Fidélité catholique francophone Index du Forum Fidélité catholique francophone
Ce forum est un espace de discussion pour défendre la Foi Catholique à la suite de Mgr Marcel Lefebvre. Il n'est donc ni pour le ralliement à l'église conciliaire ni pour le sédévacantisme.
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Abbé Petrucci sans compromissions ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fidélité catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Mikaël


Hors ligne

Inscrit le: 04 Jan 2017
Messages: 345
Localisation: Genève

MessagePosté le: Jeu 18 Oct - 07:10 (2018)    Sujet du message: Abbé Petrucci sans compromissions ? Répondre en citant

L'abbé P.P. Petrucci, nouveau responsable de Saint-Nicolas du Chardonnet à Paris, a accordé à La Porte latine un entretien exclusif, hors de la "langue de buis" prend-on le soin de préciser !

On a effectivement droit à un certain nombre de bonnes formules (l'abbé frise même l'insolence en conseillant la lecture de Mgr Delassus !), mais bizarrement lorsque LPL évoque l'abbé de La Rocque, l'interviewé ne relève pas l'injuste sanction ayant frappé son confrère l'an dernier, suite à sa protestation concernant la juridiction "conciliaire" reçue de Rome sur les mariages, et son refus de procéder dans son église à des unions dans ces conditions.

Sur ce point, l'abbé Petrucci ne paraît pas avoir d'états d'âme : les mariages à Saint-Nicolas se font donc désormais sur délégation de l'archidiocèse de Paris.

On doit présumer, de même, que les absolutions sont délivrées au confessionnal sous la "juridiction ordinaire" de l'Eglise reçue du pape François en 2015, et acceptée par Mgr Fellay pour toute la Fraternité.

Bien sûr, pour rassurer les fidèles...  on continuera à les gratifier de quelques sermons "musclés" !

Mais jusqu'où peut aller l'hypocrisie du clergé !!


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 18 Oct - 07:10 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
CMS


Hors ligne

Inscrit le: 02 Juin 2018
Messages: 31
Localisation: Bayonne

MessagePosté le: Dim 21 Oct - 04:47 (2018)    Sujet du message: Abbé Petrucci sans compromissions ? Répondre en citant

Merci, Mikaël, d'avoir mis en lumière les manoeuvres de Menzingen !
Si on comprend bien, le Supérieur général l'abbé Pagliarani a désigné son compatriote l'abbé Petrucci pour occuper le poste prestigieux de Saint-Nicolas du Chardonnet, comptant sur lui pour appliquer "sans états d'âme" (comme vous dites) la ligne de la Maison générale sur le sujet sensible de la juridiction des sacrements, confession et mariage principalement.
Dans les deux cas, c'est la juridiction dite "ordinaire" de l'Eglise qui s'applique, la Fraternité l'ayant acceptée des mains du pape François, depuis 2015 pour la confession, depuis 2017 pour les mariages.
Mais puisque ces "nouveaux" sacrements sont dispensés dans le cadre d'une délégation provenant d'autorités modernistes, concédée dans un esprit moderniste, et placée sous le régime du nouveau code de Droit canon (1983), la paroisse Saint-Nicolas est donc aujourd'hui, dans les faits, "ralliée" à la Rome conciliaire.
Il est probable que les fidèles ne se sont pas aperçus du changement.
Alors gare au réveil !


Dernière édition par CMS le Dim 21 Oct - 20:18 (2018); édité 1 fois
Revenir en haut
Fides


Hors ligne

Inscrit le: 25 Fév 2018
Messages: 18
Localisation: Paris

MessagePosté le: Dim 21 Oct - 15:50 (2018)    Sujet du message: Jugement téméraire Répondre en citant

Jugement téméraire si vous n'avez pas de preuve de ce que vous avancez.
Avez-vous interrogé Don Petrucci ?
vous a-t-il répondu ?


Revenir en haut
Joseph


Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2017
Messages: 135

MessagePosté le: Dim 21 Oct - 18:57 (2018)    Sujet du message: Abbé Petrucci sans compromissions ? Répondre en citant

Fides,

Ce n'est pas à nous de prouver que l'abbé Petrucci use de la juridiction de suppléance, mais à vous au contraire de nous prouver qu'il n'utilise pas la juridiction ordinaire de l'Eglise conciliaire. Car la FSSPX vit désormais, de façon générale et universelle, sous le régime de cette juridiction ordinaire reçue de Rome, cela dans la mesure où elle a été officiellement acceptée par le Supérieur général (il en a même remercié le pape !) au nom et pour le compte de tous les membres de la Fraternité.
L'avis personnel, éventuellement dissident, de tel ou tel prêtre ne change rien à l'affaire, surtout s'il reste dans la sphère privée.
D'ailleurs, très logiquement, ceux qui ont manifesté publiquement un désaccord ont été sanctionnés, ou ont quitté la FSSPX (cas des prieurs Doyens en 2017).
Si donc l'abbé Petrucci ne dit rien sur le sujet depuis son arrivée à Paris, c'est qu'il a accepté la position de sa hiérarchie et l'état de fait actuel : conclusion imparable selon le principe "qui ne dit mot consent". 


