Fidélité catholique francophone Index du Forum Fidélité catholique francophone
Ce forum est un espace de discussion pour défendre la Foi Catholique à la suite de Mgr Marcel Lefebvre. Il n'est donc ni pour le ralliement à l'église conciliaire ni pour le sédévacantisme.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Alerte sur le chapitre (suite)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fidélité catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikaël


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 333
Localisation: Genève

MessagePosté le: Mar 20 Mar - 21:02 (2018)    Sujet du message: Alerte sur le chapitre (suite) Répondre en citant

Nous sommes désormais à quatre mois du Chapitre de la FSSPX. Notre ami Correctio Marcelis a tiré la sonnette d'alarme il y a quelques jours pour tenter d’avertir les capitulants, les prêtres (encore) membres de la Fraternité, et les fidèles qui fréquentent (encore) ses chapelles, qu'une mise au pas du Chapitre se préparait discrètement en ce qui concerne les rapports avec Rome.

La perspective d’une mise sous contrôle de l’instance majeure de la Fraternité dans un domaine qui est pourtant de sa seule responsabilité, n'est pas une simple supputation émanant de l’esprit tortueux d’un « résistant » malveillant, mais elle résulte des propos parfaitement explicites de l'abbé Thouvenot, Secrétaire général de la Fraternité, dans un entretien officiel accordé au district d'Allemagne à la mi-février : en principe, les termes employés devraient avoir été pesés et mesurés !

Par conséquent, de deux choses l'une :

    ou bien l'abbé Thouvenot, sortant de sa fonction, s’est exprimé sans réflexion, et a énoncé « en toute bonne foi » de grossières erreurs concernant les rôles respectifs du Chapitre et des Supérieurs de la Fraternité, et dans ce cas la Maison générale aurait dû procéder immédiatement à une mise au point… ce qui n’a pas été le cas,
      ou bien l’abbé Thouvenot s’est réellement comporté en porte-parole de la Maison générale, et l’on doit comprendre que ses propos reflètent fidèlement les vues de ses Supérieurs sur le déroulement du futur Chapitre de juillet.

      Il est bon de rappeler au lecteur qui l’aurait oublié, que le "fumeux" Chapitre de 2012 avait déjà pour principal organisateur… le même abbé Christian Thouvenot !

      Cet entretien accordé au district d’Allemagne doit donc être pris très au sérieux. De ce point de vue, on peut déplorer l’apathie (ou la résignation) des prêtres de la FSSPX à l’approche d’un événement qui pourrait s’avérer, sauf miracle, le couperet fatal et sans retour du « ralliement ».

      Du côté des fidèles, il est possible que ceux qui ont déjà pris connaissance du document "Alerte sur le chapitre" n'aient pas encore eu l'occasion de le diffuser autour d'eux, malgré l’intérêt et l’urgence de provoquer la réflexion, et surtout l’action, de ceux qui conservent une quelconque influence au sein de la Fraternité.

      Si le Chapitre de juillet ne laisse plus, hélas, beaucoup de doutes sur son issue néfaste en raison d'une orientation clairement « accordiste » de la grande majorité de ses membres, il n’en demeure pas moins que la dénonciation d'une telle subversion peut encore aider bon nombre de prêtres et de fidèles à mieux percevoir les manœuvres tortueuses et malhonnêtes des autorités de la FSSPX, à anticiper la situation qui se profile et à s’opposer, de toutes leurs forces, au processus engagé.

      Car il faut bien être conscient que, même si Mgr Fellay n'est pas réélu (ou si le Chapitre décide de réduire son mandat à six ans, hypothèse qui circule actuellement), rien ne devrait plus empêcher le futur Supérieur « accordiste », quel qu’il soit, de finaliser l'accord avec Rome… avec ou sans l'aval du Chapitre.

      Pour sauver encore la Tradition de ce naufrage, il est décidément très urgent de diffuser le document "Alerte sur le chapitre" .


       


      Revenir en haut
      Publicité






      MessagePosté le: Mar 20 Mar - 21:02 (2018)    Sujet du message: Publicité

      PublicitéSupprimer les publicités ?
      Revenir en haut
      Gillou47


      Hors ligne

      Inscrit le: 09 Jan 2017
      Messages: 401

      MessagePosté le: Lun 14 Mai - 09:19 (2018)    Sujet du message: Alerte sur le chapitre (suite) Répondre en citant

      Une possibilité aussi est que ce chapitre débouche sur une ligne de conduite mitoyenne entre les opposants et les partisans de la prélature personnelle...

      Revenir en haut
      Mikaël


      Hors ligne

      Inscrit le: 04 Jan 2017
      Messages: 333
      Localisation: Genève

      MessagePosté le: Lun 14 Mai - 09:57 (2018)    Sujet du message: Alerte sur le chapitre (suite) Répondre en citant

      C'est hautement probable et toute la voie des prêtres et fidèles genre "wait and see" serait amenée à perpétuer cette attente. Il y aurait donc une infime partie de prêtres et de fidèles à rejoindre la résistance. C'est peut être le souhait du Bon Dieu pour éviter un rapide attiédissement de la résistance par l'arrivée d'éléments peu convaincus ?

