deux à la fois. Le zèle des prêtres de la FSSPX consiste désormais à servir la structure, à renforcer le lien autour des chefs. Et ainsi viennent les promotions : untel sera promu prieur de St Nicolas qui aura mis tout son zèle à étouffer sa conscience de prêtre et à obéir aux supérieurs en place ; un autre sera au contraire dégradé (vicaire aux Philippines ou aumônier à Kernabat) ou même exclu de la FSSPX qui n'aura pas plu aux éminences en place.

Nous faisons ici abstraction de la crise doctrinale. En réalité cette crise doctrinale ne fait que révéler la crise sacerdotale, humaine et sociale de la FSSPX. Et le démon joue là dessus à fond . Autrement dit, si en juillet 2018 un nouveau supérieur évince Mgr Fellay et change radicalement de politique : cela ne changera rien à la crise de fond qui secoue la FSSPX. D'abord parce que la structure est trop noyautée par des éléments accordistes et surtout parce que la FSSPX est une structure à tel point centralisée que l'aspect sacerdotal en a presque disparu. La FSSPX est devenue, peut être malgré elle, une grande multinationale qui gère des hommes avant d'être une société sacerdotale : elle est plus une société de fonctionnaires qu'une société d'hommes sages et responsables (ce qui définit le prêtre en soi : vieillard, sage). La promotion de jeunes loups (qui se font ensuite manger par des plus loups qu'eux) ainsi que la valse annuelle des prêtres témoignent de cette triste réalité. On en arrive à une sorte de société hors sol.

C'est sans doute ce qui explique l'hémorragie des jeunes vers les ralliés : il ne suffit pas de faire de bons sermons antilibéraux le dimanche et de fustiger l'état vestimentaire des fidèles ; il faut, comme le faisaient sans doute nos bons curés d'antan, faire un apostolat enraciné et persévérant: passer du temps auprès des âmes qui ne peuvent guérir en un jour et surtout former une élite locale qui ne soit pas inféodée à une structure internationale. Or le prêtre de la FSSPX n'aura de cesse de rappeler la soumission à la FSSPX ..

La FSSPX avait hérité de l'apostolat local de vieux prêtres résistants à la tourmente conciliaire et c'est ce qui explique que la FSSPX avait pu faire le plein d'âmes généreuses et formées dans les années 70/80. Mais la culture hors sol inhumaine façon Schmidberger et Fellay a coupé progressivement les âmes locales des prêtres. Certes, Mgr Fellay avait freiné les mutations tous azimuts de son prédécesseur mais a accentué au centuple la centralisation de l’œuvre au point qu'il n'y a plus une seule fuite d'eau dans un prieuré pour laquelle Menzingen ne soit pas au courant. En France, l'abbé de Cacqueray, avec son profil militaire a hélas participé activement (et peut être inconsciemment) à ce centralisme soviétique. Il ouvrira les yeux .. mais trop tard.

Ce qui explique l'immobilisme des prêtres de la FSSPX pour quitter une structure à demi-pourrie, c'est d'avoir l'assurance de retrouver une situation similaire qui leur assure une semblable continuité . Autrement dit la même chose que ce qu'ils connaissent mais sans l'orientation accordiste. C'est une erreur. Car ce que Dieu veut ce sont d'abord des âmes sacerdotales généreuses avant tout. C'est tout l'idéal de Mgr Lefebvre dans son fameux songe de Dakar.


Dernière édition par Joseph le Mer 20 Déc - 20:56 (2017); édité 3 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 20 Déc - 09:46 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
St Jean Marie Vianney


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2017
Messages: 53

MessagePosté le: Mer 20 Déc - 17:20 (2017)    Sujet du message: Trois exemples à suivre! Répondre en citant

Tous les prêtres de la fsspx ne peuvent pas invoquer l'ignorance, comment rester immobile devant la démolition de la congrégation si l'on a écouté ou lu tout ce qu'a publié Mgr Lefebvre. Si ce n'est pas suffisant une lecture de la vie du père Calmel les aidera à voir clair pour agir. Il faudrait ajouter aussi la lecture de la vie de Mgr Castro Mayer "La gueule du Lion". Son souci premier comme Mgr Lefebvre la solide formation de ses prêtres et de ses fidèles ce qui a protégé le diocèse jusqu'à son décès. Pas de compromission et surtout éviter à tout pris le dialogue avec l'ennemi. Ce qui a perdu Campos après la mort de Mgr Castro Mayer. Trois exemples à suivre!

