Fidélité catholique francophone Index du Forum Fidélité catholique francophone
Ce forum est un espace de discussion pour défendre la Foi Catholique à la suite de Mgr Marcel Lefebvre. Il n'est donc ni pour le ralliement à l'église conciliaire ni pour le sédévacantisme.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

La crise dans l’Eglise : quelles racines, quels remèdes ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fidélité catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Proximus


Hors ligne

Inscrit le: 10 Jan 2017
Messages: 4

MessagePosté le: Jeu 14 Juin - 19:25 (2018)    Sujet du message: La crise dans l’Eglise : quelles racines, quels remèdes ? Répondre en citant

La crise dans l’Eglise : quelles racines, quels remèdes ?, par Mgr Fellay – 14 juin 2018



POSTED BY LA PORTE LATINE ON 14 JUIN 2018 IN REVUE DE PRESSE
Message de Mgr Bernard Fellay, Supérieur général de la Fraternité Saint-Pie X, à la journée d’étude sur « les racines de la crise dans l’Eglise », Rome, 23 juin 2018. 
Cette journée d’étude est très utile, car il est plus que nécessaire aujourd’hui de remonter aux racines de la crise dans l’Eglise. En septembre dernier, lors de la publication de la Correctio filialis que j’ai signée, je souhaitais que « le débat sur ces questions majeures s’amplifie, afin que la vérité soit rétablie et l’erreur condamnée », c’est dire que j’adhère pleinement à l’objectif que vous vous êtes fixé : « Le rejet de ces erreurs et le retour, avec l’aide de Dieu, à la Vérité catholique complète et vécue, est la condition nécessaire de la renaissance de l’Eglise. » (Présentation du congrès du 23 juin 2018) 
 