      Revenir en haut
      Viguerie


      Hors ligne

      Inscrit le: 04 Jan 2017
      Messages: 500

      MessagePosté le: Lun 14 Mai - 11:48 (2018)    Sujet du message: Alerte sur le chapitre (suite) Répondre en citant

      Mikaël a écrit:
      C'est hautement probable et toute la voie des prêtres et fidèles genre "wait and see" serait amenée à perpétuer cette attente. Il y aurait donc une infime partie de prêtres et de fidèles à rejoindre la résistance. C'est peut être le souhait du Bon Dieu pour éviter un rapide attiédissement de la résistance par l'arrivée d'éléments peu convaincus ?


       
      Okay Je partage totalement cette analyse, Mikaël toujours éclairant et précis 


      Revenir en haut
      Gillou47


      Hors ligne

      Inscrit le: 09 Jan 2017
      Messages: 401

      MessagePosté le: Sam 9 Juin - 20:27 (2018)    Sujet du message: Alerte sur le chapitre (suite) Répondre en citant

      rappel du lien vers l'interview de M. l'abbé Thouvenot, à la une du DICI n°369 : :
      http://fsspx.news/sites/sspx/files/pdf_dici369_web.pdf

      et à ce sujet le Commentaire Eleison - Numéro DLXIX (569)
      09 juin, 2018
      Les Libéraux Préparent le Chapitre

      Capitulants, la Foi doit passer en premier.
      Même si Menzingen il faudra reléguer !

      Pas tout le monde ne dort. Il y a en France quelqu’un qui surveille les préparatifs des libéraux en vue du prochain Chapitre général de la Fraternité Saint-Pie X. La Fraternité y aura encore, probablement pour la dernière fois, la possibilité de se lever, comme Mgr Lefebvre l’a fait, pour la défense de la foi catholique contre le concile Vatican II. Une personne, qu’importe son nom, a écrit sur le site Fidélité catholique francophone un excellent article dénonçant les funestes propos que le Secrétaire Général de la Fraternité, l’abbé Christian Thouvenot, a tenus au début de cette année lors d’une interview parue dans le bulletin de la Fraternité du District d’Allemagne. Ce qui suit doit beaucoup à cet article.

      Commençons par les funestes propos en question : « Il est vraisemblable que la question du statut de Prélature personnelle soit posée lors du Chapitre. Mais c’est le Supérieur général seul qui conduit la Fraternité et qui a la responsabilité des relations de la Tradition avec le Saint-Siège. Mgr Lefebvre, en 1988, avait tenu a bien préciser cet aspect ». Ces propos sont funestes parce qu’ils correspondent à la vision de Menzingen, siège de la Fraternité où travaille l’Abbé Thouvenot. Il y prépare les membres et les sociétés amies de la Fraternité au Chapitre Général lors duquel Mgr Fellay voudrait arriver à faire dépendre de lui seul, et en toute légalité apparente, l’acceptation d’une Prélature personnelle offerte par Rome. Par ce stratagème, il mettrait fin, une fois pour toutes, à la capacité de la Fraternité de défendre la Foi en résistant au Novus Ordo et au Concile Vatican II. Propos funestes, en vérité, parce qu’ils sont ou ambigus ou erronés.

      En premier lieu, le Supérieur Général n’est pas la seule personne à la tête de la Fraternité. Certes, les Statuts établis par Mgr Lefebvre stipulent que le Supérieur Général, une fois élu, est doté de pouvoirs considérables pour au moins 12 ans. Mgr Lefebvre voulait en effet que le Supérieur Général ait suffisamment de temps pour réaliser quelque chose sans être entravé comme lui-même le fut par les Pères du Saint-Esprit. Mais le Chapitre Général qui se réunit tous les six ou douze ans est au-dessus du Supérieur Général. C’est le Chapitre Général qui édicte les orientations que doit suivre le Supérieur Général. En théorie, le Chapitre Général de 2012 avait prévu que toute « normalisation canonique » nécessiterait un vote majoritaire du Chapitre. Mais, dans les faits, Mgr Fellay a déjà « normalisé » avec Rome les confessions, les ordinations et les mariages. Et voilà maintenant que le Secrétaire Général suggère que Mgr Fellay peut, tout seul, « normaliser » le reste sans que le Chapitre général ait son mot à dire ! Les quarante Capitulants de Juillet prochain ont-ils conscience de l’enjeu que révèle ce discours de Menzingen ? Sont-ils prêts à l’accepter ?