Revenir en haut
Viguerie


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 401

MessagePosté le: Mer 20 Déc - 20:17 (2017)    Sujet du message: Mgr Antonio de Castro Mayer Répondre en citant

à la suite de St Jean Marie Vianney, je vous propose la lecture de cet éditorial de Mgr Thomas d'Aquin écrit dans le N° 37 du Sel de la Terre consacré à Mgr de Castro Mayer

Mgr Antonio de Castro Mayer, Gustavo Corção et le monde moderne

par le père Thomas d’Aquin O.S.B.

L’ITINÉRAIRE SPIRITUEL du grand évêque de Campos et celui du grand penseur catholique que fut Corção, méritent d’être mis en parallèle. Mgr de C astro Mayer connut très tôt la malice, non seulement du monde moderne, mais aussi celle que saint Pie X dénonçait dans Pascendi :
Les artisans de l’erreur, il n’y a pas à les chercher aujourd’hui parmi les ennemis déclarés. Ils se cachent – et c’est un sujet d’appréhension et d’angoisse très vives – dans le sein même et au cœur de l’Église, ennemis d’autant plus redoutables qu’ils le sont moins ouvertement  .
   Mgr de Castro Mayer, alors qu’il était encore prêtre, eut à souffrir de la part de ses ennemis qui faisaient tout pour le chasser de la capitale importante de l’État de São-Paulo et le reléguer dans une ville de l’intérieur. Mais Pie XII, bien conseillé, le choisit pour être sacré évêque, et c’est ainsi que le diocèse de Campos, au nord de l’État de Rio de Janeiro, reçut ce don de Dieu qui le marqua et le marquera encore de longues années.
   Pour Corção, les choses ne se sont pas passées de la même manière. Revenu à la foi de son baptême à l’âge adulte, Corção connut d’abord le milieu catholique dans lequel Maritain était un grand maître. Dans ce milieu, les papes vénérés par Mgr de Castro Mayer n’étaient pas bien vus. « Saint Pie X n’est pas un saint de ma paroisse » disait François Mauriac, exprimant le sentiment d’une grande partie des intellectuels au milieu desquels Corção vivra de nombreuses années.
   Il y avait, dans ce milieu intellectuel, une grande attente. Le cardinal Charles Journet parlait d’une nouvelle chrétienté qui demandait à naître et Maritain lançait les fondements de cette nouvelle chrétienté avec son Humanisme intégral.
   Il fallut le concile Vatican II pour que Corção ouvrît les yeux et vît clairement l’incohérence des positions de ce faux maître qu’était Maritain en matière de philosophie politique et sur la question de la liberté religieuse. A cette époque, autour des années 1973-1974, Corção écrivit des articles où la violence de l’expression était animée par la violence de son grand amour trahi. « Ils nous ont menti » était le titre de l’un d’eux qui resta célèbre entre nous.
   Ce fut alors que Corção écrivit O Seculo do Nada, livre passionnant de rétractations et d’analyses lumineuses sur notre siècle. « Je n’ai jamais autant étudié dans ma vie » disait-il.
Ce furent près de mille livres lus ou sérieusement consultés pour démasquer les ennemis dont parlait saint Pie X dans Pascendi.
   A cette même époque, Corção, comme il fallait s’y attendre, s’approcha de ceux qui depuis longtemps combattaient ce qu’il finissait de découvrir. Les premiers contacts avec Itinéraires et l’Office International, en France, et avec Mgr de Castro Mayer, au Brésil, datent de 1972, 1973 et 1974. Je crois qu’il vit une fois, ici, au Brésil, Mgr Lefebvre. Dès 1973-1974, il parlait d’Écône et, plus tard, il écrira dans les grands journaux brésiliens divers articles pour la défense du saint Athanase de notre temps.
   Grâce à ce rapprochement, quelques membres du mouvement fondé par Corção entrèrent en contact avec Mgr de Castro Mayer et les prêtres du diocèse de Campos.
*
 
