Fidélité catholique francophone Index du Forum Fidélité catholique francophone
Ce forum est un espace de discussion pour défendre la Foi Catholique à la suite de Mgr Marcel Lefebvre. Il n'est donc ni pour le ralliement à l'église conciliaire ni pour le sédévacantisme.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Aveux convergents sur le ralliement de la FSSPX

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fidélité catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikaël


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 341
Localisation: Genève

MessagePosté le: Mar 18 Sep - 14:52 (2018)    Sujet du message: Aveux convergents sur le ralliement de la FSSPX Répondre en citant

Aveux convergents des abbés de Tanouärn (IBP) et Celier (FSSPX) : Le ralliement de la Fraternité à Rome... c'est déjà fait !


Résumé de l'entretien par nos soins : 


Le « CLUB DES HOMMES EN NOIR »
12 SEPTEMBRE 2018 – L’Homme Nouveau
__________________________________


TRANSCRIPTION DE LA FIN DE LA VIDEO (mise en ligne sur Youtube : https://youtu.be/6Bhmppt3IjM )
 
NB : la transcription a dû tenir compte des conditions de l’émission, conversation à cinq personnes fréquemment interrompue par les digressions des uns et des autres : on a donc éliminé certaines redondances ou circonlocutions verbales, lorsqu’elles n’altèrent pas le sens du propos. Les ajouts entre parenthèses italiques éclairent le contexte ou apportent des précisions utiles à la compréhension.
Nous avons surligné en rouge les passages les plus importants. 
_____________________________________





(à partir de la mn 45:30)


(A propos de la nouvelle équipe constituant le Conseil général élu par le Chapitre) 



Abbé G. de Tanouärn : (…) Je ne crois pas que cette élection soit un non-événement (…). Il y a la possibilité d’un changement de cap, en particulier dans la politique « accordiste » ou « non accordiste » avec Rome.
Et là, Mgr Alfonso de Galarreta (…), Premier Assistant (…), a sur ces questions des opinions qui ne sont pas secrètes (…) et qui sont des opinions de très grande prudence.
L’équipe précédente a été accusée (…) de vouloir aller trop vite dans l’accord. L’équipe qui vient d’être élue (par le Chapitre) est une équipe qui veut manifestement ralentir (…), au moins ralentir le processus d’intégration de la Fraternité dans l’Eglise.
Le paradoxe (…), c’est que sans qu’ils aient rien demandé, le pape François (…) est en train de leur donner la communion (avec l’Eglise) par morceaux, et sans contrepartie.
Au nom de l’Année de la miséricorde, il leur a donné le droit de confesser, (de conférer)  l’extrême-onction, puis de faire des mariages, bref la pratique sacramentelle (…) des prêtres de la Fraternité Saint-Pie X est aujourd’hui tout à fait légitime dans l’Eglise, et légitimée par le pape lui-même (…).
(…) 
François (…) est le pape qui fait le plus pour la Fraternité Saint-Pie X dans l’Eglise.
(…) 


(au sujet de la communion ecclésiale accordée « par morceaux »)


Je ne suis pas sûr que la Fraternité Saint-Pie X demande davantage que ce qu’elle a obtenu aujourd’hui du pape François, et c’est cela qui est amusant, c’est qu’on a une (nouvelle) équipe qui ne veut plus faire d’accord, mais l’accord a été fait !... et finalement tout le monde est bénéficiaire dans cette affaire : ceux qui disent « on ne fera pas d’accord » peuvent continuer à le dire, parce que de toute façon l’accord existe, concrètement, pratiquement.
Un prêtre, c’est l’homme qui donne les sacrements, et les sacrements peuvent être donnés en toute légitimité, aujourd’hui, par la Fraternité Saint-Pie X dans l’Eglise.


Abbé G. Célier : Je précise bien que cette nouvelle équipe ne s’est aucunement opposée à ces nouvelles facilités (…). Je pense que le processus va continuer, c’est-à-dire qu’effectivement, il y aura toujours des discussions avec Rome, et que si le pape François est dans le même état d’esprit, on pourra lui demander d’autres choses, et il les lâchera… je ne sais pas, je ne sais ce qu’on va lui demander (…)


Abbé G. de Tanouärn (évoquant en outre la reconnaissance au bénéfice de la Fraternité de la compétence de première instance pour les cas judiciaires relevant de son fonctionnement interne)
(…) C’est quand même un changement considérable !