      Deuxièmement, l’abbé Thouvenot prétend que seul Mgr Fellay est responsable des relations entre la Tradition catholique et le Saint-Siège. Sans aucun doute, Rome et Mgr Fellay lui-même aimeraient qu’il en fût ainsi. De cette manière, Rome pourrait récupérer d’un seul coup toute la « Tradition » et Mgr Fellay pourrait ainsi étendre à proportion son empire. Mais la « Tradition » est un ensemble composite et hétérogène d’instituts et de communautés religieuses qui, certainement, ne souhaitent pas tous être pris dans la rafle conciliaire, ni tous se retrouver sous la houlette de Mgr Fellay. C’est la raison pour laquelle Mgr Lefebvre répétait qu’il ne voulait pas qu’on dise qu’il était le chef de la Tradition catholique. Mais aujourd’hui, Mgr Fellay et son secrétaire jouent tous les deux le jeu de la Rome conciliaire.

      Troisièmement, si Mgr Lefebvre a souligné, au moment des sacres de 1988, que lui seul était responsable des relations de la Fraternité avec Rome, c’était parce qu’il savait que les jeunes collaborateurs qui l’entouraient ne sauraient faire face à la ruse des Romains, comme, hélas, nous avons pu le vérifier depuis sa mort en 1991. Il ne faut donc pas chercher la raison de ses propos dans la confiance qu’il aurait eue dans la structure de la Fraternité pour doter le Supérieur Général d’une grâce spéciale qui le mettrait à l’abri des Romains conciliaires. Si l’on veut se tromper, ce n’est pas par une structure que l’on sera sauvé. Mais Mgr Lefebvre pouvait-il en faire autrement ? Il fallait bien qu’il disparaisse un jour ou l’autre !

      Chers Lecteurs, si vous connaissez un capitulant du Chapitre de juillet prochain, demandez-lui s’il est au courant de ce que dit le Secrétaire général !

      Kyrie eleison.


      Revenir en haut
      Gillou47


      Hors ligne

      Inscrit le: 09 Jan 2017
      Messages: 401

      MessagePosté le: Lun 2 Juil - 19:37 (2018)    Sujet du message: Alerte sur le chapitre (suite) Répondre en citant

      Quelle prudence faudra-t-il avoir après le chapitre ?


      J'imagine les probabilités suivantes (comme pour les courses) et je mets des lettres (a,b,c) pour s'y retrouver :
      (a) 40% continuation sans faille de la politique entamée depuis 2012
      (b) 15% retour de la "résistance de l'intérieur" (oui je sais, 15% est encore optimiste mais je m'expliquerai),
      (c) 45% une ligne plus mitigée, moins de pression sur les prêtres de l'intérieur opposés à d'imprudents rapprochements, voire quelques essais de se montrer sympathiques (sans excès) envers la vraie résistance, mais aucune retour en arrière suite aux avantages acquis (reconnaissance des confessions)


      Si (a) : c'est affligeant, on assistera encore plus à la démolition de l'oeuvre de Mgr Lefebvre, on n'a plus qu'à se serrer les coudes, faire le plus de propagande possible auprès des fidèles qui veulent bien nous écouter, et sauver quelques meubles pendant qu'il est encore temps, et on espère malgré la malice des ennemis de l'Eglise garder le peu de Foi qui nous reste.

      Principe d'erreur : ne plus distinguer l'Eglise [de toujours] et l'église conciliaire.
      Ou encore : une notion faussée de ce qui fait la continuité temporelle de l'Eglise, en exagérant le rôle de la centralisation administrative dans l'unité de l'Eglise


      Si (b) : la probabilité que cela se produise n'est pas nulle, car la FSSPX a été fondée pour exprimer une opposition publique à Vatican II. Si cela se produit c'est qu'il y a encore une Providence pour la FSSPX, ce sera un encouragement pour les plus jeunes qui comprennent moins la politique et qui sont sûrement venus pour les idées antilibérales de Mgr Lefebvre. Cependant les plus anciens auraient pu davantage réagir ces dernières années, la probabilité de cet événement est donc faible, mais pour une analyse complète il faut l'envisager. Il faut souhaiter cette éventualité pour la gloire de Dieu - uniquement pour la gloire de Dieu et non pour le désir d'une tradition plus confortable avec une FSSPX bien ordonnée qu'avec une Résistance cahoteuse. Si cela doit se produire, ils auront un certain nombre d'actes concrets à poser, et ils auront beaucoup de travail. Enfin, s'ils sont bons, ils n'exigeront pas que nous réintégrions les rangs de la FSSPX, mais rechercheront une amitié spirituelle et une union morale avec nous, comme ça s'est toujours fait avec les communautés amies ; et ça montrera alors qu'ils ont compris que l'opposition à Vatican II ne se résume pas à l'obéissance dans une belle congrégation.