Correspondance entre le cardinal Ottaviani et Mgr Lefebvre 
Votre démarche s’inscrit dans la ligne d’un échange de correspondance peu connu entre le cardinal Ottaviani et Mgr Lefebvre, qui peut nous fournir un éclairage précieux. Cet échange a eu lieu un an après la fin du Concile, en 1966. 
En effet, le 24 juillet 1966, le cardinal Alfredo Ottaviani, alors Pro-préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, faisait parvenir aux évêques une lettre dans laquelle il dressait la liste de 10 erreurs qui s’étaient manifestées après le concile Vatican II. On peut y lire ces affirmations dont l’actualité, plus de 50 ans après, demeure intacte : 
« La vérité objective et absolue, ferme et immuable, n’est presque pas admise par certains, qui soumettent toutes choses à un certain relativisme et ceci pour la raison fallacieuse que toute vérité suit nécessairement le rythme de l’évolution de la conscience et de l’histoire ». (n° 4) 
« Des erreurs non moindres sont répandues dans le domaine de la théologie morale. En effet certains, non en petit nombre, osent rejeter la règle objective de la moralité ; d’autres n’acceptent pas la loi naturelle, mais affirment la légitimité de la morale de situation, comme ils disent. Des opinions pernicieuses sont proposées sur la moralité et la responsabilité en matière sexuelle et matrimoniale ». (n° 9) 
La remise en cause de « la vérité objective et absolue » et de « la règle objective de la moralité », la promotion d’un « relativisme », la légitimation de « la morale de situation », telles sont les racines de la crise dans l’Eglise. 
Le 20 décembre 1966 Mgr Marcel Lefebvre, alors Supérieur général des Pères du Saint-Esprit, répondit au cardinal Ottaviani par une liste de doutes. Ces dubia n’étaient pas les siens, mais ceux qu’il voyait s’introduire dans l’enseignement officiel, à la suite du Concile : « Qu’il s’agisse 
– de la transmission de la juridiction des évêques,
– des deux sources de la Révélation,
– de l’inspiration scripturaire,
– de la nécessité de la grâce pour la justification,
– de la nécessité du baptême catholique,
– de la vie de la grâce chez les hérétiques, schismatiques et païens,
– des fins du mariage,
– de la liberté religieuse,
– des fins dernières, etc. 
Sur ces points fondamentaux, la doctrine traditionnelle était claire et enseignée unanimement dans les universités catholiques. Or, de nombreux textes du Concile sur ces vérités permettent désormais d’en douter ». 
Au sujet de cette clarté de la doctrine traditionnelle rendue trouble à partir du Concile, l’aveu – 24 ans après – du P. Peter Henrici s.j., dans son article « La maturation du Concile » (in Communio n° 92, nov.-déc. 1990, p. 85 et sqq.), confirme le bien-fondé de l’inquiétude de Mgr Lefebvre. Le théologien suisse n’hésite pas, en effet, à voir au Concile « l’affrontement de deux traditions différentes de la doctrine théologique, qui ne pouvaient, au fond, se comprendre mutuellement ! ». 
Conséquences pratiques des doutes et erreurs 
Mais Mgr Lefebvre ne se contentait pas d’énoncer et de dénoncer les doutes nouvellement apparus, il ajoutait aussitôt au cardinal Ottaviani : « Les conséquences en ont été rapidement tirées et appliquées dans la vie de l’Eglise ». Suivent alors, sous la plume de Mgr Lefebvre, les conséquences pratiques, pastorales, de ces doutes : 
– Les doutes sur la nécessité de l’Eglise et des sacrements entraînent la disparition des vocations sacerdotales. 
– Les doutes sur la nécessité et la nature de la « conversion » de toute âme entraînent la disparition des vocations religieuses, la ruine de la spiritualité traditionnelle dans les noviciats, l’inutilité des missions. 
– Les doutes sur la légitimité de l’autorité et l’exigence de l’obéissance provoqués par l’exaltation de la dignité humaine, de l’autonomie de la conscience, de la liberté, ébranlent toutes les sociétés en commençant par l’Eglise, les sociétés religieuses, les diocèses, la société civile, la famille. (…) 
– Les doutes sur la nécessité de la grâce pour être sauvé provoquent la mésestime du baptême désormais remis à plus tard, l’abandon du sacrement de pénitence. (…) 
– Les doutes sur la nécessité de l’Eglise source unique de salut, sur l’Eglise catholique seule vraie religion, provenant des déclarations sur l’œcuménisme et la liberté religieuse, détruisent l’autorité du Magistère de l’Eglise. En effet, Rome n’est plus la « Magistra Veritatis » unique et nécessaire
Proposition de remèdes concrets 
Face à ces maux, Mgr Lefebvre propose respectueusement à l’adresse du Souverain Pontife des remèdes concrets : « Que le Saint-Père (…) daigne par des documents importants proclamer la vérité, poursuivre l’erreur, sans crainte des contradictions, sans crainte des schismes, sans crainte de remettre en cause les dispositions pastorales du Concile » 
