Fidélité catholique francophone Index du Forum Fidélité catholique francophone
Ce forum est un espace de discussion pour défendre la Foi Catholique à la suite de Mgr Marcel Lefebvre. Il n'est donc ni pour le ralliement à l'église conciliaire ni pour le sédévacantisme.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Humanae vitae de Paul VI

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fidélité catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Joseph


Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2017
Messages: 140

MessagePosté le: Jeu 23 Aoû - 18:28 (2018)    Sujet du message: Humanae vitae de Paul VI Répondre en citant

A l'occasion des 50 ans de la publication de l'encyclique "humanae vitae" de Paul VI sur la question de la procréation, la direction de la FSSPX revient une fois de plus sur le sacro-saint paradigme de l'herméneutique de la continuité inventé par Benoît XVI pour sauver son concile : il faudrait lire et interpréter les documents conciliaires et post conciliaires dans la lumière de la tradition pour bien les lire. Même si "humanae vitae" peut être lue sans trop de difficulté dans le sens de Casti connubii de Pie XI au moins dans ses conséquences pratiques, il est tout à fait aberrant de prétendre lire le concile dans la lumière de la tradition. La seule alternative est de mettre "tout le concile à la poubelle" comme le disait (autrefois) Mgr Tissier de Mallerais. Parce que le concile est avant tout un esprit (maçonnique, libéral) dans lequel l'homme se trouve le principe et la fin. 


Mais cette optique de rejet global et spirituel du concile n'est plus celle de la néo fsspx ...même post chapitre 2018 semble-t-il ? 


https://fsspx.news/fr/news-events/news/encyclique-humanae-vitae-cinquante-a…


Citation:
Aux héritiers de cette contestation, qui nous proposent aujourd’hui de “réinterpréter” Humanæ vitæ à la lumière d’Amoris lætitia (2016), nous répondons donc avec fermeté que nous continuerons à lire l’encyclique de Paul VI à la lumière de Casti connubii et du magistère pérenne de l’Eglise. 






Dernière édition par Joseph le Jeu 30 Aoû - 07:42 (2018); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 23 Aoû - 18:28 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 446

MessagePosté le: Ven 24 Aoû - 08:49 (2018)    Sujet du message: Humanae vitae de Paul VI Répondre en citant

Pour se rendre compte des illusions que se fait la néo-FSSPX il suffit de regarder cette page de vatican.news :

https://www.vaticannews.va/fr/vatican/news/2018-08/irlande-rencontre-famill…


Revenir en haut
Joseph


Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2017
Messages: 140

MessagePosté le: Ven 24 Aoû - 15:01 (2018)    Sujet du message: Humanae vitae de Paul VI Répondre en citant

Le RP Marie Dominique avait publié une analyse d'une grande rigueur morale sur cette encyclique de Paul VI dans le sel de la Terre n°75. Contrairement aux affirmations de la maison générale de la FSSPX, il s'avère que cette encyclique s'appuie sur de mauvais principes même si les conclusions paraissent bonnes. Elle n'a donc pas du tout la force morale de l'encyclique de Pie XI sur cette question.
 
Citation:
Deuxième partie : principes doctrinaux  d'Humanae Vitae (HV 7-18)


Tout d’abord, est mise en premier « la communion [des époux] en vue d’un mutuel perfectionnement personnel (HV 8). » Paul VI en donnera lui- même l’explication :
Nous avons volontiers suivi la conception personnaliste propre à la doctrine conciliaire touchant la société conjugale, en donnant ainsi à l’amour qui l’engendre et l’alimente, la place prééminente qui lui revient dans l’évaluation du mariage .
Le père Martelet S.J., l’un des principaux artisans de l’encyclique, commentera :




L’amour n’était plus défini d’abord par la procréation : son sens de communion conjugale passait au premier plan et commandait tout ce qui en résulte 1.
Dans ce contexte, la procréation n’est bien sûr plus indiquée comme étant la fin primaire du mariage.