      Principe d'erreur qui pourrait subsister : exagération de l'importance d'appartenir à une société régulée,
      ou plus généralement exagération d'un moyen de l'Eglise (que ce soit la messe ou l'obéissance vertueuse) par rapport à sa raison d'être (constituer le Corps Mystique du Christ)

      (j'avais d'abord écrit : 'hors de la FSSPX point de salut pour la tradition', ce qui pouvait donner lieu d'autres interprétations)



      Si (c) : situation sur laquelle il est intéressant de spéculer. A ne pas confondre avec une continuation plus feutrée et plus lente de la politique récente (ce qui nous ramènerait à (a)), ce ne sera pas du ralliérisme mais plutôt un souhait de refaire de l'entente parmi la "descendance spirituelle" de Mgr Lefebvre.

      De prime abord :
      Il se pourrait que la nouvelle direction fréquente moins les instances romaines (ce ne sera pas dur), demande aux prêtres de la FSSPX de mieux montrer la différence avec les ralliés (mais pourquoi donc ?), encourage les prêtres à instruire les fidèles sur les origines de la crise conciliaire avec des conseils pour y faire face. Il se peut aussi que FSSPX-News soit fermé ou remis sur une ligne éditoriale tout-à-fait catholique. Il se peut aussi qu'il y ait quelques marques de sympathie envers nous.

      Maintenant entrons dans le fond de cette nouvelle ligne politique.

      Formation des laïcs :
      On encouragera une connaissance de base de la crise conciliaire, enrichie de quelques anecdotes. Cependant : on n'encouragera pas d'étude en continu avec réassimilation complète des enseignements antimodernistes (*), cela se fera localement, on n'ennuiera pas les prêtres qui le feront, mais ce ne sera pas un effort répandu. Pas d'étude rigoureuse sur des questions telles que : le droit canon, l'importance d'avoir des évêques autonomes vis-à-vis du néo-modernisme, comment on devient rallié. On incitera plutôt à étudier des auteurs spirituels de bon aloi, et à rechercher la vertu (en oubliant que de nos jours la vertu inclut largement la lutte antimoderniste). On esquissera l'idée du martyre, mais on n'édifiera pas la fermeté doctrinale nécessaire pour affronter ce risque.
      Les laïcs qui ont de bonnes dispositions pour étudier la théologie, juger par eux-mêmes de la crise conciliaire, faire quelques bonnes analyses politiques, seront encouragés au lieu d'être ignorés. Par contre ils seront acquis à une ligne pas suffisamment claire et ferme au niveau de la direction de la FSSPX.

      (*) les enseignements antimodernistes : il faudrait plutôt dire "anticonciliaires", vu que Vatican II véhicule des erreurs plus nombreuses et plus insidieuses que le modernisme. Parmi ces enseignements : les encycliques des papes de Pie IX à Pie XII, certaines demande à être lus plusieurs fois. Pour se guider également, quelques-uns des ouvrages de Mgr Lefebvre : ils l'ont découronné, c'est moi l'accusé qui devrait vous juger, itinéraire spirituel.

      Vis-à-vis de la Résistance :
      Dans l'hypothèse de ce tradi-conformisme, les nouveaux dirigeants savent que nos évêques de la Résistance ne vont pas se laisser facilement approcher, ils pourraient alors tenter une approche mi-sévère mi-gentille, du genre : "vous avez porté des jugements téméraires sur la FSSPX, mais vous avez quand même dit des vérités". Il se pourrait d'ailleurs qu'ils fassent des choix "judicieux" parmi les publications de la Résistance, on cherchera à débattre avec les "résistants" au lieu de les ignorer. Par contre, pas de véritable réhabilitation de ceux qui ont été injustement accusés de désobéir (parce que "la dissidence, c'est toujours mal"), et pas de sanction contre ceux qui ont réellement créer la division.

      Relations avec Rome :
      On rappellera qu'on n'est pas d'accord avec Vatican II, qu'on se méfie de la politique romaine, et que c'est inquiétant de voir les progrès du modernisme dans l' "Eglise officielle". Mais puisqu'il n'y a pas eu d'accord signé, il n'y aura pas d'accord à rompre. On ressortira quelques propos bien lefebvristes, comme quoi l'excommunication nous protège, mais on ne dénoncera pas les démarches pour faire disparaître cette excommunication.
      On se dira que dans le fond la reconnaissance des confessions et des mariages, c'est normal puisque ces sacrements sont validement administrés, et en même temps que ce geste du pape François n'a pas beaucoup de signification de la part d'un pape fantasque, on ne posera pas d'acte qui fasse disparaître la perplexité suscitée par ces actes pontificaux, et on laissera, à ceux qui le souhaitent, la liberté de penser que cette reconnaissance est un bien pour la tradition.

      Conclusion intermédiaire :
      Plus de politique de reconnaissance canonique, on oublie la prélature personnelle, mais beaucoup de choses importantes seront galvaudées.