Il demande au pape de soutenir efficacement les évêques fidèles : « Daigne le Saint-Père : 
– encourager les évêques à redresser la foi et les mœurs individuellement, chacun dans leurs diocèses respectifs, comme il convient à tout bon pasteur ; 
– soutenir les évêques courageux, les inciter à réformer leurs séminaires, à y restaurer les études selon saint Thomas ; 
– encourager les supérieurs généraux à maintenir dans les noviciats et les communautés les principes fondamentaux de toute ascèse chrétienne, surtout l’obéissance ; 
– encourager le développement des écoles catholiques, 
– la presse de saine doctrine, 
– les associations de familles chrétiennes ; 
– enfin réprimander les fauteurs d’erreurs et les réduire au silence ». 
A son humble niveau, dans la Fraternité Saint-Pie X qu’il fonda en 1970, Mgr Lefebvre s’est efforcé de mettre en œuvre ces remèdes : enseignement thomiste dans les séminaires, ascèse chrétienne et obéissance inculquées aux séminaristes ; et autour des prieurés : écoles catholiques, presse catholique, associations de familles chrétiennes. 
Cette mise en œuvre pratique était essentielle pour le fondateur de la Fraternité : faire ce qui est possible à son niveau, avec les grâces de son état, mais en n’oubliant jamais – comme il l’écrit au cardinal Ottaviani – que « le Successeur de Pierre et lui seul peut sauver l’Eglise ». 
De l’exclusif à l’inclusif… et retour 
Il convient d’ajouter ici qu’aux yeux de Mgr Lefebvre, cette mise en œuvre pratique est un remède efficace au relativisme. Il veut répondre au plan doctrinal, mais aussi au plan pastoral parce qu’il a conscience de la dimension idéologique des nouveautés postconciliaires. Or on ne peut répondre de façon purement spéculative à une idéologie, car elle ne verra dans cette réponse qu’une idéologie contraire et non pas le contraire d’une idéologie. Tel est le mode de raisonnement de ce relativisme subjectiviste qui dilue « la vérité objective et absolue » et « la règle objective de la moralité ». 
En fait, les « doutes » dénoncés plus haut ont pour conséquence la remise en cause de l’essentiel, à savoir la mission salvifique de l’Eglise, par la promotion de ce « christianisme secondaire » si bien analysé par Romano Amerio. Cette perte de vue de l’essentiel brouille l’enseignement doctrinal et moral jusque-là clair. Lorsque la mission salvifique de l’Eglise n’est plus centrale, ni prioritaire, plus rien n’est hiérarchisé, ni structuré harmonieusement, et l’on a tendance à justifier les contradictions, les incohérences – qui sont beaucoup plus que des « doutes » ! 
Dès lors, on va faire en sorte que ce qui dans la bouche de Notre Seigneur était exclusif : ou l’un ou l’autre (« Nul ne peut servir deux maîtres, car ou il haïra l’un et aimera l’autre, ou il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. » Mt 6, 24), devienne conciliable ou inclusif, comme on dit aujourd’hui. On remplacera le ou l’un ou l’autre par la formule et l’un et l’autre « qui combine le ciel et le monde en un composé, dont la partie dominante qui donne au composé son caractère, est le monde » (Romano Amerio, Iota unum, étude sur les variations de l’Eglise catholique au XXe siècle, Nouvelles Editions Latines, 1987, p. 417). – Cela au nom d’une « miséricorde pastorale », englobant immigration, droits de l’homme et écologie… 
C’est pourquoi Mgr Lefebvre a tant insisté pour qu’on laisse à la Fraternité Saint-Pie X une entière liberté pour « faire l’expérience de la Tradition ». Face à l’idéologie relativiste et à ses conséquences stérilisantes pour l’Eglise (vocations en déclin, pratique religieuse en chute constante…), il savait qu’il fallait expérimentalement opposer les fruits de la Tradition bimillénaire. Il souhaitait que ce retour à la Tradition permette, un jour, à l’Eglise de se la réapproprier. Remonter aux racines de la crise, c’est – dans le même temps – remonter à la Tradition : des effets aux causes, des fruits à l’arbre, comme nous y invite Notre Seigneur. Et là, il n’y a pas d’idéologie qui tienne, car les faits et les chiffres ne sont pas « traditionalistes », encore moins « lefebvristes », ils sont bons ou mauvais, comme l’arbre qui les produit. 
Qu’à partir de cette expérience modeste mais irréfutable, l’Eglise puisse se réapproprier sa Tradition, tel est le but de Mgr Lefebvre et de son œuvre. Et nous ne pouvons que faire nôtre la conclusion de sa lettre au cardinal Ottaviani : 
« Sans doute suis-je bien téméraire de m’exprimer de cette manière ! Mais c’est d’un amour ardent que je compose ces lignes, amour de la gloire de Dieu, amour de Jésus, amour de Marie, de son Eglise, du Successeur de Pierre, évêque de Rome, Vicaire de Jésus-Christ ». 
Mgr Bernard Fellay 
La Porte Latine du 14 juin 2018http://medias-catholique.info/la-crise-dans-leglise-quelles-racines-quels-remedes-par-mgr-fellay-14-juin-2018/14709