Lorsqu’on lit le paragraphe 9 de Humanæ vitæ, on constate que la fécondité de l’amour ne vient qu’en dernier lieu dans une énumération qui compte quatre caractéristiques de l’union conjugale. A cet endroit, l’encyclique de 1968 ne paraît donc pas avoir tranché en faveur de la morale des manuels classiques .
Il est utile de se rappeler ici le commentaire de Mgr Delhaye cité plus haut :
On a refusé de dire encore « la génération fin primaire » [...] dans le souci de laisser ouverte la question de la contraception.
L’enfant n’est plus un bien du mariage, mais « le don le plus excellent » (HV 9) se référant explicitement à GS 50.
On ne trouve d’autre part aucun encouragement clair aux familles nombreuses, et pour expliquer ce qu’il faut faire lorsque les époux sont dispensés du devoir de procréer, le pape n’emploie pas le mot de continence. L’expression « continence périodique » est remplacée par les mots – tout à fait exacts au demeurant – : « recours aux périodes infécondes » (HV 16) 3, et la continence totale n’est pas même envisagée.
Évidemment, ce que tout le monde attendait, c’était la position du pape par rapport à la contraception. On avait encore en mémoire son discours au Sacré Collège du 23 juin 1964 :
Les règles données par le pape Pie XII à ce sujet doivent être considérées comme gardant toute leur valeur, du moins tant que nous ne nous sentirons pas en conscience obligé de les modifier (supra).


On va alors arriver au paradoxe d’une encyclique qui, sur le fond d’une doctrine du mariage ouvrant la porte à un esprit contraceptif, va condamner la contraception. Citons l’essentiel du texte :
L’Église, rappelant les hommes à l’observation de la loi naturelle, interprétée par sa constante doctrine, enseigne que tout acte matrimonial doit rester ouvert à la transmission de la vie (HV 11).





Cette doctrine, plusieurs fois exposée par le magistère, est fondée sur le lien indissoluble que Dieu a voulu et que l’homme ne peut rompre de son initiative, entre les deux significations de l’acte conjugal : union et procréation (HV 12). [...]
Est exclue toute action qui, soit en prévision de l’acte conjugal, soit dans son déroulement, soit dans le développement de ses conséquences naturelles, se proposerait comme moyen de rendre impossible la procréation. [...] Il n’est pas permis, même pour de très graves raisons, de faire le mal afin qu’il en résulte un bien (Rm 3, 8), c’est-à-dire de prendre comme objet positif de volonté ce qui est intrinsèquement un désordre et par conséquent une chose indigne de la personne humaine, même avec l’intention de sauvegarder ou de promouvoir des biens in- dividuels, familiaux ou sociaux. C’est donc une erreur de penser qu’un acte conjugal rendu volontairement infécond, et par conséquent intrinsèquement déshonnête, puisse être rendu honnête par l’ensemble d’une vie conjugale féconde (HV 14).


Dans Casti connubii, le pape Pie XI ajoutait :
Ceux qui auront commis quelque chose de pareil, se sont souillés d’une faute grave (supra).


PaulVI évite cette qualification. Bien sûr, on pourra arguer que l’« intrinsèquement déshonnête » en un tel domaine, ne peut être qu’un péché mortel. Pie XI, qui avait employé l’expression plus forte : « intrinsèquement contre-nature », avait quand même tenu à préciser que la faute était grave.


Est-ce un détail secondaire ? Il ne semble pas si l’on lit les commentateurs d’Humanæ vitæ :


Le caractère de « péché mortel » que certains voulaient voir attribué aux transgressions n’apparaît pas avoir été retenu par Paul VI, écrit Jan Grootærs. [...] On ne peut pas dire que la sévérité de Casti connubii a été maintenue à cet égard. Et pourtant ce point avait fait l’objet de débats difficiles à la commission pontificale de 1965-1966 1.
Cet avis est surtout partagé par le père Martelet S.J. que Paul VI lui- même, juste après la promulgation de l’encyclique, déclarait comme l’interprète officiel de sa pensée sur la morale conjugale 2 :
Reconnaître, avec l’encyclique, que la contraception demeure un désordre objectif de l’amour, [...] ce n’est pas pour autant condamner les consciences des individus ou des couples qui s’engagent dans une telle pratique parce qu’ils ne voient pas comment, en fait, ils pourraient l’éviter 1.



Une porte restait donc entrouverte, qu’une lecture rapide d’Humanæ vi-tæ ne remarque pas, mais que la plupart des épiscopats, et à leur suite nombre de prêtres, s’empresseront de franchir pour rassurer les couples onanistes.


Cela n’avait pas été possible avec Casti connubii, justement grâce au verrou de la « faute grave » qu’avait tenu à mettre Pie XI.