Abbé G. Célier :  (c’est pourquoi si l’on veut comparer)  la nouvelle équipe (à l’ancienne), le résultat pratique est à peu près le même


Notre commentaire : 


O paradoxe ! Tandis que Menzingen fait profil bas sur les turpitudes de l'Eglise conciliaire, comme si l'on voulait ménager le pape François, c'est de la bouche même des ralliés (abbé de Tanouärn) et de leurs amis "accordistes" de la FSSPX (abbé Celier, par exemple) que sort désormais la vérité sur la position exacte de la Fraternité vis-à-vis de Rome.
 
Il n'y a plus à attendre qu'un accord officiel soit conclu... puisque l'accord existe en fait depuis la fin 2015. Mais ce n'est pas vraiment un "accord"... puisque le pape a agi seul en conférant unilatéralement la juridiction (par morceaux, sacrement par sacrement) à la Fraternité : celle-ci n'a rien demandé, elle s'est contentée de remercier  !
 
Il suffisait d'y penser !
 
Les choses sont donc très bien comme elles sont, dans le jeu subtil d'un "je t'aime-moi-non-plus" : les "résistants internes" croient sincèrement que la nouvelle équipe élue en juillet leur évitera le ralliement tant redouté, et les bons fidèles, abusés par ce théâtre auquel ils ne comprennent rien, espèrent qu'ils resteront  dans le combat de Mgr Lefebvre en suivant docilement leurs pasteurs ! 


Mais est-ce ainsi qu'on croit tromper Dieu lui-même ?!




Dernière édition par Mikaël le Jeu 20 Sep - 09:16 (2018); édité 11 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 18 Sep - 14:52 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 422

MessagePosté le: Mar 18 Sep - 20:33 (2018)    Sujet du message: Aveux convergents sur le ralliement de la FSSPX Répondre en citant

Merci, c'est courageux à vous d'avoir affronté cette vidéo. Par contre je n'ai pas l'impression que l'abbé Célier domine la discussion à ce moment-là.

Revenir en haut
Joseph


Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2017
Messages: 124

MessagePosté le: Mer 19 Sep - 07:20 (2018)    Sujet du message: Aveux convergents sur le ralliement de la FSSPX Répondre en citant

Disons que l'abbé de Tanoüarn exprime les choses de son point de vue, ... et l'abbé Celier n'y voit pas d'objection ! C'est flagrant et bien compréhensible : il représente la FSSPX, et ne peut dévoiler trop clairement le nouvel état de fait. Il conclut d'ailleurs sur la continuité avec l'équipe précédente. 

Dernière édition par Joseph le Ven 21 Sep - 14:29 (2018); édité 1 fois
Revenir en haut
CMS


Hors ligne

Inscrit le: 02 Juin 2018
Messages: 22
Localisation: Bayonne

MessagePosté le: Jeu 20 Sep - 18:45 (2018)    Sujet du message: Aveux convergents sur le ralliement de la FSSPX Répondre en citant

Mikaël a bien fait de retirer les guillemets à « Aveux », en tête de ce fil.


En effet, il ne faut pas avoir peur des mots : l’abbé de Tanoüarn avoue très clairement (mais pas naïvement !) que le cœur du débat à propos du ralliement, c’est bien la juridiction reçue du pape sur les sacrements. Bien qu’il ait omis de citer l’ordination des prêtres – « tolérée sans sanction » depuis juin 2016 –, notre abbé a parfaitement raison de dire que « les sacrements peuvent être donnés aujourd’hui en toute légitimité par la Fraternité », et il ajoute « dans l’Eglise ».
S’il en déduit que « l’accord a été fait… concrètement et pratiquement », c’est que le ralliement de la Fraternité à Rome est pour lui effectif.