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 14 Juin - 19:25 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
St Jean Marie Vianney


Hors ligne

Inscrit le: 07 Fév 2017
Messages: 64

MessagePosté le: Jeu 14 Juin - 19:35 (2018)    Sujet du message: La crise dans l’Eglise : quelles racines, quels remèdes ? R Répondre en citant

Merci à Proximus pour ce document, La Porte Latine vient de le retirer.

Revenir en haut
Joseph


Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2017
Messages: 73

MessagePosté le: Jeu 14 Juin - 20:05 (2018)    Sujet du message: La crise dans l’Eglise : quelles racines, quels remèdes ? Répondre en citant

Menzingen s'est  précipité pour publier ce message qui annonçait effectivement la participation de Mgr Fellay à cette journée d'étude. Pour une raison mystérieuse, ils ont ensuite supprimé le communiqué pour ne laisser que ce message.







Quoiqu'il en soit de ces manœuvres tortueuses de Mgr Fellay, ce texte nous confirme une fois de plus sa volonté d’œuvrer avec les conciliaires dans sa naïve idée de "faire l'expérience de la Tradition".


Revenir en haut
Viguerie


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 458

MessagePosté le: Jeu 14 Juin - 20:50 (2018)    Sujet du message: La crise dans l’Eglise : quelles racines, quels remèdes ? Répondre en citant

Commentaire du site Reconquista après la parution du message de Mgr Fellay
https://cristiadatradicinalista.blogspot.com/



STRATEGIE DE LA MAISON GENERALE

Sous la signature de Mgr Fellay, un texte fort intéressant est paru ce jour sur le site de La Porte latine.


Rédigé dans la perspective d'une réunion prévue à Rome le 23 juin, le message apparaît comme une confirmation de la stratégie actuelle du Supérieur Général face à la dérive des autorités romaines : la Fraternité Saint-Pie X doit revenir à la réclamation première de Mgr Lefebvre...


"- Très Saint Père, laissez-nous faire l'expérience de la Tradition !"


Ce qui se traduit en clair par : "Cessons d'attaquer Rome ! Et plutôt que d'exiger du pape la condamnation solennelle des erreurs conciliaires et une profession publique de la foi catholique, ... démontrons à l'Eglise que nous sommes les meilleurs !"


Les membres du Chapitre général FSSPX de juillet sont désormais bien avertis...

Et avec eux, les lecteurs de Reconquista.


Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 318

MessagePosté le: Jeu 14 Juin - 22:19 (2018)    Sujet du message: La crise dans l’Eglise : quelles racines, quels remèdes ? Répondre en citant

En même temps ce communiqué - qui n'a pas encore été communiqué - est très bien sous beaucoup d'aspects... Il est clair que les progressistes n'accorderont jamais ce qui est demandé, de permettre l'expérience de la tradition.

Revenir en haut
Rita


Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2017
Messages: 80

MessagePosté le: Mer 20 Juin - 15:50 (2018)    Sujet du message: La crise dans l’Eglise : quelles racines, quels remèdes ? Répondre en citant

Si le communiqué de Mgr Fellay n'a pas été "re-publié", le site officiel de la FSSPX présente tout de même ce colloque, avec liste des intervenants (je n'y ai pas vu de tradi, plutôt des ralliés ou conservateurs ), avec renseignements pratiques :

https://fsspx.news/fr/programme-de-la-rencontre-sur-les-racines-de-la-crise-dans-eglise-38770

Citation:
Programme de la rencontre sur « les racines de la crise dans l’Eglise »
19 JUIN, 2018 PAR FSSPX.NEWS


Après le colloque « Eglise, où vas-tu ? » qui s’est tenu à Rome le 7 avril 2018, la Fondation Lépante, présidée par l’historien Roberto de Mattei, organise une rencontre internationale sur le thème « Modernisme ancien et nouveau : les racines de la crise dans l’Eglise », le samedi 23 juin 2018, à Rome.