   Une question, maintenant, nous introduira dans la seconde partie de cet article. Que pensaient Mgr de Castro Mayer et Corção du monde moderne ? Leurs pensées coïncidaient-elles ou non ? Coïncidaient-elles seulement au sujet de la crise dans l’Église ?
   Chacun d’eux, à sa manière, nous donne l’évidence de la condamnation de ce monde qui tend de plus en plus à s’identifier avec ce que la Tradition bimillénaire de l’Église, ses
conciles et ses auteurs spirituels désignent par un, deux, trois ennemis de nos âmes, de l’Église et de Dieu, à savoir : le démon, le monde et la chair.
  Corção fit une étude convaincante sur le monde moderne au sens du monde ennemi de Dieu dans son livre Dois Amores, Duas Cidades (Deux amours, deux cités). Il le fit aussi dans O Seculo do Nada (Le Siècle de l’Enfer, selon la traduction de Hugues Kéraly) mais de façon un eu différente, moins philosophique et théologique. La critique de Corção est surtout au plan des idées, mais elle doit être complétée, je crois, par la critique de Mgr de Castro Mayer qui, en tant qu’évêque, écrivit non seulement au point de vue des idées, mais aussi comme un père et une mère écriraient à leurs enfants pour les avertir des dangers de ce monde actuel dans tous ses détails.
   Je vais donner seulement un exemple pastoral qui a attiré mon attention quand nous avons lu au réfectoire du monastère la vie d’une religieuse brésilienne, du début du siècle,
dirigée par le célèbre père Jean-Baptiste Reus S.J., mort en odeur de sainteté. Cette religieuse, encore enfant, jouissait d’un privilège semblable à celui de sainteFrançoise Romaine qui était avertie par son ange gardien quand elle faisait ou disait quelque chose d’imparfait.
   Ainsi, Cony – c’était son nom avant d’entrer en religion – raconte qu’ayant été invitée à se baigner avec d’autres amies, elle fut retenue par son ange gardien et que, s’étant assise sur le sable pour voir seulement les autres se baigner sans prendre part et sans avoir mis son maillot de bain, son ange gardien se plaça devant elle, de sorte qu’elle ne vit rien du début à la fin (Irmã Antonia Maria, Devo narrar a minha vida, Vozes, 1953, pages 103-104).
   De la même manière, au cinéma, son ange gardien l’empêchait de voir certaines scènes ou même le film entier ; et ceci, au début du XX e siècle.
   Or, Mgr de Castro Mayer, dans son Catéchisme des vérités opportunes qui s’opposent aux erreurs contemporaines, écrit : « ...L’Église n’approuvera jamais les bals modernes, les piscines, mixtes ou publiques, les sports mixtes, les jeux sportifs féminins en public, etc. » ; et il cite Pie XI, Benoît XV, Pie XII et les décrets de la sacrée congrégation du Concile de 1930 (Catéchisme, no 53 1 ).
   Je crois qu’il est urgent d’avertir la jeunesse comme les pères de familles qu’il ne suffit pas de connaître la malice des philosophes modernes ni d’aller à la messe de saint Pie V, mais qu’il faut protéger toutes les entrées par lesquelles l’ennemi peut prendre la citadelle de nos âmes et des âmes de nos enfants.
   « Le monde est pourri à force de silence » disait sainte Catherine de Sienne. Il faut crier aux jeunes que le monde moderne est bien pire que ce qu’on pense en général. La crise actuelle se manifeste sous tous les aspects. Nous devons nous battre sur tous les fronts.
   Mais, diront certains, ce n’est pas une vie ! Il faut respirer un peu ! On ne peut dire aux jeunes et même aux enfants que tout est interdit, qu’ils ne peuvent pas s’amuser. Cela se terminera mal et finira par faire des révoltés qui, un jour, abandonneront tout d’un coup et s’adonneront à tous les excès.
   Le danger est réel et l’objection mérite d’être examinée. Mais que répondre ? et que faire ?
   Voilà ma modeste opinion à ce sujet. Nous devons écouter saint Pie X : « La civilisation n’est plus à inventer [...]. Elle a existé, elle existe ; c’est la civilisation chrétienne, c’est la cité catholique  . » Je ne sais si saint Pie X dirait encore : « elle existe », mais il est certain qu’elle a existé et elle était plus joyeuse que la cité anti-catholique qui se forme aujourd’hui, jour après jour.
   Si le monde moderne est impur dans ses danses, satanique dans son rock, pervers dans son enseignement, corrupteur dans ses divertissements, immoral dans ses écrivains et
absurde dans ses arts, abandonnons entièrement ce que le monde nous présente. A sa musique, opposons la nôtre. N’y aurait-il aucun talent musical parmi les catholiques ?
Serait-ce que les vrais artistes s’éteignent et les écrivains aussi ? N’est-il pas possible de se divertir comme en temps de foi ? Les paysans des siècles passés travaillaient en chantant, au moins pendant les récoltes. On peut en conclure que l’ambiance de travail ne devait pas être sans joie, bien au contraire.
   Les catholiques ont le secret de ce bonheur que le monde cherche en vain, loin de Dieu. Il nous faut être convaincus que nous n’avons pas besoin de ce monde ennemi de Dieu pour vivre de façon équilibrée. Dans le cas contraire, nous mériterions la réprobation qu’on trouve dans Jérémie : « Que mon peuple est stupide ! » (Jr 4, 22) et que Meinvielle dénonce avec beaucoup de vigueur lorsqu’il dit que le peuple catholique est formé, informé, vêtu et diverti par ses pires ennemis et qu’il ne s’en rend pas compte. Les catholiques boivent le venin que leurs ennemis leur préparent. Pire que cela, ils travaillent pour ceux qui cherchent et réalisent méthodiquement la perte de leurs âmes et la destruction de la « cité catholique » dont parle saint Pie X.
Nous avons le devoir de faire mentir la parole de l’Évangile : « Les fils des ténèbres sont plus habiles dans leurs affaires que les fils de lumière » (Lc 16, 8).
   Mgr de Castro Mayer et Corção nous ont laissé un exemple que nous n’avons pas le droit d’oublier.
   Que tous les saints du ciel nous aident et que le Cœur Immaculé de Marie soit notre refuge dans ces jours difficiles que nous vivons. Près de notre sainte Mère, nous saurons
concilier la lutte et le repos, le sérieux et la joie des petits enfants qui ne craignent rien et qui savent que tout concourt au bien de ceux qui aiment le Père qui habite dans les cieux et
qui veille sur eux avec la tendresse d’une mère.