Comme le fait remarquer Joseph dans son post d’hier, il faut bien noter que l’abbé Celier ne contredit pas les propos de son confrère : au contraire, il les valide implicitement par la précision qu’il apporte : « la nouvelle équipe ne s’est aucunement opposée à ces nouvelles facilités » (concernant les sacrements).


Il n’est donc pas faux de dire que l’abbé Celier reconnaît lui aussi la réalité du ralliement, mais bien sûr il ne prend pas le risque de le désigner par son nom, prudence oblige…



A décortiquer un peu les choses, on s’aperçoit que les « accordistes » de la FSSPX comme l’abbé Celier peuvent sans états d’âme échanger au sein d’un cercle d’opinion avec des « ralliés » historiques comme l’abbé de Tanoüarn. Cela se passe même très bien !


C’est d’ailleurs tout l’intérêt de ces « tables rondes » sans professeur ni magistère, qui pérorent sans fin sur n’importe quel sujet d’actualité, sous l’autorité inoffensive d’un simple meneur de jeu. On connaît les sociétés de pensée dénoncées par Augustin Cochin, et la « dynamique de groupe » de la révolution soixante-huitarde. Plus près de nous, on pense au fameux GREC de l’ambassadeur Pérol, auquel des responsables de la Fraternité ont activement participé dans les années 1990, pour « lancer des ponts plutôt que d’édifier des murailles ».


Entre les membres policés  de ce « Club des Hommes en Noir », on perçoit une secrète connivence sur l’essentiel : échanger sans se fâcher sur les perspectives d’intégration de l’œuvre de Mgr Lefebvre au sein de la « pleine communion » de l’Eglise ?
Dans leur imprudent dialogue et leur analyse incomplète, ils oublient la seule hypothèse qui vaille d’être examinée : celle du retour de l’Eglise dite « conciliaire » à la « pleine communion » de la foi catholique !


L’ambiguïté de cette « marche en crabe » les amène insensiblement aux pires trahisons intellectuelles, à pratiquer en permanence le non-dit ou la demi-vérité pour faire accepter leur discours, sans s’apercevoir qu’ils évoluent en plein mensonge.
Le plus navrant reste que l’abbé Pagliarani, nouveau Supérieur général, et l’abbé de Jorna, nouveau Supérieur du district de France, ne peuvent ignorer l’existence de ce « Club », et sa réactivation récente. Par conséquent, ils assument la responsabilité des déclarations - et des silences calculés - de l’abbé Celier lors de cet entretien vidéo du 12 septembre.


Mais quant à lui, l’abbé de Tanoüarn mérite des félicitations : il se comporte en excellent révélateur de la crise interne de la Fraternité… 


Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 422

MessagePosté le: Dim 23 Sep - 18:58 (2018)    Sujet du message: Aveux convergents sur le ralliement de la FSSPX Répondre en citant

Voir le Monde & Vie n°959, pages 19 et 20. Monde & Vie est particulièrement proche de l'abbé de Tanouärn, et cet article développe un point de vue identique à celui présenté par l'abbé de Tanouärn dans cette vidéo. (Une remarque toutefois : l'abbé de Tanouärn a notoirement la lubie de faire sortir les tradis de leur "enfermement", et a aussi quelque défaillance philosophique ai-je entendu dire, on ne peut donc réutiliser ses jugements que de façon limitée.)

Toutefois cette phrase a attiré mon attention :
"Récemment, lors d'une réunion de prêtres de la FSSPX, l'abbé Jean-Michel Gleize aurait rappelé la nécessité de disposer de pouvoirs de la part de l'évêque diocésain sous peine de nullité du mariage."


Revenir en haut
Joseph


Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2017
Messages: 124

MessagePosté le: Dim 23 Sep - 19:32 (2018)    Sujet du message: Aveux convergents sur le ralliement de la FSSPX Répondre en citant

L'abbé Gleize a effectivement affirmé en réunion de district que le refus de la juridiction pour les mariages pouvait se rapprocher d'une tendance schismatique. Cette affirmation ne fait aucun doute.