Cette rencontre réunit des théologiens, philosophes, historiens et chercheurs, à l’origine de la Correction filiale adressée au pape François le 16 juillet 2017, et rendue publique le 24 septembre suivant.

Interviendront en italien, anglais et français : le Professeur Roberto de Mattei : Il modernismo : radici e conseguenze storiche ; le Professeur Giovanni Turco : Il modernismo come “filosofia della prassi” ; le Docteur John R. T. Lamont : The Nouvelle Théologie and neomodernism ; le R.P. Albert Kallio o.p. : Collegiality : A New Doctrine ? ; le Professeur Enrico Radaelli : Romano Amerio e il modernismo ; l’abbé Claude Barthe : La réforme liturgique, miroir du projet conciliaire ; le Docteur Maria Guarini : L’applicazione del Summorum Pontificum ; le Professeur Don Alberto Strumia : Oltre il relativismo. Condizioni per un costruttivo rapporto tra scienza e fede ; le Professeur Valerio Gigliotti : Il papa eretico : tra teologia e prassi giuridica ; José Antonio Ureta : Pope Francis : a change of paradygm in the mission of the Church ?

Les organisateurs présentent cette journée d’étude en ces termes : « Pour comprendre où va l’Eglise aujourd’hui, il est nécessaire de remonter à la racine des erreurs qui, au fil des ans, ont pénétré à l’intérieur du Corps mystique du Christ, du sommet à la base. Le rejet de ces erreurs et le retour, avec l’aide de Dieu, à la Vérité catholique complète et vécue, est la condition nécessaire de la renaissance de l’Eglise ».

Journée d’étude « Les racines de la crise dans l’Eglise », 23 juin 2018 : Hôtel Massimo d’Azeglio, Via Cavour 18, Roma. Inscription obligatoire : info@fondazionelepanto.org – Tél : +39.06 32 20 291



Revenir en haut
Mikaël


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 307
Localisation: Genève

MessagePosté le: Jeu 21 Juin - 07:13 (2018)    Sujet du message: La crise dans l’Eglise : quelles racines, quels remèdes ? Répondre en citant

On a ici l'illustration parfaite de ce qu’est l'imprudence : Mgr Fellay ne craint pas de se mélanger avec ceux qui ne voient aucun inconvénient à travailler "dans le système conciliaire" pour le faire évoluer de l'intérieur. L’abbé Claude Barthe est un cas emblématique de ces débatteurs savants et inutiles. On nous annoncerait à la dernière minute la participation du Cardinal Burke et de Mgr Athanasius Schneider à ce colloque romain… que nous ne serions pas étonnés !

Inversement, Mgr Lefebvre nous a appris ce qu'était la vertu de prudence : ne pas seulement réfléchir sur le mal présent - c'est facile, et en général les ralliés, toutes tendances confondues, le font assez bien sur certains sujets - mais savoir passer à l'action, couper les ponts avec les autorités modernistes tant que celles-ci détiennent les plus hautes fonctions romaines, et reconstruire des bastions. La prudence catholique est nécessairement courageuse, elle suppose et exige la vertu de force et, contrairement à Mgr Lefebvre, Mgr Fellay n'est au fond que faiblesse et défaut de caractère : il a besoin de se sentir entouré par des "gens importants à Rome" pour, croit-il ingénument, faire plier les modernistes purs et durs.

Pourquoi Mgr Lefebvre a-t-il été surnaturellement et humainement plus fort que tous ces « bons » évêques qui n'étaient pas d'accord avec le concile et ses réformes ? Parce que lui seul a créé un séminaire, a soutenu les initiatives de prêtres résistants, ne tenant aucun compte des condamnations romaines, et allant jusqu’à sacrer des évêques pour sauver le sacerdoce alors qu’il encourait une « ’excommunication ». Il expliquait partout et à tous le véritable mal qui rongeait Rome et encourageait à bâtir des chapelles, à fonder des instituts, à fortifier la vie de famille authentiquement catholique etc ... Tous ses confrères évêques, qui n'ont pas su s'opposer et agir "en marge", malgré l’hostilité de Rome, ont été inexorablement balayés par l'action moderniste, et plusieurs en sont morts… de chagrin.