      (à suivre pour mieux discerner l'illusion possible)

      Principe d'erreur assez difficile à expliciter pour le moment, ça pourrait consister en une fausse notion du magistère ordinaire : il faut un emballage idéologique pour faire tenir la Tradition hors de l'Eglise conciliaire, pour cela il faut s'inspirer des paroles de Mgr Lefebvre et Mgr de Castro-Mayer, mais comme ceux-ci n'avaient pas l'infaillibilité pontificale, il faut le faire émerger d'un consensus entre ceux qui s'attachent aux enseignements de l'Eglise de toujours.
      On pourrait dire plus simplement : exagérer la matière de l'Eglise par rapport aux moyens de l'Eglise


      Dernière édition par Gillou47 le Mar 17 Juil - 21:38 (2018); édité 3 fois
      Revenir en haut
      St Jean Marie Vianney


      Hors ligne

      Inscrit le: 07 Fév 2017
      Messages: 73

      MessagePosté le: Lun 2 Juil - 20:15 (2018)    Sujet du message: Alerte sur le chapitre (suite) Répondre en citant

      Gilou 47 revenons sur terre


      https://fsspx.news/fr/entretien-de-mgr-bernard-fellay-dans-le-tagespost-du-28-juin-2018-39081



      Que serait une solution raisonnable ?
      Une prélature personnelle.


      Revenir en haut
      Gillou47


      Hors ligne

      Inscrit le: 09 Jan 2017
      Messages: 401

      MessagePosté le: Lun 2 Juil - 20:41 (2018)    Sujet du message: Alerte sur le chapitre (suite) Répondre en citant

      merci Vianney,

      dès le premier paragraphe, ça illustre ce que je place sous (a) :

      "Si cela avait été une séparation de Rome, je ne serais pas ici aujourd'hui. Mgr Lefebvre ne m'aurait pas consacré, et je l'aurais refusé. Il ne s'agissait donc pas d'une séparation d’avec l'Eglise, mais plutôt d'une démarcation par rapport à l'esprit moderne, par rapport aux fruits du Concile. Depuis (ces sacres), d’autres personnes que nous reconnaissent qu’il y a quelque chose qui s'est mal passé au Concile. Elles confirment beaucoup des idées et des points que nous avons combattus et continuons de combattre. Nous n'avons jamais dit que le Concile avait directement professé des hérésies. Mais on a enlevé le mur de protection contre l'erreur, et on a ainsi permis à l’erreur de se manifester. Les fidèles ont besoin de protection. C'est en cela que consiste la lutte constante de l'Église militante pour défendre la foi."



      Maintenant, la posture à laquelle je pense en (c) tenterait une douteuse synthèse entre :
      - ceux qui pensent qu'il s'agit surtout de se démarquer de l'esprit moderniste, et qu'il faut éventuellement se faire reconnaître pour cela des actuelles autorités romaines ;
      - et ceux qui pensent qu'il faut rompre avec les institutions qui professent des hérésies, même lorsqu'il s'agit d'institutions ecclésiastiques.
      Cette démarche consiste à ne pas poser les actes conséquents à la première posture. On laisse certaines personnes avec cette idée que les sacres de 1988 manifestent une démarcation par rapport à l'esprit moderniste, que c'est un acte militant "dans l'Eglise". Mais on réfute l'acceptation d'une prélature personnelle, parce qu'on n'est pas sûr de ce que ça apporterait. Et comme on ne se rapproche pas de Rome, cela reste extérieurement conforme aux idées de rompre avec les institutions conciliaires. Le fond doctrinal de cette éventuelle posture n'est pas facile à cerner, mais il y a une possibilité que quelque chose dans ce genre émerge du très prochain chapitre. Ce ne serait pas une si mauvaise chose, car ça redonnerait de l'oxygène aux personnes de bonne volonté ; mais ça ne serait pas si bon non plus pour l'institution car son unité théologique resterait fragilisée, et le pape progressiste aurait encore l'occasion de donner quelque coup de pied dans la fourmilière.


      Revenir en haut
      Mikaël


      Hors ligne

      Inscrit le: 04 Jan 2017
      Messages: 333
      Localisation: Genève

      MessagePosté le: Mar 3 Juil - 12:54 (2018)    Sujet du message: Alerte sur le chapitre (suite) Répondre en citant

      Gillou,
      On ne mange jamais un saucisson d'un seul coup. Le saucisson se mange en rondelles.
      Rome veut manger le saucisson de la tradition en rondelles.
      La Rome moderniste ne pouvait avaler la FSSPX de Mgr Lefebvre en 1991 parce que la FSSPX de ce temps n'acceptait pas d'être absorbée.
      Mais depuis 2012, la FSSPX accepte d' être mangée par cette Rome là ... à petites rondelles (étapes). Peu importe la taille de la rondelle (concession), le principe d'être mangé par ces gens là est admis par tous les capitulants.