Autre faiblesse: l’absence de formule solennelle – qui tranche par exemple avec les enseignements de Pie XI et Pie XII sur ce sujet – servira de prétexte à plusieurs épiscopats pour nier l’infaillibilité de l’enseignement de Paul VI, et donc son caractère obligatoire ; argument malhonnête, puisque Paul VI ne faisait que réitérer une condamnation qui avait été faite solennellement et infailliblement par ses prédécesseurs. Mais c’est un autre verrou que Paul VI avait refusé de poser :
Malgré l’insistance des conseillers les plus préoccupés d’affirmer l’autorité doctrinale du Saint-Père, la qualification « infaillible » de l’encyclique fut refu- sée par le pape lui-même. Pendant le dernier trimestre de 1967, il y eut un débat très vif à ce sujet entre d’une part l’évêque de Mayence, Mgr Reuss, et le cardi- nal Ottaviani d’autre part : ce débat avait rendu publique la tension qui existait à huis clos.


Autre absence dans Humanæ vitæ : aucune mention n’est faite des adversaires de Notre-Seigneur, qui sont les principaux responsables de la dégradation actuelle de la morale conjugale. Pie XI fustigeait vigoureuse- ment, dans Casti connubii ceux qui
tournent en dérision la sainteté du mariage par la parole et par les écrits, par les représentations théâtrales de tout genre, par les romans, [...] les projections cinématographiques, les discours radiophoniques, [...] les livres que l’on ne craint pas de représenter comme des ouvrages scientifiques. [...] Tous les fau- teurs de ces doctrines nouvelles, [...] plus ou moins consciemment, sont les émissaires du pire des ennemis [Satan] 3.
Rien de cela dans Humanæ vitæ. Depuis Jean XXIII, les autorités officiel- les de l’Église sont persuadées qu’il n’y a plus d’ennemis. 







Dernière édition par Joseph le Jeu 30 Aoû - 07:42 (2018); édité 3 fois
Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 446

MessagePosté le: Dim 26 Aoû - 21:33 (2018)    Sujet du message: Humanae vitae de Paul VI Répondre en citant

Merci pour cette explication sur Humanae Vitae, il y a un problème de fond à prétendre relire des textes conciliaires à la lumière de la Tradition.

Le "§2 Nouvelles données du problèmes" d'Humanae Vitae (lisible ici http://fsspx.news/fr/content/31442) indique déjà une dérive, en exagérant l'importance de l'économie, et surtout en adoptant quasiment la présentation du problème proposée par le monde.


Il faudrait également si une critique similaire ne peut pas faite à propos de l'instruction Donum Vitae (1987) qui condamne un certain nombre de pratiques artificielles en procréation, mais en s'appuyant assez largement sur la "dignité humaine" et le développement humain intégral, de sorte qu'il juge surtout ce qui se passe postérieurement à l'existence du zygote (le début de l'embryon) tandis que le texte est moins précis pour condamner ce qui se passe avant (c'est-à-dire un certain nombre de pratiques innommables).


Revenir en haut
Viguerie


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 539

MessagePosté le: Jeu 30 Aoû - 19:18 (2018)    Sujet du message: Humanae vitae de Paul VI Répondre en citant

lu sur le site https://cristiadatradicinalista.blogspot.com/  analyse qui donne un bon éclairage sur cette question doctrinale de première importance.



"Humanae Vitae" de Paul VI et Casti Connubii de Pie XI : la même doctrine ?



Nous publions cette brève analyse parue sur http://resistance.vraiforum.com/t689-Humanae-vitae-de-Paul-VI.htm , Cette étude mériterait sûrement un approfondissement en raison des graves conséquences familiales que la déclaration, au mieux ambiguë, de la FSSPX pourrait entraîner dans nos milieux. Si la FSSPX accepte en effet l'encyclique "Humanae vitae" sans aucune restriction, elle en accepte par conséquent les principes sous-jacents qui aboutiront tôt ou tard à des pratiques gravement contraceptives et miner la générosité des bonnes familles. Une étude très intéressante publiée dans "Le courrier de Rome" révélait d'ailleurs, il y a quelques années, la pratique quasi universelle "de l'usage de la méthode naturelle" (contraceptive) dans les milieux ralliés.