Dernière édition par Joseph le Lun 24 Sep - 11:57 (2018); édité 1 fois
Revenir en haut
CMS


Hors ligne

Inscrit le: 02 Juin 2018
Messages: 22
Localisation: Bayonne

MessagePosté le: Dim 23 Sep - 19:43 (2018)    Sujet du message: Aveux convergents sur le ralliement de la FSSPX Répondre en citant

Amusant ! Les ralliés, canal historique, affirment que la FSSPX est bien ralliée sur le plan sacramentel mais pas un des supérieurs de la FSSPX ne répond à ce qui aurait été considéré comme une insulte avant 2012. Le silence de la FSSPX sur sa situation canonique en matière sacramentelle me paraît la meilleure preuve de sa nouvelle situation.... difficile en effet à l'expliquer aux fidèles bernés (confessions, mariages, ordre, extrême onction). 

Dernière édition par CMS le Lun 24 Sep - 11:54 (2018); édité 1 fois
Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 422

MessagePosté le: Dim 23 Sep - 21:38 (2018)    Sujet du message: Aveux convergents sur le ralliement de la FSSPX Répondre en citant

L'article de Monde & Vie que j'évoquais se retrouve ici :
http://tradinews.blogspot.com/2018/09/francois-hoffman-monde-vie-fraternite.html

à lire à partir de "Le statut par morceaux de la FSSPX : l’acquis bergoglien ?". Comme je disais on y retrouve en texte ce que ce que dit l'abbé de Tanouärn dans cette interview.


Sinon, concernant l'abbé Gleize, entre craindre une tendance schismatique chez ceux qui refuseraient cette juridiction sur les mariages, et établir la nécessité de la juridiction diocésaine pour la validité du mariage, il faudrait savoir ce qu'il a dit car ce n'est pas la même chose, même si dans le premier cas (qui est plus plausible) c'est déjà de la fourberie...


Revenir en haut
Sisco


Hors ligne

Inscrit le: 08 Jan 2018
Messages: 29
Localisation: Bastia

MessagePosté le: Dim 23 Sep - 21:48 (2018)    Sujet du message: Aveux convergents sur le ralliement de la FSSPX Répondre en citant

Confesser, marier sous l'autorité de François ! C'est la joie (parfaite) dans la FSSPX  Crying or Very sad Crying or Very sad Crying or Very sad

Revenir en haut
Joseph


Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2017
Messages: 124

MessagePosté le: Lun 24 Sep - 12:56 (2018)    Sujet du message: Aveux convergents sur le ralliement de la FSSPX Répondre en citant

Aucun prêtre (que ce soit de la résistance ou de la néo FSSPX) ne nie la nécessité d'une juridiction pour les sacrements. Ce n'est pas cette question qui pose problème. La question de fond c'est "quelle juridiction " ? Celle de l'Eglise Catholique ou celle de la néo église avec sa nouvelle pastorale ? Jusqu'en 2015, les prêtres de la FSSPX ne confessaient et n'administraient les autres sacrements qu'en vertu de la suppléance de juridiction que leur donnait le droit canon, et par conséquent l'Eglise Catholique elle-même. 

Mais il va de soi qu'actuellement, lorsque le pape concède la juridiction à la Fraternité, il la donne avec sa nouvelle "miséricorde" pour le sacrement de pénitence, et sa nouvelle pastorale du mariage résultant du code de droit canon de 1983 et des récentes normes laxistes applicables aux déclarations de nullité. Le pape François ne veut et ne peut avoir l'intention de donner une juridiction avec laquelle les prêtres feraient l'inverse de ce qu'il pense bon pour l'Eglise d'aujourd'hui (et qui malheureusement contredit la pratique antérieure constante) !


Et du côté de la FSSPX, quand on accepte une juridiction sans aucune restriction (Mgr Fellay a remercié le pape à chaque fois), on accepte 'de fait' ce qui accompagne cette juridiction (le concile et ses conséquences pastorales et canoniques). 


Raisonnons par un exemple improbable mais qui nous permettra de comprendre la situation actuelle de la FSSPX   : imaginons un prêtre de la FSSPX du prieuré X qui recevrait du curé local la juridiction pour confesser dans une de ses paroisses modernistes. Il prévient ses ouailles le dimanche précédant qu'il a donné son autorisation pour qu'un prêtre de la FSSPX les confesse . Ce prêtre de la FSSPX est il rallié ? Evidemment oui. 