      Revenir en haut
      Gillou47


      Hors ligne

      Inscrit le: 09 Jan 2017
      Messages: 401

      MessagePosté le: Mar 3 Juil - 16:46 (2018)    Sujet du message: Alerte sur le chapitre (suite) Répondre en citant

      Pour suivre sur votre pessimiste, qui maintient le scénario (a), il est vrai que la Révolution n'a pas pour habitude de reculer. Elle se débarrasse volontiers de ceux qui l'ont servie, mais c'est lorsqu'ils ont fait franchir une étape à la révolution. Jouons à pile ou face :
      - pile : Mgr Fellay reste car il a encore besoin de lui pour faire passer l'idée de la prélature personnelle ;
      - face : l'idée de prélature est entérinée et il n'y a plus besoin de lui.

      Toutefois le scénario (c) est plausible. De nombreux prêtres de la FSSPX n'ont pas appelé à la Résistance, ce n'est pas en théorisant sur une possible reconnaissance de la part de Rome, mais en argu-mentant sur l'obéissance, la précaution dans l'action : puisque Mgr Fellay ne nous demande pas de commettre de mauvaises actions, alors il n'y a pas lieu de s'agiter, car l'agitation démolit la spiritualité et nuit à l'apostolat, etc. Si cette mouvance devient majoritaire, ce ne sera pas à une adhésion de principe à la prélature personnelle qu'on assistera, mais à une adhésion renouvelée au fonctionnement et aux règles interne de la Fraternité. Les nominations et les promotions seront faites suivant le règlement, en analysant les aptitudes personnelles, et non selon le degré de défense de la doctrine par les personnes ; dans cette situation, la vérité n'est pas combattue, mais elle n'est pas clairement défendue dans la direction de la société.


      Revenir en haut
      St Jean Marie Vianney


      Hors ligne

      Inscrit le: 07 Fév 2017
      Messages: 73

      MessagePosté le: Mar 3 Juil - 19:10 (2018)    Sujet du message: Alerte sur le chapitre (suite) Répondre en citant

      Gilou 47, un petit rappel qui pourra éclairer ce débat
      extrait écrit de la conférence du locataire de Menzingen à Lausanne en 2007, éclairant, c'est certainement compromettant puisque l'audio a été supprimé du net, peut-être l'avez vous



      Le grand problème de l’accord pratique :
      on ne peut vraiment travailler que si l’on est d’accord sur les principes
      Si vous voulez, c’est le grand problème de ce qu’on appellerait un accord pratique.  
      Pourquoi ne veut-on pas aller sur le chemin d’un accord pratique ?  
      Si vous voulez, c’est assez simple : tant que la base, dite ou non dite, d’un tel accord, ce sont les principes modernes introduits par le Concile, si nous acceptons cela, nous sommes fichus.  
      Même s’ils nous donnent une structure où l’on ait plus ou moins comme on fait actuellement entre nous, même s’ils nous donnent des évêques, même s’ils nous permettent de continuer nos séminaires, si la base, si le fondement auquel nous sommes tenus, ce sont les principes modernes, tôt ou tard, ces principes reviennent à la surface.  
      Je vous donne un exemple, ou quelques exemples. C’est très simple. Forcément, si nous sommes dans une telle situation, nous avons des rapports avec eux, ici ou là. Ces rapports, ce n’est pas nécessairement toujours des rapports amicaux; ça peut aussi être conflictuel. S’il y a un conflit, qu’est-ce qu’on fait ? On va voir le juge. Et le juge, comment est-ce qu’il juge ? Eh bien, d’après la loi. Si la loi, c’est la loi moderne, c’est cette loi-là qui va juger.  
      Je vous donne un exemple : le mariage.
      Aujourd’hui, je ne sais pas combien de mariages sont annulés dans l’Église moderne, au nom d’un article du nouveau droit canon, qui vraiment est une injure : c’est le divorce ouvert. Ça s’appelle immaturité. Je connais des cas invraisemblables. Par exemple, voilà quelqu’un – ils ne s’entendaient plus, malheureusement – qui veut se « remarier ». Il était déjà marié devant l’Église, alors il va voir le tribunal ecclésiastique et il dit : « Ma femme était immature. » Mais la femme ne voulait pas être immature ! Alors c’est lui qui s’est déclaré immature… et le mariage a été annulé !
      C’est comme ça que ça marche!
      Imaginez que ces gens-là viennent chez nous, nous disons : « Cela ne va pas du tout. Ecoutez, cher Monsieur, vous êtes vraiment marié avec votre première femme ; la deuxième, ce n’est pas votre vraie femme. »
      L’Église officielle dit oui; nous on dit non; comment est-ce qu’on fait? où est-ce qu’on va ? On arrive à des situations insolubles.  
      Prenons l’exemple de la nouvelle messe.
      Nous disons : « La nouvelle messe est mauvaise. Il ne faut pas aller communier à ces nouvelles messes parce que si vous communiez, en recevant la communion qui est le fruit de cette messe, vous dites que vous êtes d’accord avec cette nouvelle messe. »
      Nous disons : il ne faut pas aller communier. Donc quand on va dire des messes dans des endroits où est dite la nouvelle messe, on prend nos hosties, nos calices et ainsi de suite. Alors imaginez que le curé du lieu voie ça : eh bien il est furieux, évidemment, il est fâché. Alors qu’est-ce qu’ils font ? Ils nous dénoncent à Rome ; ils nous dénoncent à l’évêque et on est reparti pour une bagarre.  
      Voyez, par des exemples concrets, j’ai essayé de vous montrer que c’est IM-POS-SIBLE !  
      Tant que Rome ne revient pas, vraiment ne déconnecte pas — ça ne veut pas dire que tout est réglé dans l’Église, évidemment non — on ne peut vraiment travailler que si on est d’accord sur les principes. Et c’est pourquoi nous insistons, et ré-insistons, et disons, qu’il faut d’abord discuter des principes avec Rome avant de pouvoir faire un accord. Sinon, encore une fois, c’est du suicide.  