A l'occasion des 50 ans de la publication de l'encyclique "Humanae vitae" de Paul VI sur la question de la contraception , le site officiel de la FSSPX revient une fois de plus sur le sacro-saint paradigme de l'herméneutique de la continuité inventé par Benoît XVI pour sauver le concile vatican II : "il faudrait lire et interpréter les documents conciliaires et post conciliaires dans la lumière de la tradition pour bien les lire". Même si "humanae vitae" peut être lue sans trop de difficulté dans le sens de Casti connubii de Pie XI au moins dans ses conséquences, il est tout à fait aberrant de prétendre interpréter les principes conciliaires dans la lumière de la tradition. La seule alternative est de mettre "tout le concile à la poubelle" comme le disait (autrefois) Mgr Tissier de Mallerais. Parce que le concile est avant tout un esprit (maçonnique, libéral) dans lequel l'homme se trouve le principe et la fin.


Mais cette optique de rejet global et spirituel du concile n'est plus celle de la nouvelle FSSPX ...même post-chapitre 2018 semble-t-il. 


Voici donc ce que nous lisons en conclusion de l'article tout à la louange d"'Humanae Vitae" :

https://fsspx.news/fr/news-events/news/encyclique-humanae-vitae-cinquante-a…

citation :
tr_bq a écrit:


"Aux héritiers de cette contestation, qui nous proposent aujourd’hui de “réinterpréter” Humanæ vitæ à la lumière d’Amoris lætitia (2016), nous répondons donc avec fermeté que nous continuerons à lire l’encyclique de Paul VI à la lumière de Casti connubii et du magistère pérenne de l’Eglise."


Pourquoi donc la Tradition Catholique ne devrait pas se référer à "Humanae Vitae" de Paul VI ?


Le RP Marie Dominique avait publié une analyse d'une grande rigueur morale sur cette encyclique de Paul VI dans le sel de la Terre n°75. Contrairement aux affirmations de la maison générale de la FSSPX, il s'avère que cette encyclique s'appuie sur de mauvais principes même si les conclusions paraissent bonnes. Elle n'a donc pas du tout la force morale de l'encyclique de Pie XI sur cette question.


Citation:

tr_bq a écrit:

Deuxième partie : principes doctrinaux d'Humanae Vitae (HV 7-18) 

tr_bq a écrit:


Tout d’abord, est mise en premier « la communion [des époux] en vue d’un mutuel perfectionnement personnel (HV 8). » Paul VI en donnera lui- même l’explication :
"Nous avons volontiers suivi la conception personnaliste propre à la doctrine conciliaire touchant la société conjugale, en donnant ainsi à l’amour qui l’engendre et l’alimente, la place prééminente qui lui revient dans l’évaluation du mariage."
Le père Martelet S.J., l’un des principaux artisans de l’encyclique, commentera :
"L’amour n’était plus défini d’abord par la procréation : son sens de communion conjugale passait au premier plan et commandait tout ce qui en résulte.Dans ce contexte, la procréation n’est bien sûr plus indiquée comme étant la fin primaire du mariage." 
Lorsqu’on lit le paragraphe 9 de Humanæ vitæ, on constate que la fécondité de l’amour ne vient qu’en dernier lieu dans une énumération qui compte quatre caractéristiques de l’union conjugale. A cet endroit, l’encyclique de 1968 ne paraît donc pas avoir tranché en faveur de la morale des manuels classiques .
Il est utile de se rappeler ici le commentaire de Mgr Delhaye cité plus haut :
"On a refusé de dire encore « la génération fin primaire » [...] dans le souci de laisser ouverte la question de la contraception."L’enfant n’est plus un bien du mariage, mais « le don le plus excellent » (HV 9) se référant explicitement à GS 50.
On ne trouve d’autre part aucun encouragement clair aux familles nombreuses, et pour expliquer ce qu’il faut faire lorsque les époux sont dispensés du devoir de procréer, le pape n’emploie pas le mot de continence. L’expression « continence périodique » est remplacée par les mots – tout à fait exacts au demeurant – : « recours aux périodes infécondes » (HV 16) 3, et la continence totale n’est pas même envisagée.
Évidemment, ce que tout le monde attendait, c’était la position du pape par rapport à la contraception. On avait encore en mémoire son discours au Sacré Collège du 23 juin 1964 :
"Les règles données par le pape Pie XII à ce sujet doivent être considérées comme gardant toute leur valeur, du moins tant que nous ne nous sentirons pas en conscience obligé de les modifier (supra)".
On va alors arriver au paradoxe d’une encyclique qui, sur le fond d’une doctrine du mariage ouvrant la porte à un esprit contraceptif, va condamner la contraception. 