S’il faut mourir, que ce soit les armes (et non un mouchoir) … à la main !

Une masse de gens faibles dans l'agir ne produira jamais rien de bon et de pérenne : au mieux ils parleront pendant des heures pour se lamenter sur le temps présent, mais en pratique ils laissent faire et se soumettent au quotidien à ceux qui démolissent la foi et veulent anéantir la Tradition. Voilà les conséquences ultimes de cette démarche "fellaysienne".

Les choses sont identiques en 2018 : un grand nombre de prêtres (et de fidèles) de la FSSPX ont sans doute très bien compris ce qui se passe actuellement dans leur société religieuse. Mais que faire ? Gémir ? Tonner en chaire ? Dire qu’ils ne sont pas d’accord ? Ce serait un bon début certes, mais ce n'est pas la prudence catholique intégrale.

Celle-ci consiste à prendre les moyens efficaces pour continuer l'Oeuvre édifiée par Mgr Lefebvre pour la défense de la foi, et la soustraire au plus vite à ce ralliement « par paliers », « sacrement par sacrement » (quel coup de génie des modernistes romains !).


Dernière édition par Mikaël le Jeu 21 Juin - 16:30 (2018); édité 3 fois
Revenir en haut
Catharina T.O.P.


Hors ligne

Inscrit le: 15 Mar 2017
Messages: 29
Localisation: République Tchèque

MessagePosté le: Jeu 21 Juin - 08:11 (2018)    Sujet du message: La crise dans l’Eglise : quelles racines, quels remèdes ? Répondre en citant

Reportage sur S.E.R. Mgr Marcel François Lefebvre, Fondateur F.S.S.P.X.
Anno Domini 1975




https://www.youtube.com/watch?v=mXSyxsOGlFM

Monseigneur Marcel Lefebvre, à 4:26, est interrogé à propos de sa désobéissance au pape Paul VI.
Vers 5:42, le jeune Richard Williamson parle de ses problèmes avec les vitres...


Source : YouTube via web MPI (Medias-Presse Info).

Prions que Bon Dieu sauve (neo)FSSPX.

_________________
+Christus vincit!+Christus regnat!+Christus imperat!+


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Joseph


Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2017
Messages: 73

MessagePosté le: Jeu 21 Juin - 16:28 (2018)    Sujet du message: La crise dans l’Eglise : quelles racines, quels remèdes ? Répondre en citant

Bien vu, Mikaël, vous avez pointé l'incroyable faiblesse de caractère du Supérieur général, piètre successeur d'un grand évêque.
J'ai bien apprécié votre conclusion : quel coup de génie des modernistes romains !


J'ajouterai pour ma part : quelle confusion aura devant l'histoire Mgr Fellay pour s'être prêté à ce scenario des "paliers", s'agissant des sacrements de la Sainte Eglise !


Quelle honte lui revient déjà d'avoir exprimé sa "reconnaissance" au pape pour la concession de la juridiction sur les confessions le soir même de l'annonce romaine du 1er septembre 2015, se dispensant ainsi de convoquer un Chapitre Extraordinaire pour se faire autoriser à l'accepter ! Il a ainsi effrontément contourné la règle du Chapitre de 2012. Heureusement, cette misérable manoeuvre commence à circuler partout sur internet, ouvrant enfin les yeux des plus naïfs "accordistes"...



Si les capitulants de juillet sont conscients de tout cela, comment pourraient-ils envisager de conserver un tel homme à la tête de la Fraternité 12 années de plus, ou ce qui revient au même, de lui choisir un remplaçant parmi ses "candidats préférés" ?


Que Dieu préserve la Tradition, et l'Eglise elle-même, d'un tel malheur !





Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:45 (2018)    Sujet du message: La crise dans l’Eglise : quelles racines, quels remèdes ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fidélité catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template