      Revenir en haut
      Gillou47


      Hors ligne

      Inscrit le: 09 Jan 2017
      Messages: 401

      MessagePosté le: Mar 3 Juil - 19:21 (2018)    Sujet du message: Alerte sur le chapitre (suite) Répondre en citant

      Merci Vianney, cet extrait montre comment l'on peut évoluer en quelques années. Je connaissais ce texte puisqu'il est remonté à la surface à l'occasion des récents débats.

      addendum : ce ne serait pas celle-ci ?
      http://laportelatine.org/mediatheque/audiotheque/audiotheque2007.php
      Dimanche 29 avril - Sermon de Mgr Fellay à Lausanne (Suisse)
      http://laportelatine.org/mediatheque/audiotheque/sermons2007/fellay20070429.zip
      Je n'ai pas la patience de réécouter.


      * * *

      Ci-après quelque chose que j'avais commencé à rédiger par ailleurs :


      Quand je réfléchis à la nature intime de l'accordéonisme (petits mouvements vers un accord), je pense qu'il repose sur le pire des conservatismes, celui où l’objet de la conservation c’est « nous ». Puisque « eux », les conciliaires, ne veulent pas garder tous les enseignements de l’Eglise, c’est « nous », FSSPX, fondée par Mgr Lefebvre et injustement radiée, qui allons les garder et les pratiquer. C'est d'un haut degré de crânerie.

      Jusque-là les conservatismes portaient sur quelque chose qui semblait venir de l'Eglise (quoique assortie d'une faiblesse importante) :
      - Beaucoup de membres du Coetus Internationalis Patri (type cardinal Siri) ont voulu préserver l’obéissance à l’autorité officielle, au risque de se faire écraser par le reste du groupe et par exemple de laisser diffuser de mauvais catéchismes ;
      - La plupart des ralliés ont centré leur conservatisme sur la liturgie, mais leur négociation a simplement conduit à ce que la bonne liturgie soit dans l’église conciliaire ;
      - La plupart des sédévacantistes ont voulu conserver une image intacte de ce qu’est un digne successeur des Apôtres (comme il y en a eu pendant 19 siècles consécutifs), au détriment d'une étude correcte de la situation ;
      - Une partie des ralliés (comme l’IBP) cherchent à conserver la liturgie et la théologie thomiste, mais ça reste de l’arrangement personnel et ça ne conduit pas une diffusion éclatante de la vérité,

      La néo-FSSPX est un mélange de tous les conservatismes. La fusion de ce qu’il y a de partiellement bon dans tout cela va aboutir non pas un excellent conservatisme, qui est la conservation de l’Eglise, mais débouche sur un honteux conservatisme, à savoir la conservation de nos personnes physiques et morales. Conservation des personnes physiques, puisque nous gardons les authentiques sacrements par exemple ; et conservation des personne morales, puisque nous serions reconnus avec nos couvents, séminaires, prieurés, écoles.

      Comme tous les faux principes, si elle devait se poursuivre, cette reconnaissance de « nous » ne sera pas tellement intégrée chez les individus qui restent les plus attachés à la pratique catholique. Néanmoins cela va se retrouver au niveau de la prudence du groupe, cela sera dans les fondements de la reconnaissance, et aura par exemple des conséquences juridiques. Donc régulièrement on verra des décisions surprenantes.

      Voilà un jugement sur l' « accordéonisme », mais le même fond de pensée peut également faire le lit d'une politique conformiste pour les années à venir.


      Revenir en haut
      Gillou47


      Hors ligne

      Inscrit le: 09 Jan 2017
      Messages: 401

      MessagePosté le: Mer 11 Juil - 21:39 (2018)    Sujet du message: Alerte sur le chapitre (suite) Répondre en citant

      Et dans cette troisième perspective, ceux qui restent sur le principe de la conversion de Rome et ceux qui ont le souci du lien avec Rome, resteront ensemble, chacun avec leur liberté d'expression, sous le signe de l'obéissance. Ainsi l'obéissance devient un creuset toxique au lieu d'être source de vertus, car personne ne pourra dire que ses idées sont celles de la congrégation.