Revenir en haut
St Jean Marie Vianney


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2017
Messages: 53

MessagePosté le: Jeu 21 Déc - 15:31 (2017)    Sujet du message: père Eugène de Villeurbanne Répondre en citant


toujours d'actualité


L’effort
par le père Eugène de Villeurbanne O.F.M.Cap(1904-1990)
extrait de l’une des conférences de la retraite qu’il prêcha aux ordinands, à Montalenghe, du 19 au 26 juin 1980, avant les ordinations sacerdotales du 29 juin 1980 à Écône.

..." Le monde, c’est-à-dire la société des hommes sans la grâce, renouvelle sans cesse la révolte d’Adam et d’Ève. Il commet, pour ainsi dire, tous les jours le premier péché. C’est
cet esprit qui anime aujourd’hui les individus et les gouvernements et qui étale de plus en plus devant nos yeux les fruits de ses désordres.
Telle est la tentation qu’exerce le monde sur les chrétiens et, en particulier, sur les prêtres. Il voudrait faire croire à ces derniers qu’ils peuvent vivre, ou même qu’ils peuvent atteindre l’efficacité apostolique dans l’abondance des biens, dans le confort, le progrès et les services de la technique. Alors que c’est par le renoncement, la pénitence, la contemplation, que l’œuvre de Dieu s’accomplira en eux et par eux, et qu’ils atteindront la véritable connaissance de Dieu et de ses œuvres.
On voit donc bien, par tout ce qui précède, qu’il nous faut faire des efforts. L’effort est une des grandes lois de la vie chrétienne ici-bas. Et il apparaît clairement que l’effort dont il s’agit n’est pas seulement extérieur. Nous n’avons pas à nous battre uniquement contre des ennemis extérieurs. Il y a en nous un désordre, une résistance au bien, un penchant vers le mal, qu’il nous faut surmonter."


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:07 (2018)    Sujet du message: état social de la FSSPX

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fidélité catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template