Maintenant c'est le pape moderniste qui donne juridiction à tous les prêtres de la FSSPX de confesser les fidèles qui fréquentent les chapelles de la FSSPX (pas celles de la résistance !) . Les prêtres qui confessent sont-ils ralliés ? 
 
Et c'est cette réalité qui existe maintenant dans la FSSPX. 


Dernière édition par Joseph le Mer 26 Sep - 15:13 (2018); édité 3 fois
Revenir en haut
Viguerie


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 508

MessagePosté le: Lun 24 Sep - 15:19 (2018)    Sujet du message: Aveux convergents sur le ralliement de la FSSPX Répondre en citant

sur la validité des mariages la fsspx a édité une brochure il y a quelques années:



Le nouveau directeur des éditions Clovis l'abbé Ph. Toulza reprend le même thème: "Les mariages dans la Tradition sont-ils valides"
dans le Fideliter de sept /oct 2011 N° 203 p. 81-82


citation:


La Tradition ou l'absurde


Un mariage ainsi contracté ressemble à tout mariage, en ce qui concerne les contractants: ce sont, dans l'un et l'autre cas, l'homme et la femme qui se donnent le mariage. Mais tandis que, dans la forme canonique usuelle (prévue pat le canon 1094), ce mariage se fait devant un témoin (prêtre ou évêque) ayant juridiction, dans la forme exceptionnelle (prévue par le canon 1098 § 1), ce mariage se fait devant un prêtre n'ayant pas juridiction pour le faire.
Un mariage célébré dans le cadre de la Fraternité est certainement valide: d'une part parce que les principes sont certains et affirmés par le doit ("La réponse ne semble pas faire de doute" dit Naz qui est affirmatif parce qu'il s'appuie sur les décrets de la Commission d'interprétation du code); ensuite parce que la situation dans laquelle nous nous trouvons engendre objectivement, pour les fiancés, les graves dommages et inconvénients indiqués par le Droit.
En définitive, la possibilité de se marier sans prêtre ayant juridiction est si certainement et nettement prévue par le Droit, que ceux qui nient la validité des mariages devant les prêtres de a Tradition, ne le peuvent faire qu'à une seule condition: nier aussi l'ampleur de la crise dans l'Eglise. Ou bien l'on ne voit pas dans toute son ampleur cette crise tragique, profonde et durable, et l'on est touché par le doute. Ou bien l'on perçoit la situation telle qu'elle est, et nul argument ne peut empêcher la conclusion qui s'impose, claire et indubitable: tant que la crise durera, les mariages célébrés devant les prêtres de la Tradition seront pleinement valides et licites.








Revenir en haut
Rita


Hors ligne

Inscrit le: 07 Jan 2017
Messages: 96

MessagePosté le: Mar 25 Sep - 11:00 (2018)    Sujet du message: Ennemond confirme ... Répondre en citant

Citation:
Cet article de l'abbé de Cacqueray, à l'époque où il était supérieur de district, intervenait dans un contexte qui a profondément changé, celui d'un pape qui paraissait hostile à la FSSPX. Mgr Fellay a en effet pensé, peu après l'élection de François (2013), que ce dernier allait s'en prendre à la Fraternité.

Le supérieur général a précisé rapidement qu'il avait changé d'avis. Il a eu l'occasion de rencontrer le pape François, de discuter longuement avec Mgr Pozzo. Il a, après 2013, évoqué l'idée d'une possible régularisation finale même s'il n'en connaissait pas la date exacte. Son prédécesseur, l'abbé Schmidberger a indiqué deux ans plus tard que la régularisation était même souhaitable. Le Souverain Pontife n'a pas craint de son côté d'accorder progressivement aux prêtres de la Fraternité les pouvoirs légaux de juridiction ordinaire pour confesser, pour marier, pour extrémiser, à ses supérieurs pour juger en première instance et à ses évêques pour ordonner.