Revenir en haut
CMS


Hors ligne

Inscrit le: 02 Juin 2018
Messages: 31
Localisation: Bayonne

MessagePosté le: Mar 23 Oct - 20:07 (2018)    Sujet du message: Abbé Petrucci sans compromissions ? Répondre en citant

Suite aux interventions de Fides, et de Joseph…


Après les Franciscains de l'Immaculée... la Fraternité Saint Pie-X : bientôt un  nouveau trophée au tableau de chasse du pape François !


Sur le site italien de la FSSPX, on trouve un entretien entre l’abbé Pierpaolo Petrucci et Marco Bongi, remontant au 9 septembre 2015, c’est-à-dire peu après la décision du pape de conférer la juridiction pour les confessions durant l’Année de la miséricorde.

A l’époque l’abbé était Supérieur du district d’Italie.

Dans ses réponses, il évoque d’une part la « grave nécessité » liée à la crise de l’Eglise, « qui fonde notre droit à venir au secours des âmes par le moyen de l’administration des sacrements », soulignant que cette situation garantit la « validité et la licéité » des confessions telles que pratiquées par la Fraternité au cours des décennies écoulées.

D’autre part, il reconnaît que l’octroi de la juridiction de l’Eglise par le pape « peut contribuer certainement à rassurer des personnes » qui ne seraient pas bien au fait de ces questions canoniques et hésiteraient donc à s’approcher des sacrements de la Fraternité Saint-Pie X, et il concède - « sans enthousiasme exagéré » précise-t-il - que la mesure du pape peut, sous cet angle au moins, être considérée comme un «geste paternel ».

Par ces formules équilibristes (« à l’italienne » dirait-on !), l’abbé Petrucci évite d’opposer les deux juridictions l’une à l’autre, et il ne repousse pas la juridiction accordée par le pape. De la sorte, il se montre assez proche de son confrère français l’abbé Castelain, prieur du Moulin du pin, qui écrivait quelques mois après (cf. Combat de la foi, n°176, mars 2016) que la juridiction « officielle » reçue du pape «viendra pour ainsi dire se superposer » à la « juridiction de suppléance », dont les prêtres de la Fraternité jouissaient déjà « en raison de la crise conciliaire et des dispositions prévues par le droit canon ».

Selon toute vraisemblance, l’abbé Petrucci n’a pas changé de position depuis sa nomination comme responsable de Saint-Nicolas : par conséquent, on peut supposer qu’en France comme en Italie, ce prêtre garde un attachement personnel à la juridiction dite extraordinaire… mais il ne récuse pas la juridiction conférée par le pape François, entretenant ainsi une grave équivoque dans l’esprit des fidèles.

On sait que certains autres prieurs ou prêtres de France prétendent continuer à délivrer l’absolution sous le régime de la « suppléance » : ils rassurent ainsi - mais seulement verbalement, bien entendu - ceux de leurs fidèles qui s’inquiètent de la cohérence de leur vie sacramentelle avec leurs convictions hostiles au ralliement.

Et pourtant, ces prêtres devraient savoir que tout ministre appartenant à une structure donnée (la Fraternité en l’occurrence) confère les sacrements selon la juridiction canonique reçue et acceptée par ses Supérieurs, qu’il le veuille ou non !... à moins qu’il ne quitte la structure en question, ou en soit exclu.

En avril 2016, à propos du sacrement de pénitence, Mgr Fellay avait d’ailleurs confirmé par écrit qu’« on ne parle de juridiction de suppléance qu’en l’absence de juridiction ordinaire ». C’est l’une ou l’autre !

Selon ce principe, la Maison générale sanctionne donc toute opposition frontale à la juridiction de Rome, et l’abbé de La Rocque en fut la victime exemplaire dans l’affaire des mariages en 2017.

Mais en pratique, Menzingen et Suresnes tolèrent des comportements ambigus ou « hybrides » comme celui qu’on peut prêter à l’abbé Petrucci, pourvu qu’ils ne récusent jamais publiquement la « juridiction ordinaire de l’Eglise », seule officiellement en vigueur dans la Fraternité actuellement.