Citons l’essentiel du texte : 
L’Église, rappelant les hommes à l’observation de la loi naturelle, interprétée par sa constante doctrine, enseigne que tout acte matrimonial doit rester ouvert à la transmission de la vie (HV 11).
Cette doctrine, plusieurs fois exposée par le magistère, est fondée sur le lien indissoluble que Dieu a voulu et que l’homme ne peut rompre de son initiative, entre les deux significations de l’acte conjugal : union et procréation (HV 12). [...]
Est exclue toute action qui, soit en prévision de l’acte conjugal, soit dans son déroulement, soit dans le développement de ses conséquences naturelles, se proposerait comme moyen de rendre impossible la procréation. [...] Il n’est pas permis, même pour de très graves raisons, de faire le mal afin qu’il en résulte un bien (Rm 3, 8), c’est-à-dire de prendre comme objet positif de volonté ce qui est intrinsèquement un désordre et par conséquent une chose indigne de la personne humaine, même avec l’intention de sauvegarder ou de promouvoir des biens individuels, familiaux ou sociaux. C’est donc une erreur de penser qu’un acte conjugal rendu volontairement infécond, et par conséquent intrinsèquement déshonnête, puisse être rendu honnête par l’ensemble d’une vie conjugale féconde (HV 14).
Dans Casti connubii, le pape Pie XI ajoutait :
Ceux qui auront commis quelque chose de pareil, se sont souillés d’une faute grave (supra).
Paul VI évite cette qualification. Bien sûr, on pourra arguer que l’« intrinsèquement déshonnête » en un tel domaine, ne peut être qu’un péché mortel. Pie XI, qui avait employé l’expression plus forte : « intrinsèquement contre-nature », avait quand même tenu à préciser que la faute était grave.
Est-ce un détail secondaire ? Il ne semble pas si l’on lit les commentateurs d’Humanæ vitæ :
Le caractère de « péché mortel » que certains voulaient voir attribué aux transgressions n’apparaît pas avoir été retenu par Paul VI, écrit Jan Grootærs. [...] On ne peut pas dire que la sévérité de Casti connubii a été maintenue à cet égard. Et pourtant ce point avait fait l’objet de débats difficiles à la commission pontificale de 1965-1966.
Cet avis est surtout partagé par le père Martelet S.J. que Paul VI lui- même, juste après la promulgation de l’encyclique, déclarait comme l’interprète officiel de sa pensée sur la morale conjugale :
"Reconnaître, avec l’encyclique, que la contraception demeure un désordre objectif de l’amour, [...] ce n’est pas pour autant condamner les consciences des individus ou des couples qui s’engagent dans une telle pratique parce qu’ils ne voient pas comment, en fait, ils pourraient l’éviter.
"
Une porte restait donc entrouverte, qu’une lecture rapide d’Humanæ vi-tæ ne remarque pas, mais que la plupart des épiscopats, et à leur suite nombre de prêtres, s’empresseront de franchir pour rassurer les couples onanistes. 
Cela n’avait pas été possible avec Casti connubii, justement grâce au verrou de la « faute grave » qu’avait tenu à mettre Pie XI.


tr_bq a écrit:



Autre faiblesse: l’absence de formule solennelle – qui tranche par exemple avec les enseignements de Pie XI et Pie XII sur ce sujet – servira de prétexte à plusieurs épiscopats pour nier l’infaillibilité de l’enseignement de Paul VI, et donc son caractère obligatoire ; argument malhonnête, puisque Paul VI ne faisait que réitérer une condamnation qui avait été faite solennellement et infailliblement par ses prédécesseurs. Mais c’est un autre verrou que Paul VI avait refusé de poser :
Malgré l’insistance des conseillers les plus préoccupés d’affirmer l’autorité doctrinale du Saint-Père, la qualification « infaillible » de l’encyclique fut refu- sée par le pape lui-même. Pendant le dernier trimestre de 1967, il y eut un débat très vif à ce sujet entre d’une part l’évêque de Mayence, Mgr Reuss, et le cardi- nal Ottaviani d’autre part : ce débat avait rendu publique la tension qui existait à huis clos. 

tr_bq a écrit:


Autre absence dans Humanæ vitæ : aucune mention n’est faite des adversaires de Notre-Seigneur, qui sont les principaux responsables de la dégradation actuelle de la morale conjugale. Pie XI fustigeait vigoureusement, dans Casti connubii ceux qui tournent en dérision la sainteté du mariage par la parole et par les écrits, par les représentations théâtrales de tout genre, par les romans, [...] les projections cinématographiques, les discours radiophoniques, [...] les livres que l’on ne craint pas de représenter comme des ouvrages scientifiques. [...] Tous les fau- teurs de ces doctrines nouvelles, [...] plus ou moins consciemment, sont les émissaires du pire des ennemis [Satan] 

tr_bq a écrit:


Rien de cela dans Humanæ vitæ. Depuis Jean XXIII, les autorités officielles de l’Église sont persuadées qu’il n’y a plus d’ennemis.



Revenir en haut
CMS


Hors ligne

Inscrit le: 02 Juin 2018
Messages: 34
Localisation: Bayonne

MessagePosté le: Ven 31 Aoû - 08:36 (2018)    Sujet du message: Humanae vitae de Paul VI Répondre en citant

Gageons que le ciel donne à l'Eglise un pape parfaitement catholique, comme l'espérait SE Mgr Lefebvre pour envisager de nouveau un retour de la vraie tradition à Rome. En ce cas le pape aura bien des difficultés pour collaborer avec la Fraternité Saint Pie X si cette dernière reconnaît la valeur des textes conciliaires ou post-conciliaires. 
Le pape pourra au moins s'appuyer sur les études des pères dominicains d'Avrillé sur la question de la contraception ! 


Revenir en haut
Raphaël


Hors ligne

Inscrit le: 16 Sep 2017
Messages: 57

MessagePosté le: Ven 31 Aoû - 12:25 (2018)    Sujet du message: Humanae vitae de Paul VI Répondre en citant

@Viguerie
L'article de Reconquista n'est lui-même qu'un copier-coller des posts 1 et 3 de ce fil Smile


Revenir en haut
Viguerie


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 539

MessagePosté le: Ven 31 Aoû - 12:56 (2018)    Sujet du message: Humanae vitae de Paul VI Répondre en citant

Sad mes excuses, manque d'attention

Revenir en haut
Sisco


Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2018
Messages: 42
Localisation: Bastia

MessagePosté le: Ven 31 Aoû - 16:24 (2018)    Sujet du message: Humanae vitae de Paul VI Répondre en citant

Bien vu Reconquista !! 
Et en plus menzingrad est pris la main dans le sac en train de retripatouiller sa prose pour la rendre presque potable  Mr. Green Mr. Green Mr. Green  


Revenir en haut
Joseph


Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2017
Messages: 140

MessagePosté le: Sam 13 Oct - 19:37 (2018)    Sujet du message: Humanae vitae de Paul VI Répondre en citant

A l'occasion de la pseudo canonisation de Paul VI pour laquelle la maison générale n'émet que de simples réserves et non pas une protestation vigoureuse (pas mal pour un pape qui a fait mieux que Lüther !!), cette même maison réaffirme les bienfaits de l'encyclique :

Citation:
Certes Paul VI est le pape de l’Encyclique Humanae vitae (25 juillet 1968) qui apporta lumière et réconfort aux familles catholiques, alors que les principes fondamentaux du mariage étaient fortement attaqués.


Preuve que la maison générale de l'actuelle FSSPX ne veut rien voir des méfaits de cette encyclique de Paul VI et va même jusqu'à dire que cette encyclique au mieux ambiguë fut une lumière et un réconfort pour les familles familles catholiques. On hallucine.


Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 446

MessagePosté le: Sam 13 Oct - 19:52 (2018)    Sujet du message: Humanae vitae de Paul VI Répondre en citant

FSSPX-news aurait pu aussi rappeler que Paul VI a proclamé que la Sainte Vierge était mère de l'Eglise, comme concession à lui faire...

Pour le coup, le cardinal Poupard donne de meilleures indications :
https://www.vaticannews.va/fr/vatican/news/2018-10/paul-vi-poupard-canonisa…

pour lui les deux documents phares de Paul VI sont "populorum progressio" (c'est-à-dire une subversion personnaliste de la doctrine sociale de l'Eglise) et "evangelii nutiandi", et le cardinal Poupard ne mentionne pas les autres. Et ce sont bien sûr ces deux documents qui comptent le plus pour François Bergoglio


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:50 (2018)    Sujet du message: Humanae vitae de Paul VI

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fidélité catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template