L'abbé de Cacqueray se réjouissait il y a cinq ans de n'être pas officiellement réintégré dans l'Eglise gouvernée par le Souverain Pontife (la formule est maladroite car elle laisse penser que la Fraternité n'appartenait pas à l'Eglise gouvernée par le pape). Mais cinq ans après, force est de constater que la juridiction ordinaire est donnée à la Fraternité pour tous les sacrements et qu'elle reçoit cette juridiction du pape lui-même. La réintégration a été unilatérale mais elle a été faite à 90 % au point que ses détracteurs n'ont pas grande chose à objecter. Par conséquent, le texte paraît daté.


https://www.leforumcatholique.org/message.php?num=854028


Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 422

MessagePosté le: Mar 25 Sep - 17:36 (2018)    Sujet du message: Aveux convergents sur le ralliement de la FSSPX Répondre en citant

L'éditorial de l'abbé de Cacqueray est celui-ci :
http://laportelatine.org/vatican/sanctions_indults_discussions/017_30sept20…

En relisant on saisit toute la vérité du problème ecclésial actuel, bien loin des considérations trop humaines d'Ennemond (avec de prétendues recherches d'efficacité, d'acceptabilité, ...). Il n'y a pas de maladresse, il y a par contre un sous-entendu que l'abbé de Cacqueray n'avait pas explicité parce qu'il était évident pour les personnes droites, c'est qu'une réintégration canonique n'était pas une réintégration pour l'Eglise et pour le service divin, mais une acceptation des critères de décision préconisés par Rome (qui par exemple lâche même sur des questions morales où elle était restée conservatrice). La seule éventuelle erreur de l'abbé de Cacqueray, c'était d'avoir interprété dans un sens très favorable les paroles de Mgr Fellay, il ne voulait sans doute pas scandaliser mais pour le coup de bonnes personnes ont surestimé la fiabilité de Menzingen.

Ce qui autorise Ennemond à dire que ce texte est périmé, c'est que la direction de la FSSPX propose une nouvelle formule : ne pas prendre les principes théologiques et moraux actuellement proposés par les personnes qui sont à Rome ET rechercher autant que possible la régularité canonique. Cela sans se rendre compte de la contradiction dans les termes et surtout dans les faits, et sans voir à quel point il faut s'affranchir des présentes autorités romaines à cause de la voie qu'elles ont prises, a fortiori quand on prend en considération le contexte d'erreur contemporain.




Pour la peine je recopie l'article en question :


Vers l'avenir en restant sur cette ligne de crête qui n'a pas été quittée, abbé R. de Cacqueray - Novembre 2013
 