Quant aux mariages, des règles analogues s’appliquent, et aucun prieuré, Saint-Nicolas inclus, ne peut en principe procéder à la célébration d’une union qui prétendrait s’affranchir des dispositions du Directoire interne de la Fraternité, suite à la lettre de la Congrégation pour la Doctrine de la foi du 27 mars 2017 : on doit désormais recourir, chaque fois que possible, à une délégation du diocèse.

Le nouveau Supérieur général l’abbé Pagliarani n’étant pas revenu dans ces domaines sur les positions de son prédécesseur Mgr Fellay, il faut conclure que tous les prêtres de la Fraternité, et par conséquent l’ensemble des prieurés de France, sont actuellement rattachés à la Rome conciliaire par le biais des sacrements : ils sont ainsi, au moins sous ce rapport, bel et bien « ralliés ».

S’ils usent sans scrupules de conscience de cette juridiction nouvelle sous prétexte qu’elle est « celle de l’Eglise », ils devront alors admettre à la communion eucharistique les divorcés remariés impénitents (exhortation Amoris laetitia), et diriger les époux en situation de mésentente - qu’ils auront mariés dans leurs prieurés - vers les officialités diocésaines (pour l’introduction d’une instance en nullité, soumise au Droit canon de 1983 et au motu proprio Mitis Judex du pape Francois). Deux conséquences parmi d’autres de ce qu’on nomme « le ralliement »…

L’église Saint-Nicolas du Chardonnet ne saurait faire exception sur ces sujets, quels que soient les points de vue personnels de l’abbé Petrucci et de ses collaborateurs prêtres sur ces questions de juridiction, et sur leurs suites pastorales désastreuses !

Point n’est donc besoin d’une structure (Prélature ou autre) pour concrétiser une mise en dépendance juridique et pratique. Les sacrements suffisent, et le pape l’a bien compris.

Comme l'a fait observer l'abbé de Tanoüarn au "Club des Hommes en noir" du 12 septembre, il ne faut plus attendre un "accord" entre Rome et la Fraternité... parce que cet accord existe déjà "concrètement, pratiquement" au niveau de la juridiction des sacrements (et la nouvelle équipe en fonction à Menzingen n'a pas l'intention de revenir sur ces "facilités" concédées par Rome, selon les précisions données par l'abbé Celier).

Ces sacrements étant reçus d'une autorité moderniste, sont en quelque sorte "radioactifs" (selon une formule de l'abbé Puga, vicaire à Saint-Nicolas, désignant des "décisions officielles matériellement bonnes", mais "irradiées par les erreurs libérales du Concile" - Le Chardonnet, avril 2018).


Par le biais fort habile des sacrements, le pape François « tient » désormais la Fraternité, l’empêchant ainsi de procéder à la seule action que Rome redoute vraiment, à savoir le sacre de nouveaux évêques sans mandat pontifical.


Il s’ensuit le terrible constat que la Fraternité Saint-Pie X n’a plus aujourd’hui les moyens de remplir la mission reçue de son Fondateur pour la sauvegarde de la Tradition catholique, du sacerdoce et de la Sainte Messe.

Et à vues humaines, son absorption par la Rome conciliaire, ou sa disparition pure et simple, ne sont plus qu’une question de temps…

Si d’autres intervenants disposent d’éléments plus précis concernant les positions de l’abbé Petrucci sur le thème de ce fil, qu’ils n’hésitent pas à enrichir ce débat capital de leurs contributions.


Dernière édition par CMS le Ven 2 Nov - 18:54 (2018); édité 10 fois
Revenir en haut
Joseph


Hors ligne

Inscrit le: 16 Oct 2017
Messages: 135

MessagePosté le: Mer 24 Oct - 08:41 (2018)    Sujet du message: Abbé Petrucci sans compromissions ? Répondre en citant

Belle analyse CMS !
Je pense en effet que les prêtres de la résistance (interne ou externe) ne rentreront pas dans ce jeu de dupes. Sont dupes ceux qui veulent l'être. Et le diable propose toutes sortes de duperies pour rentrer dans l'église conciliaire. La dernière duperie est bien ficelée mais on y voit quand même la queue du serpent par le flou volontairement entretenu.

On ne devrait donc pas parler "du ralliement" mais "des ralliements" car depuis plus de 50 ans, beaucoup ont été pris dans les mailles de l'église conciliaire par divers moyens.

ci dessous, le concile de satan en enfer :



Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:22 (2018)    Sujet du message: Abbé Petrucci sans compromissions ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Fidélité catholique francophone Index du Forum -> résistance catholique -> résistance catholique Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2018 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template