      On peut juger qu'il y a eu affaiblissement moral pour ceux qui auraient dû davantage réagir, mais ça ne les compromet pas définitivement. On peut se relever d'un affaiblissement moral, ça a un coût mais on y survit, l'important est de revenir sur les principes. Par contre, si l'esprit d'obéissance est bien entretenu, ça les laisse solidaires de ceux qui gardent des sentiments accordistes, avec une fausse unité installée par le haut. C'est ce que j'appelle une situation pas entièrement mauvaise, mais pas entièrement bonne.

      Reste à savoir si certains auront la hardiesse d'analyser publiquement que les sacres conférés par Mgr Williamson étaient des vrais sacres pour l'Eglise. Je ne suis pas encore sûr que ce soit la pierre d'achoppement, mais j'admets que ce peut être un point-clef important, puisque l'abbé Bouchacourt avait reproché aux dominicains d'Avrillé de soutenir les sacres conférés par Mgr Williamson, et que la levée de l'excommunication de 2009 a sans doute un grand poids psychologique (je suppose que les prêtres de la FSSPX n'ont pas peur d'une ré-excommunication, mais ce serait par obéissance à la Fraternité et non par principe).

      ----
      quelques citations choisies (devinez qui) :
      "Comme dans toute société humaine, il existe dans la Fraternité aussi, des nuances et des sensibilités différentes entre les différents membres."
      "Je pense qu'une certaine impression de non-homogénéité peut provenir de la grande différence de tons que les membres de la Fraternité emploient en des lieux différents, dans des situations différentes, dans des pays différents et surtout face à des positions très diverses et contradictoires, que les représentants de la hiérarchie officielle expriment à notre égard et à l'égard de tout ce qui a le goût de Tradition. La perception de ces données diminue chez ceux qui évaluent les affirmations séparées en les sortant de leur contexte et en les nivelant on line devant leur écran. "


      Dernière édition par Gillou47 le Jeu 12 Juil - 11:54 (2018); édité 1 fois
      Revenir en haut
      Joseph


      Hors ligne

      Inscrit le: 16 Oct 2017
      Messages: 119

      MessagePosté le: Jeu 12 Juil - 06:07 (2018)    Sujet du message: Alerte sur le chapitre (suite) Répondre en citant

      Au fond si j'ai bien compris c'est l'esprit de clan ou l'esprit de club.
      Le meilleur antidote semble être une charité qui cherche à se répandre ou autrement dit l'esprit apostolique.
      Il est d'ailleurs symptomatique d'observer que tous ces instituts cherchent en premier " une place dans l'église conciliaire" ou un statut quo agréable plutôt que le Règne universel du Christ Roi.


      Revenir en haut
      Gillou47


      Hors ligne

      Inscrit le: 09 Jan 2017
      Messages: 401

      MessagePosté le: Jeu 12 Juil - 11:50 (2018)    Sujet du message: Alerte sur le chapitre (suite) Répondre en citant

      Pour illustrer ce qui me semble être le principe de fond de l'accordéonisme (jeu de mot sur néo-accordisme), que j'évoquais précédemment (le Mar 3 Juil). On ne sait pas si c'est la Foi qui prime ou l'identité de groupe :

      "Les membres de la Fraternité comprennent clairement que l'identité de leur congrégation est construite sur un axe défini et précis qui s'appelle la Tradition : c'est sur ce principe, universellement partagé au sein de la Fraternité qu'est construite l’unité de la Fraternité elle-même, et je pense qu'objectivement il est impossible de trouver un principe identitaire et de cohésion plus fort : c'est justement cette cohésion de base sur l'essentiel qui permet aux individus d'avoir des nuances différentes sur tout ce qui est discutable."


      Revenir en haut
      Catharina T.O.P.


      Hors ligne

      Inscrit le: 15 Mar 2017
      Messages: 31
      Localisation: République Tchèque

      MessagePosté le: Jeu 12 Juil - 13:23 (2018)    Sujet du message: Alerte sur le chapitre (suite) Répondre en citant

      Citation:
      "...unité de la Fraternité elle-même ..."
      oui, mais Unitas in Veritate c'est l'Unité dans la Vérité.

      Si serait l'Unité au-dessus de la Vérité, où sera la Vérité ? Elle disparaîtra.
      _________________
      +Christus vincit!+Christus regnat!+Christus imperat!+


      Revenir en haut
      Visiter le site web du posteur
      Contenu Sponsorisé






      MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:25 (2018)    Sujet du message: Alerte sur le chapitre (suite)

      Revenir en haut
      Montrer les messages depuis:   
      Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fidélité catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique Toutes les heures sont au format GMT
      Page 1 sur 1

       
      Sauter vers:  

      Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
      Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
      Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template