Notre Supérieur Général, lors du congrès de l'Angélus Press, a donné une conférence, le 12 octobre, pour évoquer la situation de l'Eglise et de la Fraternité. A cette occasion, il a rendu grâces à Dieu « de ce que nous avons été préservés de toute sorte d'accord l'an dernier. Et nous pouvons dire que l'un des fruits de la croisade [du rosaire] que nous avons faite, c'est que nous avons été préservés d'un tel malheur. Dieu merci. » De tout notre cœur, nous nous associons à cette action de grâces que Monseigneur Fellay a exprimée.
Il y a bien des motifs pour lesquels nous pouvons rendre grâces. Le plus apparent d'entre ces motifs -  bien qu'il ne soit pas le plus important - est que nous serions aujourd'hui officiellement réintégrés dans l'Eglise gouvernée par un Souverain Pontife dont le progressisme semble désormais prêt à céder sur les dernières questions où Rome tenait encore à peu près jusqu'ici. Voilà un premier malheur qu'il est aisé de comprendre. La première manœuvre très coûteuse de l'obtention de la reconnaissance canonique eût dû être suivie par une seconde – pas moins coûteuse - qui eût été de s'en retirer aussitôt.
Nous demeurons donc dans la position qui nous permet de rappeler librement les vérités, religieuses en particulier, qui sont mises à mal, contestées, piétinées, par ce nouveau pape dont Monseigneur Fellay dit : « S'il continue dans la voie où il a commencé, il va diviser l'Eglise. Il a fait tout exploser. »  Non pas que les prédécesseurs de ce pape ne se soient pas fourvoyés sur de mauvais sentiers, mais celui-ci s'y enfonce encore plus vite. En considérant l'actuel silence des sociétés Ecclesia Dei, dont beaucoup de membres sont sans doute choqués par les outrances et les excès de ce pape qui en arrive même à justifier le relativisme absolu, nous mesurons mieux l'avantage circonstanciel de notre propre situation. La différence entre eux et nous, c'est qu'ils seraient sommés très sévèrement de se taire par l'autorité de l'Eglise, qu'ils risqueraient de perdre leurs églises et leurs chapelles et qu'ils encourraient peut-être des sanctions s'ils disaient un mot. Ils se trouvent dans une complète dépendance de l'appareil conciliaire et il leur faudrait un courage peu commun pour s'en arracher. Nous les plaignons mais nous prions pour qu'ils aient ce courage. Nous devons tous avoir à l'esprit la pensée de saint Justin : « Pouvoir dire la vérité et se taire, c'est mériter la colère de Dieu. »
Par ailleurs, leur discours pour défendre à tout prix tout ce qui vient de Rome, du pape, les placent dans une situation terrible qui va forcément avoir de fortes conséquences. Leurs fidèles ont tellement été habitués à les entendre prendre la défense de tout ce que disaient les Souverains Pontifes qu'ils se trouvent dans une situation très dangereuse. S'ils « avalent » les dernières différentes considérations prononcées par le pape, que ce soit sur le bien et le mal, sur les homosexuels ou d'autres encore, ils sont perdus. Plus rien ne les arrêtera dans cette marche vers l'abîme enclenchée par le pape.
Mais si ces fidèles se rendent compte tout à coup de la perversité de ses paroles, alors qu'un discours infaillibiliste excessif leur a été tenu depuis tant d'années, ne risquent-ils pas une double nausée ? A celle qu'ils éprouveront devant les propos du pape, s'ajoutera l'impression d'avoir été floués par ceux qui leur ont affirmé que l'intégrité de la parole du pape s'était toujours maintenue et qu'elle se maintiendrait toujours.
Il nous faut, quant à nous, persévérer, persévérer sur notre ligne de crête. Nous laissons à l'Eglise le soin de se prononcer un jour sur la série de ces derniers papes qui lui ont causé de tels malheurs. Nous devons demeurer dans notre Société. Elle ne campe pas sur son irrégularité canonique apparente pour le plaisir mais pour pouvoir survivre et aider les âmes à survivre. C'est pourquoi elle conserve une distance raisonnable vis-à-vis d'un pape et d'un clergé massivement acquis à des idées destructrices de la Foi. Elle reste dans une position qui est la meilleure possible pour accomplir ce devoir ingrat mais nécessaire de dénoncer les erreurs et les fauteurs d'erreurs dans l'Eglise.
Notre avenir est sur cette ligne de crête qui n'a pas été quittée. Serrons les dents ; serrons-nous les coudes ou plutôt armons-nous des armes de la foi, de la sainte doctrine et de la piété pour faire rayonner la vérité autour de nous.
Abbé Régis de Cacqueray-Valménier, Supérieur du District de France de la FSSPX
Suresnes, novembre 2013
 


Revenir en haut
Joseph


Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2017
Messages: 124

MessagePosté le: Mar 25 Sep - 18:25 (2018)    Sujet du message: Aveux convergents sur le ralliement de la FSSPX Répondre en citant

Gillou, votre analyse est pour le moins ... incompréhensible.

Revenir en haut
Gillou47


Hors ligne

Inscrit le: 09 Jan 2017
Messages: 422

MessagePosté le: Mar 25 Sep - 19:56 (2018)    Sujet du message: Aveux convergents sur le ralliement de la FSSPX Répondre en citant

Joseph a écrit:
Gillou, votre analyse est pour le moins ... incompréhensible.


J'essayais de décrire une attitude qui oublie le principe de non-contradiction qui, tout en absorbant ce bon article de l'abbé de Cacqueray, va dans une politique d’accommodation avec la Rome moderniste. J'admets que ça aurait pu être mieux écrit, même s'il ne s'agissait que de prendre Ennemond à contre-pied Wink

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:40 (2018)    Sujet du message: Aveux convergents sur le ralliement de la FSSPX

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fidélité catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template